Venezuela : «On vit sous perfusion de la Colombie»

Bienvenue sur le pont international Simón-Bolívar. Une pancarte rouge donne une idée de la tension qui règne du côté vénézuélien de la frontière avec la Colombie : «Dans cette douane, on ne parle pas mal de Chávez !» Dès les premières heures de la matinée, un flux ininterrompu de personnes déferle sur l’avenue principale de San Antonio del Táchira, sous le regard méfiant de nombreux militaires. A part quelques crieurs qui proposent de faux passeports, personne ou presque ne parle. Seul le bruit sourd des roues des valises et des diables, qui grattent le trottoir abîmé, vient troubler le chant des oiseaux. Au-dessus des têtes, le ciel encore rosi par l’aurore.

Certaines valises sont vides et sautent à chaque malformation du macadam, d’autres sont pleines à craquer, toute une vie s’y trouve compressée. Les premières appartiennent aux frontaliers. Chaque jour, ils traversent le pont, vont acheter en Colombie ce qu’ils ne trouvent pas ici ou ne peuvent plus s’offrir à cause de l’inflation. Les secondes ne reviendront pas, du moins pas de sitôt. Elles embarquent pour un voyage difficile avec leurs propriétaires qui ont décidé de fuir «l’enfer» vénézuélien.

Source : Venezuela : «On vit sous perfusion de la Colombie» – Libération

[Vidéo] Venezuela : compte à rebours humanitaire

Hector Estepa, envoyé spécial d’Euronews à Cucuta : « Des réunions comme celle-ci se poursuivront toute la semaine afin de diffuser la feuille de route jusqu’au 23 février. La veille, le 22 février, un concert au lieu, en présence d’artistes internationaux. L’opposition veut rassembler ici à Cucuta. C’est là qu’arrive l’aide en provenance de plusieurs pays qui reconnaissent Juan Guaido comme le président intérimaire du Venezuela. »

Source : Venezuela : compte à rebours humanitaire | Euronews

Aide au Venezuela: la Colombie promet à Guaidó un soutien «déterminé»

Le président colombien Ivan Duque a promis vendredi à l’opposant vénézuélien Juan Guaidó, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays, de le soutenir « de manière déterminée » afin que l’aide humanitaire entre au Venezuela.

« Nous sommes avec vous […]. Nous serons attentifs à vous assister de manière déterminée afin que l’aide humanitaire arrive au Venezuela », a dit M. Duque au chef du Parlement vénézuélien, lors d’une brève visioconférence diffusée en direct sur le réseau social Instagram.

Source : Aide au Venezuela: la Colombie promet à Guaidó un soutien «déterminé» | Amérique latine

Traverser la frontière pour étudier : la crise au Venezuela touche aussi les écoliers

Sur fond de crise politique et économique, franchir la frontière pour étudier est devenu un luxe que peu de Vénézuéliens peuvent s’offrir. Face au manque de professeurs dans leur pays, ou des mouvements de grève des enseignants réclamant une hausse de salaire, les parents n’hésitent plus à envoyer leurs enfants en Colombie, où il n’est plus rare de retrouver des écoliers vénézuéliens dans les salles de classe.

À l’instar de Maiker Palacio, une mère de famille vénézuélienne qui emmène tous les matins sa fille et sa filleule à l’école… de l’autre côté de la frontière, à Cucuta. Il lui faut deux heures de route pour rejoindre la Colombie, un prix à payer pour que ses enfants puissent étudier dans une école très prisée qui compte au total 1 200 enfants vénézuéliens. Reportage de Paula Carrillo et Cesar Rojas.

Source : Traverser la frontière pour étudier : la crise au Venezuela touche aussi les écoliers

Venezuela: Trump réaffirme qu’il étudie « toutes les options »

Le président américain Donald Trump a réaffirmé mercredi qu’il n’excluait aucune piste concernant le Venezuela, soulignant que le président Nicolas Maduro commettait une « terrible erreur » en empêchant l’aide humanitaire internationale d’entrer dans le pays en crise. »Il y a différentes solutions, différentes options. Nous étudions toutes les options », a déclaré M. Trump depuis le Bureau ovale en recevant son homologue colombien Ivan Duque.

Source : Venezuela: Trump réaffirme qu’il étudie « toutes les options » – La Croix

Les champs de coca de Colombie où triment des migrants du Venezuela

Des milliers de migrants de l’ancienne puissance pétrolière en sont réduits à survivre comme « raspachines » (« gratteurs » de coca), de l’autre côté de la frontière, sous le joug de strictes règles régissant les territoires des narco-plantations. Ouvriers, chauffeurs de taxi, pêcheurs, vendeurs sont devenus cueilleurs de la matière première de la cocaïne, activité illégale dont jusque-là ils avaient à peine entendu parler, et qui les mine physiquement, moralement.

Source : Les champs de coca de Colombie où triment des migrants du Venezuela