[Audio] En quinze ans le taux de suicide a quadruplé au Venezuela

Voilà plusieurs années que la société vénézuélienne vit au rythme d’une crise économique et politique de grande ampleur. Entre violence et pauvreté, l’espoir de la population est en berne. Le taux de suicide dans le pays est aujourd’hui le plus élevé de tout le continent américain.

Source : En quinze ans le taux de suicide a quadruplé au Venezuela – RFI

Au Venezuela, les gangsters ne peuvent plus s’acheter de balles

Il est d’usage d’imaginer le crime prospérer dans la misère et la crise. Au Venezuela, plongé dans une abyssale crise économique et politique, la pauvreté est telle qu’elle a fait une victime collatérale surprenante: la criminalité, qui y côtoyait autrefois de sombres sommets.

Pour The Associated Press, le journaliste Scott Smith est allé enquêter dans les coins interlopes de Caracas. Il a notamment rencontré «El Negrito», un gangster de 24 ans qui dit ne plus compter les victimes tombées sous les balles qu’il a tirées.

El Negrito raconte que tirer une seule de ces balles est dorénavant un «luxe» qu’il ne peut plus se permettre, dans un pays où le salaire moyen est de 6,5 dollars par mois [5,8 euros].

Source : Au Venezuela, les gangsters ne peuvent plus s’acheter de balles | korii.

Venezuela : au moins 29 prisonniers tués lors d’une intervention des forces spéciales

Au moins 29 prisonniers sont morts et 19 policiers ont été blessés vendredi 24 mai au Venezuela dans des affrontements dans un centre de détention surpeuplé à Acarigua, dans l’Etat de Portuguesa (ouest), ont annoncé les autorités. Une intervention des forces spéciales de la police (FAES) pour empêcher « une tentative d’évasion de masse » s’est soldée par « un bilan de 29 personnes mortes parmi la population pénale », a déclaré à la presse le responsable de la sécurité de l’Etat de Portuguesa, Oscar Valero.

Source : Venezuela : au moins 29 prisonniers tués lors d’une intervention des forces spéciales

« Il vente » , documentaire intégral de Victor Hugo Rivera en ligne (Venezuela 2019, sous-titres FR)

Première oeuvre de Victor Hugo Rivera, “Il vente” nous rappelle la question première que Theo Angelopoulos conseillait de se poser au cinéaste : “Est-ce que je vois ?” Une révolution n’a pas besoin pas de vendre des images mais de cinéastes qui voient. Au Venezuela, après tant d’années d’école populaire de cinéma, le voir/écouter de Victor Hugo fait partie des moments bénis. En couvrant avec Betzany Guedez une marche paysanne pour la jeune télévision Terra TV, il a vu ce que d’autres ne voient pas. Il a écouté (le son est sa spécialité) ce que d’autres n’écoutent pas du haut des estrades.

Source : « Il vente , documentaire intégral de Victor Hugo Rivera en ligne (Venezuela 2019, sous-titres FR) | «Venezuela infos

Le Venezuela contre les jeux vidéos. Histoire d’un malentendu

Depuis près d’une décennie, au Venezuela, vous pouvez finir en prison pour avoir créé un jeu. En 2009, l’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité la Loi sur l’interdiction des jeux vidéo et jouets de guerre qui criminalise la création, la commercialisation, la distribution et l’utilisation des jeux vidéo violents. Cette loi avait pour but de montrer la fermeté d’un gouvernement qui n’autorisait aucune violence à l’écran. Quand elle a été promulguée, la Garde nationale a détruit, lors d’une mise en scène publique, des milliers de jeux vidéo avec un rouleau compresseur.

Cependant, en raison de la conjoncture politique, la loi n’a servi qu’à démanteler une industrie locale en pleine croissance, à transformer la création de jeux en une affaire politique et risquée, et à amener les développeurs à devenir des activistes ou à s’exiler.

Source : Le Venezuela contre les jeux vidéos. Histoire d’un malentendu – Barril.info

Au Venezuela, la poésie pour résister à la crise

Entre les messages politiques et les appels à l’aide pour trouver des médicaments, les comptes Twitter du Venezuela laissent place à des rimes et des alexandrins, une forme de résistance aux rigueurs de la crise.

Dans un pays rongé par les pénuries et la violence, les amoureux de la poésie la défendent dans ses moindres recoins. Une bibliothèque spécialisée, un prix de la jeune poésie, des ateliers d’écriture et de traduction et même un compte Twitter, dont les administrateurs se retrouvent dans les trois petits bureaux de la fondation « La Poeteca », à Caracas.

Source : Au Venezuela, la poésie pour résister à la crise