Venezuela: 228 féminicides en 2020, un tiers en plus qu’en 2019

Quelque 228 féminicides sont survenus en 2020 au Venezuela, soit 36,52% de plus que l’année précédente, a annoncé mercredi 25 novembre une association spécialisée, le jour de la Journée internationale de l’Onu pour l’élimination de la violence contre les femmes.

«Nous avons observé une augmentation alarmante», a déclaré Aimeé Zambrano, coordinatrice de l’organisation indépendante Monitor de Feminicidios, liée à la plateforme numérique Utopix.

Selon le Monitor, 159 de ces 228 meurtres se sont produits après l’introduction du confinement dans le pays, à la mi-mars. Des dizaines de femmes ont manifesté devant le palais de justice de Caracas et d’autres bâtiments publics, en scandant notamment: «On nous assassine, nous les femmes!»

Le gouvernement vénézuélien a cessé de donner des chiffres officiels de féminicides en 2016, après en avoir annoncé 121 pour 2015.

Source : Venezuela: 228 féminicides en 2020, un tiers en plus qu’en 2019

Coronavirus: Un pittoresque village allemand du Venezuela s’adapte à la vie sans touristes

Colonia Tovar est un petit bout d’Allemagne au Venezuela très prisé par les touristes…Mais ça, c’était avant la Pandémie.

Fondé en 1843 par des colons allemands à environ 70 kilomètres de Caracas, Colonia Tovar était l’une des principales attractions touristiques à proximité de la capitale vénézuélienne. C’est un village vraiment atypique dans le pays par son architecture et son urbanisme qui reprend le style pittoresque alpin allemand.

Ses habitants sont d’ailleurs appelés les « Alemannisch » par les Vénézuéliens. Ils sont majoritairement des descendants de travailleurs immigrés allemands de la région du Kaiserstuhl en pays de Bade.Colonia Tovar, perché à 1800 mètres d’altitude, est également connu sous le nom « d’Allemagne des Caraïbes ». Le village conserve encore l’empreinte culturelle de ses premiers habitants. Il est remarquable pour ses maisons à colombages, ses champs soigneusement entretenus… et sa cuisine allemande.

Mais avec les restrictions liées aux coronavirus qui limitent le flux de visiteurs et les pénuries de carburant qui frappent le secteur agricole local, les habitants et les entreprises ont dû s’adapter pour gagner leur vie.

Source : RTL 5minutes – Coronavirus: Un pittoresque village allemand du Venezuela s’adapte à la vie sans touristes

Au Venezuela, Nicolás Maduro a démarré les fêtes de Noël

“Début de Noël. Ce soir.” Le message aurait de quoi surprendre en ce mois d’octobre. Pourtant, au Venezuela comme dans le reste de l’Amérique Latine, l’annonce de Nicolás Maduro n’a pas surpris la presse habituée à la communication excentrique du chef d’État vénézuélien.

S’appuyant sur un montage photo relayé dans un tweet par la chaîne Venezolana de Televisión, où le dirigeant apparaît en compagnie de Cilia Flores, son épouse, entre une branche de houx, des clochettes, une pluie d’étoiles et une croix, Nicolás Maduro a lancé les festivités de Noël deux mois en avance, promettant des “millions de jouets pour les enfants.”

Source : Au Venezuela, Nicolás Maduro a démarré les fêtes de Noël

Racisme et violence d’Etat au Venezuela

Des amis nous ont transmis cet entretien réalisé par Elvira Blanco Santini & Alejandro Quryat : «La police de Maduro tue plus de Noirs et de jeunes prolétaires racisés que la police de Trump et celle de Bolsonaro, en proportion et en chiffres absolus. Plongé dans un climat d’insécurité urbaine qui lui vaut un des taux d’homicides les plus élevés de la région, le Venezuela a ceci de particulier qu’une bonne partie des décès par mort violente y sont dus à des opérations de lutte contre la délinquance menées par les forces de sécurité de l’État.

Cette violence d’État affecte tout particulièrement les secteurs juvéniles les plus pauvres et les moins « blancs » des quartiers populaires, dans un pays où le racisme repose sur des hiérarchies plus complexes et labiles qu’ailleurs et apparaît comme un phénomène latent et non problématisé par la société et les acteurs politiques. Nous avons interrogé à ce sujet Keymer Ávila, professeur de criminologie et chercheur à l’Institut des sciences criminologiques de l’Université centrale du Venezuela, et l’un des principaux spécialistes et critiques de la violence institutionnelle et du système pénal contemporains au Venezuela.»

Source : Racisme et violence d’Etat au Venezuela | A l’encontre

Sans public et enregistré: un concours Miss Venezuela 2020 au goût particulier

Haydalic Urbano rêvait d’apprendre à marcher sur le « catwalk », la passerelle où chaque prétendante au titre de Miss Venezuela 2020 doit défiler face au public. Mais en ces temps de pandémie, la jeune femme a dû se contenter de cours à distance.

« Ca a été compliqué de suivre les cours de défilé de manière virtuelle », raconte Haydalic Urbano, chirurgienne de 25 ans et l’une des 22 candidates au concours de Miss Venezuela.

« Je rêvais d’aller tous les jours à La Quinta (le siège de Miss Venezuela à Caracas), mais nous nous sommes adaptées et je ne regrette pas du tout d’avoir vécu le concours en pleine pandémie », confie-t-elle à l’AFP.

Zoom, WhatsApp… : les organisateurs ont dû faire preuve d’inventivité pour respecter les mesures de confinement édictées par les autorités vénézuéliennes pour tenter de contenir le nouveau coronavirus dont plus de 67.000 cas ont officiellement été recensés et qui a fait 555 morts dans ce pays de 30 millions d’habitants.

Source : Sans public et enregistré: un concours Miss Venezuela 2020 au goût particulier

De la Colonie à la Révolution bolivarienne : comment se sont formées les femmes vénézuéliennes

Les femmes vénézuéliennes sont devenues une figure marquante de la révolution bolivarienne. Chávez a su identifier le rôle que les femmes jouaient dans la structure socio-familiale des classes populaires vénézuéliennes et l’a toujours exprimé dans ses récits sur l’éducation donnée par sa grand-mère paternelle, Mama Rosa, et dans les autres sources féminines de sa formation.

Beaucoup d’entre nous nous sommes senties revendiquées dans les anecdotes présidentielles parce qu’en général, dans chaque foyer vénézuélien (non bourgeois) de la vie paysanne ou à la périphérie des villes, il y a une forte présence de la femme comme mère protectrice, qui dirige les activités économiques de la famille et étend les liens de protection aux noyaux familiaux dérivés du sien, et aux autres espaces de la communauté dans laquelle ils vivent, sans qu’existe nécessairement de lien familial.

En caractérisant le chavisme à partir de sa condition de classe, nous passerons en revue de manière générale l’évolution des femmes des secteurs populaires, en cherchant à décrire ce « ferment féminin » que Chávez, citant Karl Marx, demandait d’étudier afin de l’intégrer dans la construction de la Cinquième République : « Il n’y a pas de changements sociaux si nous n’atteignons pas le ferment, et comment atteint-on le ferment ? Une combinaison d’éléments pour que quelque chose fermente ; les mots sont précis, on ne peut pas dire qu’il y a participation des femmes simplement parce qu’il y a un groupe de ministres, ni en les plaçant sur un piédestal, non ! Ici, il faut créer le ferment, le ferment avec la passion, avec la connaissance, avec l’action, avec le mouvement« .

Source : De la Colonie à la Révolution bolivarienne : comment se sont formées les femmes vénézuéliennes | Venezuela Infos