Venezuela : L’investiture de Maduro trahit l’ampleur de son isolement

Arrivé au pouvoir en 2013, Nicolás Maduro a prêté serment jeudi pour un second mandat. En présence de bien peu de ses homologues.

“Le monde est plus grand que l’empire américain et ses gouvernements satellites. Voici ce monde”, a déclaré jeudi 10 janvier Nicolás Maduro devant le Tribunal suprême du Venezuela lors de sa prise de fonctions pour un second mandat. Arrivé au pouvoir à la mort d’Hugo Chávez, en 2013, il a été réinvesti pour six ans à la tête d’un pays plombé par une profonde crise économique, sociale et institutionnelle, jusqu’en 2025.

Considéré comme illégitime par Washington, l’Union européenne (UE) et nombre de dirigeants étrangers, le président est apparu bien seul durant cette cérémonie. Seuls quatre de ses dix-neuf homologues latino-américains avaient fait le déplacement jusqu’à Caracas : les présidents cubain Miguel Díaz-Canel, bolivien Evo Morales, nicaraguayen Daniel Ortega et salvadorien Salvador Sánchez Cerén, relève le quotidien vénézuélien El Nacional. Était également présent le leader de l’Ossétie du Sud, une république prorusse non reconnue par l’ONU. La Turquie et le Suriname ont envoyé leurs vice-présidents. D’autres pays, comme le Mexique, l’Uruguay ou encore la Chine ont envoyé des fonctionnaires de second rang.

Source : Venezuela. L’investiture de Maduro trahit l’ampleur de son isolement | Courrier international