Après la tournée de Guaido à Washington, l’administration Trump alloue plus d’argent au « changement de régime » au Venezuela

Le voyage de haut niveau de Juan Guaidó à Washington au début du mois semble porter ses fruits. Après avoir reçu une ovation bipartisane lors du discours sur l’état de l’Union de M. Trump, assisté à une conférence de presse conjointe avec la démocrate Nancy Pelosi et rencontré en privé le vice-président Pence dans le bureau ovale, l’administration de M. Trump vient d’allouer des millions de dollars supplémentaires pour soutenir les efforts de changement de régime au Venezuela.

Source : Après la tournée de Guaido à Washington, l’administration Trump alloue plus d’argent au « changement de régime  au Venezuela (Cavan Kharrazian, CEPR) | «Venezuela infos

Haïti – Politique : Les pays membres de la CARICOM divisés sur la crise au Venezuela

Suite à la 31ème Réunion intersession de la conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté des Caraïbes (Caricom) à Bridgetown (Barbade) qui s’est achevé mercredi, le Chancelier Bocchit Edmond, qui représentait le Président Jovenel Moïse a regretté que cette conférence se soit achevé sur la division des pays membres.

Expliquant « […] le problème est la crise constitutionnelle profondément polarisante au Venezuela. Certains pays soutenant la revendication de pouvoir de Nicolas Maduro et d’autres soutenant Juan Guaido. Pour Haïti, notre décision est enracinée dans un désir de voir la démocratie et l’autodétermination du peuple vénézuélien, qui a trop longtemps été privé du droit de choisir son Chef. Nous avons choisi de reconnaître Juan Guaido comme le Chef légitime du Venezuela, conformément à la Constitution du pays.

Source : Haïti – Politique : Les pays membres de la CARICOM divisés sur la crise au Venezuela – HaitiLibre.com : Toutes les nouvelles d’Haiti 7/7

Le Groupe de Lima, réuni à Gatineau, demande de nouvelles élections au Venezuela 

Le Canada et ses alliés du continent américain ont clôturé la rencontre du Groupe de Lima, jeudi à Gatineau, en appelant le reste du monde démocratique à se joindre à eux pour inciter les Vénézuéliens opprimés à se débarrasser pacifiquement de leur dictateur.

Mais au-delà de cette expression de solidarité et d’un appel clair à la tenue d’un nouveau scrutin présidentiel, équitable et démocratique, les membres du Groupe de Lima n’ont proposé aucune mesure concrète pour apporter de la stabilité à ce pays d’Amérique du Sud, jadis prospère, mais aujourd’hui miné par une crise des réfugiés et un effondrement

Source : Le Groupe de Lima, réuni à Gatineau, demande de nouvelles élections au Venezuela | L’actualité

Le Venezuela n’a plus de représentation diplomatique en Martinique

D

Du personnel au chômage, des loyers impayés depuis plusieurs mois … face à la crise financière et économique du pays, le gouvernement vénézuélien a définitivement fermé son consulat en Martinique. Tous les départements français des Antilles sont impactés.

Source : Le Venezuela n’a plus de représentation diplomatique en Martinique – Marti

La gauche latino-américaine face au Venezuela

Le 30 janvier 2005, dans le stade Gigantinho de Porto Alegre, le président Hugo Chávez a déclaré la nécessité du socialisme. Portant sa chemise rouge caractéristique, le leader vénézuélien a déclaré: «Nier les droits du peuple est la voie vers la sauvagerie, le capitalisme est une sauvagerie. Je suis chaque jour plus convaincu, [entre] le capitalisme et le socialisme… je n’ai aucun doute. Il est nécessaire, nous le disons – comme le disent de nombreux intellectuels dans le monde –, de transcender le capitalisme, mais j’ajoute […] nous devons transcender le capitalisme par le moyen du socialisme […].»

Ces déclarations faisaient écho, à distance, à la déclaration du «caractère socialiste» de la Révolution cubaine faite par Fidel Castro en avril 1961, au milieu des fusils et des appels à résister à l’agression impérialiste [allusion à l’attaque de la Baie des cochons en avril 1961]. Le Venezuela n’a pas été envahi, mais le chavisme a extrait une puissante dose de mysticisme politique de sa victoire contre le coup d’Etat avorté d’avril 2002 [ses protagonistes sont restés «au pouvoir» durant 47 heures], soutenu par l’oligarchie locale et les Etats-Unis, puis contre la grève déclarée par le patronat et la grève de 2002-2003 à Petróleos de Venezuela (PDVSA) qui ont porté un coup dur à l’économie.

Source : La gauche latino-américaine face au Venezuela | A l’encontre

Au Venezuela, Nicolás Maduro dans le piège du dollar

Les manoeuvres militaires que Nicolás Maduro vient d’organiser sonnent comme un énième baroud d’honneur. Le président élu, à la légitimité contestée, lutte pour sa survie et n’a plus que le soutien de l’armée. Pour panser son économie décimée, le régime en est réduit à laisser le dollar gagner du terrain et à privatiser le secteur pétrolier. Un comble pour le leader socialiste.

Source : Au Venezuela, Nicolás Maduro dans le piège du dollar | Les Echos