Colombie/Venezuela : Attaques contre les civils dans la zone frontalière

Des groupes armés commettent de graves abus contre des civils colombiens et vénézuéliens alors qu’ils s’affrontent pour s’assurer le contrôle de la région de Catatumbo, dans le nord-est de la Colombie, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd’hui.

Ce rapport de 64 pages, intitulé « The War in Catatumbo: Abuses by Armed Groups Against Civilians Including Venezuelan Exiles in Northeastern Colombia » (« La guerre de Catatumbo : Abus commis par des groupes armés contre les civils, y compris contre des Vénézuéliens exilés, dans le nord-est de la Colombie »), documente des meurtres, des disparitions forcées, des violences sexuelles, des recrutements d’enfants soldats et des déplacements forcés commis par l’Armée de libération nationale (ELN), l’Armée populaire de libération (EPL) et un groupe qui s’est constitué avec des éléments démobilisés des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Source : Colombie/Venezuela : Attaques contre les civils dans la zone frontalière | Human Rights Watch

Maduro : Les dirigeants des FARC sont les bienvenus au Venezuela

Le président vénézuélien a déclaré que deux anciens dirigeants -fugitifs- des FARC, dont on ignore où ils se trouvent, sont « les bienvenus au Venezuela ».

Nicolas Maduro a félicité Ivan Marquez et Jesus Santrich lors de la cérémonie de clôture dimanche du Forum de Sao Paulo à Caracas – une conférence réunissant 48 partis politiques de gauche et d’autres organisations d’Amérique latine et des Caraïbes.

« Ivan Marquez et Jesus Santrich sont les bienvenus au Venezuela et au Forum de Sao Paulo, ils sont tous deux des leaders de la paix », a-t-il ajouté.

Maduro a également ouvert les portes à deux autres dirigeants des FARC, Rodrigo Londono Echeverri, également connu sous le nom de Timochenko, et Pablo Catatumbo.

La Colombie et les FARC ont conclu un accord de paix en novembre 2016, mettant ainsi fin à plus de 50 ans de conflit entre les deux parties. Après la démobilisation du groupe rebelle de gauche, Marquez et Santrich ont rejoint le bras politique des FARC, représentés au Congrès du pays. Marquez a disparu l’année dernière après l’arrestation de son neveu pour trafic de drogue. Santrich est en fuite parce qu’il n’a pas comparu pour être interrogé sur des accusations de trafic de drogue aux États-Unis.

Source : Maduro : Les dirigeants des FARC sont les bienvenus au Venezuela – actualite-news.com

Les passeurs toujours actifs entre le Venezuela et la Colombie

La frontière piétonne entre le Venezuela et la Colombie a été rouverte il y a deux semaines, mais les « trochas », ces sentiers clandestins empruntés pendant sa fermeture, sont toujours très utilisés, notamment par les sans-papiers.

Source : Les passeurs toujours actifs entre le Venezuela et la Colombie – rts.ch – Monde

Venezuela: libération de Colombiens accusés à tort de tentative de coup d’Etat

Au Venezuela, 59 prisonniers colombiens ont été libérés et expulsés le 29 juin par les autorités. Ils étaient détenus depuis septembre 2016 sans avoir jamais été condamnés ni jugés, accusés d’avoir planifié un attentat contre le président Nicolas Maduro. L’ONU réclamait depuis leur libération, qui intervient une semaine à peine après la visite de la Haute-Commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet.

Source : Venezuela: libération de Colombiens accusés à tort de tentative de coup d’Etat – Amériques – RFI

La (sur)vie dans un bidonville à la frontière colombo-vénézuélienne

Dans le «quartier de la solitude», des centaines de Vénézuélien·nes survivent tant bien que mal. Privée de droits comme ceux de travailler et d’être soignée, cette communauté se serre les coudes.

Source : La (sur)vie dans un bidonville à la frontière colombo-vénézuélienne | Slate.fr

Venezuela: des milliers d’affamés passent chaque jour en Colombie

Cela fait maintenant plus d’une semaine que la frontière piétonne avec la Colombie a été rouverte. Depuis, entre 35 et 50 000 Vénézuéliens se pressent chaque jour pour entrer dans le pays, soit pour acheter des produits de première nécessité, soit pour émigrer. Pour les aider, une cantine populaire offre 8000 repas par jour aux plus nécessiteux.

Source : [Reportage] Venezuela: des milliers d’affamés passent chaque jour en Colombie – Amériques – RFI