Au Venezuela, l'effondrement de l'économie pousse à la cybercriminalité

La cryptomonnaie soutirée par les hackers est beaucoup plus stable que la monnaie d’un pays plongé dans le chaos.

Source : Au Venezuela, l’effondrement de l’économie pousse à la cybercriminalité | korii.

Venezuela: un mort et 19 blessés dans une bousculade avant un concert de rap

Une jeune fille est morte et 19 personnes ont été blessées dans une bousculade survenue samedi avant un concert de rap qui devait avoir lieu dans un parc de Caracas, a-t-on appris auprès des services de secours vénézuéliens.

Source : Venezuela: un mort et 19 blessés dans une bousculade avant un concert de rap | JDM

Insécurité, police et droits de l’Homme au Venezuela

Durant des années, le système médiatique a dénoncé sans relâche l’insécurité au Venezuela. Dès lors que le gouvernement s’est attelé -tardivement- à apporter un ensemble de solutions, les accusations se sont soudainement transformés en « violations des droits de l’Homme ».

La campagne médiatique actuelle, qui ne se base que sur les dires d’ONGs financées par les Etats-Unis, a un but précis: désarmer l’Etat vénézuélien. En premier lieu, il s’agit de le désarmer économiquement, c’est le rôle du blocus criminel qui étouffe le pays. Ensuite, désarmer l’Etat-nation, au sens de morceler le territoire vénézuélien, afin de faire passer les zones stratégiques sous contrôle paramilitaire ou sous celui des structures criminelles.

Or, cet objectif ne peut se réaliser que si l’Etat vénézuélien ne dispose plus de capacité de défense de son territoire. C’est le sens de cette campagne contre la police. Il faut désormais désarmer l’Etat, c’est à dire  réduire à néant la possibilité d’affronter le crime organisé, et le paramilitarisme colombien.

Source : Venezuela en Vivo: Insécurité, police et droits de l’Homme au Venezuela

« Un massacre au goutte-à-goutte » : des milliers d’exécutions extrajudiciaires au Venezuela

Le chiffre est tiré des registres officiels: près de 18 000 Vénézuéliens ont été assassinés par la force publique depuis 2016. Dix-huit mille. « Un massacre au goutte-à-goutte », résume Keymer Avila, professeur de criminologie à l’Université centrale du Venezuela, à Caracas. « Une guerre contre le peuple », soupire Maria C., dont le fils a été tué par la police. Dans un pays ou mafias et forces de l’ordre sont trop souvent de mèche, la militarisation de la politique sécuritaire a tourné au cauchemar.

Dans les statistiques, les victimes de la force publique apparaissent sous la rubrique « résistance à l’autorité ». Mais les organisations des droits de l’homme, ONU comprise, ont pu établir qu’il s’agit dans l’immense majorité des cas d’exécutions extrajudiciaires. Les victimes sont tuées désarmées. Selon Tamara Taraciuk, de l’ONG Human Rights Watch (HRW), auteure d’un récent rapport sur le sujet : « Il y a un modèle de conduite systématique de la force publique. » Le gouvernement dément.

Source : « Un massacre au goutte-à-goutte » : des milliers d’exécutions extrajudiciaires au Venezuela

Après 10 ans de cavale, Christian Maillaud interpellé au Venezuela

En fuite depuis près de 10 ans, Christian Maillaud est recherché par la justice française depuis 2009. Condamné par deux fois pour enlèvement ou projets d’enlèvement d’enfants, mais absent à chacun de ses procès, ce combattant auto-proclamé des réseaux pédophiles pourrait bien se voir incarcérer avant d’avoir à s’expliquer devant la justice comme le rapporte LeParisien.

Recherché par Interpol, il a été interpellé le 10 juillet au Venezuela. C’est sa compagne, Janett Seemann, d’origine allemande, qui a annoncé son arrestation via une vidéo mise en ligne sur internet.

Source : Après 10 ans de cavale, Christian Maillaud interpellé au Venezuela

Au Venezuela, les gangs se disent victimes de la crise

Le Venezuela s’enfonce dans une crise politique, sociale et sanitaire toujours plus profonde. La population tente, péniblement, de survivre. Personne ou presque n’est épargné, y compris les milieux criminels qui ont fait des enlèvements contre rançon une industrie. Reportage exclusif signé Roméo Langlois et Jorge Benezra.

Source : Cap Amériques – Au Venezuela, les gangs se disent victimes de la crise