Venezuela: une journée de prière interreligieuse pour vaincre la pandémie

Une journée internationale de prière se déroulera le 24 juin prochain au Venezuela a annoncé le Forum social interreligieux du Venezuela. Créé le 22 avril dernier, cette plateforme est composée de représentants de l’Église catholique, de l’Église évangélique, de la Communauté juive, de l’Église anglicane et du Conseil des Églises historiques de Caracas, dans le but de «renforcer la capacité d’intégration et l’effort collectif entre les différents secteurs du pays».

Cette journée, précise la conférence épiscopale du pays aura aussi pour objectif, de partager un moment «de solidarité, de foi, d’espérance et d’amour, sans distinction de croyance, de condition sociale, économique, culturelle ou partisane». En raison de la crise sanitaire dans le pays, cet évènement se tiendra en ligne sur la plateforme Zoom.

Source : Venezuela: une journée de prière interreligieuse pour vaincre la pandémie – Vatican News

Miami, en plein essor, est un havre de paix pour les Juifs du Venezuela

Miami accueille une large population juive originaire d’Amérique latine. La toute première vague d’immigration juive était venue de Cuba, après la révolution de Fidel Castro, en 1959. Le secteur, depuis, a accueilli des Juifs d’un certain nombre de pays de la région – en particulier venant du Venezuela, de Colombie, d’Argentine et du Pérou.

Source : » Miami, en plein essor, est un havre de paix pour les Juifs du Venezuela

Direction le Venezuela pour découvrir les fêtes de San Benito

Aujourd’hui, on s’arrête par le Venezuela pour parler d’un Saint : San Benito de Palermo. Ce saint catholique, originaire de Sicile, aussi connu sous le nom d’El Moro – le Maure – serait en fait un descendant d’esclaves d’origine africaine.

Reconnu par l’église comme l’auteur de nombreux miracles, il fait désormais l’objet d’un véritable culte dans les états occidentaux du Venezuela. De nombreuses fêtes lui sont consacrées chaque année fin décembre.

Source : Direction le Venezuela pour découvrir les fêtes de San Benito (vidéo) – Latina – La Radio Caliente

Au Vénézuela, les activités des chrétiens de plus en plus limitées

Le 17 octobre, le Vénézuela est devenu membre du Conseil des Droits de l’Homme (CDH) de l’ONU. Dans le même temps, les chrétiens y sont ouvertement dénigrés ou ignorés par le pouvoir.

Le gouvernement considère les activités sociales des églises comme une critique de ses choix politiques. Les catholiques et les évangéliques sont ainsi délibérément ignorés, et les autorités ne cessent de limiter leur champ d’action dans le domaine social et humanitaire. En juillet dernier, par exemple, un officier de l’armée les a accusés d’être des espions à la solde des États-Unis.

De plus, comme le reste de la population, les chrétiens souffrent des difficiles conditions économiques qui règnent dans le pays. De nombreux pasteurs sont partis. Parmi ceux qui restent pour diriger les églises, seuls quelques-uns sont formés.

Source : Au Vénézuela, les activités des chrétiens de plus en plus limitées

Venezuela : Israël veille discrètement sur les Juifs

Les autorités israéliennes ont décidé de rester silencieuses face aux troubles au Venezuela, craignant que cela ne porte préjudice à la communauté juive de ce pays d’Amérique latine après la rupture des relations diplomatiques entre le président vénézuélien, Nicolas Maduro et les États-Unis.

Le gouvernement de Maduro a été accusé d’encourager l’antisémitisme et les idées anti-israéliennes extrêmes en raison de l’élargissement des relations entre le Venezuela et l’Iran.

Source : Venezuela : Israël veille discrètement sur les Juifs – JForum

« La moitié des Vénézuéliens trouve sa nourriture dans les poubelles »

ENTRETIEN avec le père Georges Engel, prêtre du diocèse de Nancy, curé de la paroisse Notre-Dame de l’Assomption dans un quartier populaire de Caracas. Selon ce prêtre français qui retourne régulièrement au Venezuela, l’Église est la seule force d’opposition au régime de Nicolas Maduro.

Source : « La moitié des Vénézuéliens trouve sa nourriture dans les poubelles » – La Croix