Venezuela: un «carnet de contrôle migratoire frontalier» pour les Colombiens

Au Venezuela, les autorités ont annoncé la création d’un « carnet de contrôle migratoire frontalier » qui sera obligatoire pour tout citoyen colombien qui souhaite rentrer dans le pays. Le but : contrôler les passages des Colombiens à la frontière avec le Venezuela qui vient de rouvrir ce week-end après trois mois de fermeture. Une mesure qui inquiète au sein de l’opposition vénézuélienne.

Source : Venezuela: un «carnet de contrôle migratoire frontalier» pour les Colombiens – Amériques – RFI

Réouverture de passages frontaliers entre le Venezuela et la Colombie : quels enjeux ?

Contacté par RT France au sujet de l’annonce de Nicolas Maduro, le journaliste Romain Migus estime que la décision s’inscrit aujourd’hui dans «une dynamique économique frontalière» qui touche les deux pays : «50% des commerces colombiens situés à la frontière ont fermé, car les Vénézuéliens venaient s’y approvisionner, et dans la zone frontalière située du côté du Venezuela, il y a beaucoup de marchandises qui viennent de la Colombie : des produits manufacturés et d’alimentation, bref des produits de commerce de base». Côté colombien, «c’est l’essence qui constitue le gros des importations».

Le journaliste parle d’«un bol d’air», alors que la fermeture des passages frontaliers de la région avait des répercussions pesantes à presque 400 km à la ronde. «Bol d’air» qui sera inévitablement suivi des problématiques propres aux frontières, nuance Romain Migus, qui évoque notamment le phénomène de la contrebande.

Source : Réouverture de passages frontaliers entre le Venezuela et la Colombie : quels enjeux ? — RT en français

Venezuela : la course aux vivres, après la réouverture de la frontière colombienne

C’est l’exode le plus massif de l’histoire récente de l’Amérique latine, la fuite de millions de Vénézuéliens pour échapper à la crise. Un exode qui continue avec la réouverture de la frontière colombienne, ce samedi 8 juin. Ils étaient des milliers à tenter d’entrer sur le sol colombien, en quête de provisions et de médicaments.

Source : Venezuela : la course aux vivres, après la réouverture de la frontière colombienne | TV5MONDE – Informations

De la crise au Venezuela au conflit armé en Colombie

Mines anti-personnel, enrôlement forcé par les groupes armés, réseaux de prostitution : fuyant la crise au Venezuela, des migrants se heurtent en Colombie à la violence d’un conflit complexe. Vulnérables, ils sont la cible de tous les trafics.Sur le fleuve Arauca, le va-et-vient incessant des chaloupes donne le vertige : d’un côté la Colombie, en face le Venezuela.

A proximité, il y a un pont, désert : la frontière entre les deux pays frères ennemis reste fermée depuis février. De là, des policiers impuissants regardent au loin des centaines de personnes débarquer chaque jour sur les berges boueuses.

Durant des décennies, les Colombiens ont trouvé refuge au Venezuela. Aujourd’hui, les Vénézuéliens viennent acheter nourriture, médicaments et autres produits qui manquent chez eux. Beaucoup migrent, en quête d’une vie meilleure. Les uns serrent contre eux leurs bébés. D’autres portent un vieillard dans sa chaise roulante.

Source : De la crise au Venezuela au conflit armé en Colombie

L’aide humanitaire américaine pour le Venezuela sera distribuée en Colombie

L’aide humanitaire américaine à destination du Venezuela, bloquée en Colombie depuis trois mois, sera distribuée sur place à des migrants vénézuéliens, a annoncé jeudi le gouvernement colombien.

Source : L’aide humanitaire américaine pour le Venezuela sera distribuée en Colombie | Amérique latine

Venezuela-Colombie. Le parcours de migrant·e·s qui éclaire un pays en ruine…

J’ai marché 672 kilomètres, escaladant des sommets cumulant à 3500 mètres de haut en huit jours, en route pour Bogota. Ces jeunes Vénézuéliens, dont la plupart n’ont guère plus que des sacs à dos et des couvertures, ne sont que quelques-uns parmi les milliers de personnes qui fuient quotidiennement un pays en ruine. Il s’agit de la plus importante migration de masse de l’histoire de l’Amérique du Sud, avec 3,7 millions de personnes qui ont fui depuis 2015.

Une économie souterraine s’est développée le long de la principale route d’immigration vers Bogota et au-delà, avec un réseau informel d’abris et de cuisines qui semblent approvisionner les milliers de personnes qui entrent chaque jour en Colombie à pied: papiers, vaccins, nourriture, eau, soins médicaux de base et abri sont désormais disponibles.

Source : A l’encontre » Venezuela-Colombie. Le parcours de migrant·e·s qui éclaire un pays en ruine…