« Ils ont brûlé vif mon fils parce qu’il était noir et chaviste »

L’alliance du suprématisme Brasilia-Washington et de la globalisation médiatique a produit un genre nouveau de déstabilisation. Des “blitzkrieg” dont les acteurs jouent sur des espaces réduits et dans des temps limités, des « stories » destinées essentiellement à l’exportation. Le modus operandi est le suivant : des commandos de droite cherchent l’affrontement avec les forces de l’ordre… dont la réaction est guettée par les caméras du monde entier, arrivées sur place à l’avance. A New York ou à Berlin, les monteurs inverseront la chronologie de la scène: le “régime” réprime le “peuple”.

Aucun journaliste n’analysera pourquoi les victimes sont plus nombreuses chez les militants de gauche, les passants et les forces de l’ordre. Encore moins pourquoi dans ces manifestants “pacifiques”, il y plus du planteur de Haïti qui jetait au four les mauvaises cuisinières noires, ou du porteur de torche du Ku Klux Klan, ou du terroriste de l’Etat Islamique, que du “combattant pour la liberté”.

Source : « Ils ont brûlé vif mon fils parce qu’il était noir et chaviste  | «Venezuela infos

Alejandro Correa, ambassadeur du Venezuela au Sénégal : « Il est nécessaire de relancer le sommet Afrique Amérique du Sud »

L’ambassadeur du Venezuela au Sénégal a accordé une interview à Xalimasn.com. Dans cet entretien, M. Alejandro Correa est revenu sur la situation politique actuelle du Venezuela et la relation entre son pays et le Sénégal.

Source : Son Excellence M. Alejandro Correa ambassadeur du Venezuela au Sénégal : « Il est également nécessaire de relancer le sommet Afrique Amérique du Sud afin d’établir une voie commune donnant la priorité aux intérêts communs des deux continents et de leurs peuples » | Xalima.com

[Vidéo] Venezuela : être médecin à Maracaibo

Une population affaiblie par la malnutrition, l’absence de médicaments et de matériel médical de base, le tout aggravé par une fuite du personnel hospitalier vers des pays étrangers. Cette accumulation de facteurs a mis les Vénézuéliens à genoux, alors que le président Maduro nie l’existence d’une crise humanitaire dans son pays. Reportage à Maracaibo, deuxième plus grande ville du pays, où nous avons suivi le quotidien d’une chirurgienne.

Source : Venezuela : être médecin à Maracaibo | ARTE

[Vidéo] Venezuela : une amorce de dialogue ?

À plus de 8000 kilomètres de Caracas, peut-être l’amorce d’une négociation entre pouvoir et opposition vénézuéliens… Des contacts ont eu lieu à Oslo, sous l’égide du gouvernement norvégien. Si le camp de l’opposant Juan Guaido n’est pas très disert sur le sujet, le président Nicolas Maduro s’en félicite ouvertement. « Les pourparlers pour progresser vers des accords de paix, de concorde et d’harmonie, ont bien commencé », a-t-il déclaré.

Source : Venezuela : une amorce de dialogue ? | Euronews

Venezuela: toute médiation doit mener au départ de Maduro et à des élections (Guaido)

L’opposant vénézuélien Juan Guaidó a affirmé samedi que toute médiation internationale dans la crise au Venezuela, comme celle entreprise par la Norvège, devait mener au départ du pouvoir du président Nicolas Maduro et à de nouvelles élections.»

«Nous accueillons avec gratitude tous les efforts mais nous sommes clairs et nous ne nous méprenons pas», a déclaré Juan Guaidó, précisant qu’il avait répondu à l’invitation de la Norvège afin de «se rapprocher de solutions qui passent par la fin de l’usurpation, un gouvernement de transition et des élections libres».

Source : Venezuela: toute médiation doit mener au départ de Maduro et à des élections (Guaido)

Que se passe-t-il au sein du SEBIN, la redoutable police politique vénézuélienne ?

Début décembre 2012, quelques jours avant d’effectuer son dernier voyage à Cuba pour y subir une quatrième opération contre le cancer dont il souffrait, le président vénézuélien Hugo Chávez signa un décret transférant le contrôle du Service bolivarien de renseignement (SEBIN) au vice-président qui était alors Nicolás Maduro. Quelques jours plus tard, celui-ci fut désigné comme son successeur politique.

Sept ans ont passé et le SEBIN est devenu la pièce maîtresse de la plus grande crise de gouvernance que Maduro ait dû affronter depuis qu’il a pris les rênes du pays après la mort de Chávez.

De toutes les structures de sécurité de l’État vénézuélien, le SEBIN est l’organe qui semble jusqu’à présent avoir été le plus impliqué dans la tentative de soulèvement contre Maduro promue le 30 avril dernier par le leader de l’opposition Juan Guaidó.

Source : Que se passe-t-il au sein du SEBIN, la redoutable police politique (…) – Barril.info