Venezuela. La rébellion masochiste et obéissante du Communard

L’opposition et son électorat sont les principales victimes des manœuvres et magouilles électorales des héritiers de Hugo Chávez. Mais le pouvoir n’hésite pas non plus à œuvrer contre sa propre base sociale.

Cinquième et dernier épisode de notre série sur l’injustice électorale : la rébellion masochiste et obéissante du Communard.

Source : Venezuela. La rébellion masochiste et obéissante du Communard – Barril.info

[Vidéo] Margarita Cadenas : « Au Venezuela, la population est sans espoir, plus rien ne fonctionne »

La réalisatrice et productrice franco-vénézuélienne Margarita Cadenas était notre invitée à l’occasion de la prestation de serment, jeudi, du président Nicolas Maduro pour un nouveau mandat. Dans son documentaire « Femmes du chaos vénézuélien : vivre au Venezuela sous Maduro », elle présente la vérité crue du quotidien de cinq femmes vénézuéliennes, entre pénuries, violences, corruption et résignation.

Venezuela: Maduro menace les pays qui ont appelé à son départ

Nicolas Maduro n’a pas apprécié la déclaration de ce qu’il appelle « le cartel de Lima ». Treize des quatorze pays du groupe lui ont demandé vendredi dernier d’abandonner le pouvoir au profit de l’Assemblée nationale, acquise à l’opposition.

« Je laisse 48 heures aux gouvernements du cartel de Lima pour rectifier leur politique interventionniste et grossière. Sinon le gouvernement vénézuélien prendra les mesures diplomatiques les plus urgentes et sévères pour défendre l’intégrité, la souveraineté et la dignité de notre Venezuela », a prévenu le président vénézuélien.

Le Groupe de Lima estime que les élections du 20 mai n’ont pas été libres et transparentes. Un argument qui, selon Nicolas Maduro, masque le vrai but de ces pays qu’ils estiment soumis aux Etats-Unis : « Derrière cette déclaration du cartel de Lima, un coup d’Etat est en marche orchestré depuis Washington contre le gouvernement légitime et constitutionnel que je préside. »

Aux appels au dialogue et à l’ouverture, le président vénézuélien répond par l’offensive. C’est donc bien isolé que le président va prêter serment ce jeudi. Seuls trois pays l’ont assuré de leur présence : la Bolivie, Cuba et la Turquie.

Source : Venezuela: Maduro menace les pays qui ont appelé à son départ – Amériques – RFI

[Vidéo] Nicolás Maduro est-il illégitime ? [À vrai dire]

Ce jeudi 10 janvier, le président vénézuélien entame un deuxième mandat contesté. Plus de cinquante pays ne reconnaissent pas ce mandat, à l’issue d’un scrutin controversé. L’Assemblée nationale vénézuélienne considère sans ambages Nicolás Maduro « illégitime ».

Source : Venezuela : Nicolás Maduro est-il illégitime ? [À vrai dire]

Amérique latine: Au Venezuela, les espoirs de la révolution chaviste sont enterrés

Douze ans ont passé depuis notre précédente rencontre, en novembre 2006. À cette époque, le veilleur de nuit et ancien boxeur était un fier et solide supporter d’Hugo Chávez. Malgré les immenses manifestations de l’opposition qui envahissaient cette année-là la capitale en pleine campagne électorale, il croyait en la révolution sociale incarnée par l’ancien président.

Le décès d’Hugo Chávez, le 5 mars 2013, a tout remis en question pour Benito et les classes populaires qui vénéraient «El Comandante». Nicolás Maduro, le successeur de Chavez à la présidence, gouverne un pays aujourd’hui à la dérive. Sa réélection en mai 2018 avec 68% des voix a été émaillée d’irrégularités décriées par l’opposition et a été marquée par un fort taux d’abstention.

Source : Amérique latine: Au Venezuela, les espoirs de la révolution chaviste sont enterrés – News Monde: Amériques – tdg.ch

En 2019, le Venezuela pourrait bien ne plus pouvoir exporter de pétrole

Et si le Venezuela, bénéficiaire des plus importantes réserves pétrolières mondiales, devenait incapable d’exporter du pétrole en 2019 ? C’est un scénario que certains observateurs n’écartent plus désormais.La production de pétrole du Venezuela n’a cessé de baisser depuis l’arrivée au pouvoir d’Hugo Chavez en 1998, avec une accélération de la chute très nette ces trois dernières années.

Alors que le pays produisait plus de 3 millions de barils par jour au début des années 2000, en 2018, sa production est tombée de 1 250 barils/jour en moyenne. La compagnie pétrolière nationale, Petroleos de Venezuela SA (PDVSA), a été déclarée en défaut de paiement sur une partie de sa dette. Si le montant en cause n’a pas été révélé, certains parlent de plus de 1 milliard de dollars. Les chiffres sont difficiles à vérifier, PDVSA ne publiant pas ses bilans comptables depuis plusieurs années.

Source : En 2019, le Venezuela pourrait bien ne plus pouvoir exporter de pétrole