Une intervention militaire au Venezuela? 86% des Vénézuéliens s’y opposeraient

La grande majorité des Vénézuéliens s’oppose à une intervention étrangère dans le pays, tant militaire que civile, ainsi qu’aux sanctions imposées par les États-Unis, révèle un sondage de l’institut d’enquête privé vénézuélien Hinterlaces.

Source : Une intervention militaire au Venezuela? 86% des Vénézuéliens s’y opposeraient – Sputnik France

Venezuela. Du punitivisme carcéral aux exécutions systématiques

Pour comprendre l’augmentation récente de la violence au Venezuela et plus particulièrement à Caracas dans la période postérieure au décès d’Hugo Chávez, il faut placer au centre de l’analyse les discours et les pratiques étatiques, dans un contexte de baisse des prix du pétrole.

Dans cet article, nous suggérons que cette violence exceptionnelle peut s’expliquer, dans le cadre d’un processus historique de militarisation des politiques de sécurité, par les effets d’une première phase de punitivisme carcéral de masse. Cette phase a commencé en 2009 avec le lancement d’une nouvelle étape d’opérations de police militarisées, et au fil des ans, plus précisément en 2015, a ouvert la voie à une pratique systématique des exécutions extrajudiciaires. Cette dernière est devenue la stratégie fondamentale de contrôle des secteurs populaires, transformant l’État, et notamment des secteurs de l’armée et de la police, en acteur fondamental de la violence létale au Venezuela.

Source : Venezuela. Du punitivisme carcéral aux exécutions systématiques – Barril.info

Panafricanisme et Bolivarisme, par Amzat Boukari-Yabara

Qu’est-ce que « l’Afro-bolivarisme » et quels liens établissez-vous entre le panafricanisme, la Caraïbe et l’Amérique du Sud ?

L’Amérique du Sud est très importante car c’est dans cette partie du monde que la majorité des africains déportés ont été conduits. Le Brésil aujourd’hui héberge la plus importante population d’origine africaine en dehors du continent africain. C’est banalement de 85 à 95 millions d’habitants qui ont des origines africaines. Aujourd’hui on trouve beaucoup d’éléments qui renvoient à l’Afrique. Et ce qui est aussi important de rappeler, c’est que lors de la Révolution Haïtienne, Toussaint Louverture va inspirer Simon Bolivar qui fera une escale à Haïti lorsqu’il ira lui-même libérer les colonies Espagnoles d’Amérique du Sud, notamment dans ce qui sont aujourd’hui la Colombie et le Venezuela, également l’Équateur et la Bolivie avec les autres généraux. Sauf que par la suite, le récit qui va être fait de cette Amérique Latine, c’est l’idée d’une Amérique Latine métisse.

On va gommer la présence des noirs, on va gommer la présence indienne, on va créoliser cette Amérique Latine porté si bien qu’il va y avoir une censure sur l’histoire des noirs en Amérique du Sud. Cette censure qui s’est mise en place dans différentes républiques sud-américaines concernant la participation des noirs dans la libération et guerres d’indépendances. Cette censure, je crois qu’elle est importante à lever.

Source : Panafricanisme et Bolivarisme, par Amzat Boukari-Yabara | Venezuela infos

« Il est aussi nécessaire de défendre la construction du modèle du peuple vénézuélien que de lutter contre le réchauffement climatique » – Entretien avec Alessandra Moonens, médecin et militante féministe

En Belgique, le Réseau de Solidarité avec la Révolution Bolivarienne (@redeuropave) a rencontré Alessandra Moonens (photo), médecin de famille, membre de Venesol et du Réseau européen de solidarité avec la révolution bolivarienne. Elle a vécu au Venezuela pendant 8 ans, de 2007 à 2015, participant en tant que militante à la construction politique de divers mouvements de femmes dont Plataforma para el Derecho al Aborto, Araña Feminista, Feministas en Acción Libre y Directa por la Autonomía Sexual y Reproductiva (Faldas-R), Escuela de Feminismo Popular.

Elle a également travaillé avec des mouvements de base tels que le Courant Révolutionnaire Bolivar y Zamora (CRBZ), le Front National Paysan Ezequiel Zamora (FNCEZ), le Mouvement des Habitants (mouvement anti-spéculation immobilière et pour le droit au logement) et l’Alianza Sexo-Género Diversa Revolucionaria (ASGDRe) – l’Alliance Révolutionnaire des Différences de Sexe et de Genre. En tant que professionnelle de la médecine, elle a travaillé dans plusieurs centres de santé ruraux et dans l’un des centres de soins intégraux pour femmes.

Aujourd’hui, elle nous parle de son expérience au Venezuela et de la façon dont le processus bolivarien est perçu en Europe.

Source : « Il est aussi nécessaire de défendre la construction du modèle du peuple vénézuélien que de lutter contre le réchauffement climatique , entretien avec Alessandra Moonens, médecin et militante féministe | «Venezuela infos

« Chavez a lancé l’appel féministe pour faire tomber les barrières des discriminations » – Entretien avec Maria Gabriela Blanco

Le Réseau de Solidarité avec la Révolution Bolivarienne (@redeuropave) rencontre María Gabriela Blanco, membre de l’Alianza Sexo Género Diversa Revolucionaria (ASGDRe) et militante active en Belgique au sein de Venesol et INTAL Amérique latine, membres du réseau.

Née à Higuerote, dans l’État de Miranda, Gaby Blanco (photo) a étudié l’Économie sociale à l’Université Nationale Polytechnique Expérimentale des Forces Armées et a été chroniqueuse pour l’hebdomadaire culturel Todos Adentro dans la rubrique Diversité populaire. Elle collabore depuis 2012 au magazine Épale CCS dans la rubrique Soberanía Sexuales et vit actuellement à Bruxelles. Elle nous explique comment ce collectif comprend le processus bolivarien au Venezuela et pourquoi il convient de le défendre.

Source : « Chavez a lancé l’appel féministe pour faire tomber les barrières des discriminations , entretien avec Maria Gabriela Blanco | «Venezuela infos

Le Venezuela est désormais le pays plus dangereux au monde

Avec un taux de 81,4 homicides pour 100 000 habitants, le Venezuela a dépassé le Honduras et le Salvador, qui ont connu une baisse sensible, selon les annonces jeudi de l’Observatoire vénézuélien de la violence. Les chiffres sont toutefois ici aussi en légère baisse, et c’est paradoxalement une conséquence de la crise qui frappe le pays.

Selon le directeur de l’Observatoire vénézuélien de la violence (OVV), Roberto Briceño-León, cette baisse du taux d’homicide s’explique avant tout par une censure du gouvernement chaviste. « Il nous semble qu’il y a une décision politique de ne pas recenser les délits. Non seulement cela permet d’éviter que ces données dérangeantes sortent du pays, mais cela permet aussi qu’elles ne soient pas connues ici. »

Le sociologue estime tout de même que deux facteurs peuvent avoir fait baisser le taux d’homicide. D’abord, la politique d’élimination pure et simple des délinquants par la police. Selon lui, un tiers des 23 000 homicides commis cette année l’ont été par des forces de l’ordre. Mais aussi l’émigration des délinquants qui n’ont plus rien à voler à cause de la crise économique.

Source : Le Venezuela est désormais le pays plus dangereux au monde – Amériques – RFI