«Au Venezuela, la principale arme du gouvernement, c’est la peur»

Chaque jour, des milliers de Vénézuéliens quittent leur pays en proie à une crise sans précédent. La majorité d’entre eux traversent la frontière vers la Colombie qui s’étend sur 2 200 km. Un jeune opposant au régime de 23 ans, Gustavo Hurtado, vient de rejoindre cette cohorte d’exilés après avoir reçu de multiples menaces téléphoniques.

Il a confié à notre journal les conditions de son départ en France et la vie quotidienne dans un pays où la violence, l’insécurité, le manque d’alimentation, d’accès à la santé et d’opportunités en général auront pour conséquence en 2020 que plus de 20 % de sa population vivra en dehors de ses frontières selon l’ONU.

Source : «Au Venezuela, la principale arme du gouvernement, c’est la peur» – Le Parisien

Venezuela : bientôt la première crise migratoire mondiale

Des chercheurs qui ont étudié un échantillon de 12 957 migrants vénézuéliens à destination du Pérou, de l’Équateur, de la Colombie et du Chili, ont mis au jour les principales caractéristiques de ces émigrés. La majorité d’entre eux a moins de trente ans et leur motivation est principalement économique. 8 migrants sur 10 évoquent la recherche de meilleures opportunités de travail, et plus de 70 % d’entre eux souhaitent aider économiquement un proche.

L’invocation de causes politiques est plus rare. La moitié mentionne un manque d’accès à l’emploi, au logement ou à la retraite pour des raisons politiques et autour de 10 % évoquent des persécutions politiques à proprement parler. Pour les autres, l’émigration est purement économique.

Source : Venezuela : bientôt la première crise migratoire mondiale

Le Venezuela condamne l’expulsion de 59 de ses ressortissants de Colombie

Lundi dernier, l’immigration colombienne annonçait l’expulsion de 59 Vénézuéliens pour « menace à l’ordre public et à la sécurité nationale » alors que la Colombie est touchée par un important mouvement social depuis plus d’une semaine. Pour le gouvernement vénézuélien, ces expulsions sont un « écran de fumée » d’Ivan Duque, le président colombien.

Le ministre des Affaires étrangères vénézuélien se dit « indigné et profondément préoccupé » par ces déportations. Dans un communiqué tardif, Jorge Arreaza accuse Ivan Duque de « criminaliser l’immigration vénézuélienne pour faire oublier qui est le vrai responsable de la crise colombienne, à savoir le gouvernement ».

En tout, 83 Vénézuéliens ont été expulsés de Colombie au cours des deux dernières semaines. Tous sont accusés d’avoir infiltré les manifestations qui durent depuis le 21 novembre. Ivan Duque a même laissé entendre que les autorités vénézuéliennes étaient à la manœuvre.

Source : Le Venezuela condamne l’expulsion de 59 de ses ressortissants de Colombie – Amériques – RFI

Venezuela : un exode sans réponse régionale

D’après le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), ce sont près de 4,5 millions de Vénézuéliens qui ont fui leur pays depuis 2015, un chiffre qui place le Venezuela juste derrière la crise migratoire syrienne. Même si les nombres traduisent l’ampleur des flux, l’exode vénézuélien reste encore assez peu évoqué en France et en Europe. Il constitue pourtant un cas majeur de migrations forcées.

Source : Venezuela : un exode sans réponse régionale

Aide internationale: le déclin du Venezuela pose des défis pour le Canada

Les répercussions de la crise au Venezuela dans les Amériques risquent d’entraîner des coûts importants à long terme pour le gouvernement du Canada.

Le flot de 4,5 millions de réfugiés vénézuéliens dans d’autres pays devrait grimper à plus de six millions d’ici la fin 2020, selon les nouvelles estimations de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés. C’est près d’un Vénézuélien sur cinq.

Cela met davantage de pression sur les voisins du Venezuela, qui absorbent la plupart des réfugiés en cette période d’incertitude politique grandissante sur le continent.

Source : Aide internationale: le déclin du Venezuela pose des défis pour le Canada | L’actualité

L’acteur qui a fui la criminalité au Venezuela pour jouer le Joker en Colombie

Un ricanement diabolique… c’est le Joker qui rôde dans les rues et effarouche les passants. Johnny Tales, un comédien qui a migré du Venezuela après avoir été agressé par de vrais criminels, survit à Medellin en jouant l’anti-héros vedette du box office.

Johnny ressemble davantage au Joker interprété par Heath Ledger, décédé en 2008, qu’à celui qu’incarne Joaquin Phoenix.

Source : https://www.nouvelobs.com/societe/20191101.AFP7806/l-acteur-qui-a-fui-la-criminalite-au-venezuela-pour-jouer-le-joker-en-colombie.html