De la Colonie à la Révolution bolivarienne : comment se sont formées les femmes vénézuéliennes

Les femmes vénézuéliennes sont devenues une figure marquante de la révolution bolivarienne. Chávez a su identifier le rôle que les femmes jouaient dans la structure socio-familiale des classes populaires vénézuéliennes et l’a toujours exprimé dans ses récits sur l’éducation donnée par sa grand-mère paternelle, Mama Rosa, et dans les autres sources féminines de sa formation.

Beaucoup d’entre nous nous sommes senties revendiquées dans les anecdotes présidentielles parce qu’en général, dans chaque foyer vénézuélien (non bourgeois) de la vie paysanne ou à la périphérie des villes, il y a une forte présence de la femme comme mère protectrice, qui dirige les activités économiques de la famille et étend les liens de protection aux noyaux familiaux dérivés du sien, et aux autres espaces de la communauté dans laquelle ils vivent, sans qu’existe nécessairement de lien familial.

En caractérisant le chavisme à partir de sa condition de classe, nous passerons en revue de manière générale l’évolution des femmes des secteurs populaires, en cherchant à décrire ce « ferment féminin » que Chávez, citant Karl Marx, demandait d’étudier afin de l’intégrer dans la construction de la Cinquième République : « Il n’y a pas de changements sociaux si nous n’atteignons pas le ferment, et comment atteint-on le ferment ? Une combinaison d’éléments pour que quelque chose fermente ; les mots sont précis, on ne peut pas dire qu’il y a participation des femmes simplement parce qu’il y a un groupe de ministres, ni en les plaçant sur un piédestal, non ! Ici, il faut créer le ferment, le ferment avec la passion, avec la connaissance, avec l’action, avec le mouvement« .

Source : De la Colonie à la Révolution bolivarienne : comment se sont formées les femmes vénézuéliennes | Venezuela Infos

[Vidéo] Venezuela, quelques femmes parmi tant d’autres : le collectif Imagiro

Si “tous les arts contribuent au plus grand des arts, l’art de vivre” (Brecht), le travail du collectif Imagiro, fondé par Carmen Violeta Pérez est un de ces arts. Les femmes vénézuéliennes qui forment cette équipe préparent ce futur où les enfants, sujets de plein droit, auront conquis ce qu’elles nomment “le droit à la tendresse”. Elles nous ont accueillis, Victor Hugo Rivera et moi, durant deux représentations de “Tacatan Fuu” à Caracas. Nous en avons tiré ce documentaire de 27 minutes. A elles, pour leur merveilleuse aventure, notre reconnaissance infinie.

Source : Venezuela, quelques femmes parmi tant d’autres (10) : le collectif Imagiro | Venezuela Infos

Le Venezuela est devenu plus pauvre qu’Haïti

Mardi, une étude publiée par 3 des plus prestigieuses universités du Venezuela : l’Université catholique Andrés Bello, l’Université centrale du Venezuela et l’Université Simón Bolívar, a révélé qu’en 2019, le Venezuela avait dépassé le niveau de pauvreté d’Haïti pour devenir le pays le plus pauvre d’Amérique Latine (Haïti 2e) et le deuxième au monde après le Nigeria.

Outre le Venezuela et Haïti les autres pays dans la région qui ont été placés dans la tranche de pauvreté du tableau sont le Guatemala, l’Équateur, Cuba, la Bolivie et la Colombie.

Le rapport précise que l’économie vénézuélienne s’est contractée systématiquement à plus de deux chiffres au cours de chacune des cinq dernières années, conduisant le pays à perdre plus de 70% de son Produit Intérieur Brut (PIB).

L’effondrement économique a condamné 96,2% de la population à tomber sous le seuil de pauvreté et 79,3% de la population à vivre dans des conditions d’extrême pauvreté, révèle l’étude soulignant que l’augmentation accélérée de l’extrême pauvreté s’est produite depuis que Nicolás Maduro dirige le pays (2013), passant du niveau de pauvreté de 11,4% (2013), à 20,6% (2014), 29,8% (2015), 50,8% (2016), 63,7% (2017), 76,5% (2018) et 79,30% en 2019.

Source : Haïti – FLASH : Le Venezuela est devenu plus pauvre qu’Haïti – HaitiLibre.com : Toutes les nouvelles d’Haiti 7/7

Au Venezuela, quand les coqs combattent, on parle de dollars, « jamais de politique »

« Tue-le ! Tue-le ! »: le rhum aidant, les esprits des parieurs s’échauffent vite pendant le sanglant combat que se livrent deux coqs dans l’arène de ce gallodrome de Caracas. Signe des temps, ici, on parie désormais en dollars et on laisse la politique hors des gradins.

Source : Au Venezuela, quand les coqs combattent, on parle de dollars, « jamais de politique » – Le Point

Venezuela : Violents abus dans des mines d’or illégales

Dans l’État du Bolivar au Venezuela, des groupes armés exploitent illégalement des mines d’or, parfois avec la complicité du gouvernement. Ils soumettent les habitants locaux à de graves abus, dénoncés par HRW.

Source : Venezuela : Violents abus dans des mines d’or illégales | Human Rights Watch

Le Venezuela annonce le rapatriement d’un rocher sacré exposé à Berlin

Le gouvernement vénézuélien a annoncé lundi le rapatriement d’un rocher sacré de la communauté amérindienne Pemon exposé depuis plus de vingt ans dans un parc de Berlin, après un « accord à l’amiable » avec l’Allemagne.

« La restitution du rocher sacré du peuple Pemon a commencé », a écrit sur Twitter Jorge Arreaza, ministre des Affaires étrangères de Nicolas Maduro, ajoutant que le rocher avait déjà été « retiré » du Tiergarten, immense espace vert au coeur de la capitale allemande.

Jorge Arreaza a joint à son message des photos et des vidéos de l’opération qui a consisté à hisser le rocher Kueka (grand-mère, en langue pemon) et ses 30 tonnes pour le placer sur la plateforme d’un camion.

Source : Le Venezuela annonce le rapatriement d’un rocher sacré exposé à Berlin | Metro