Le Venezuela devenu le « deuxième pays de départs au monde », d’après l’ONU

Depuis quatre ans, 4 millions 300 000 Vénézuéliens auraient fui la situation économique désastreuse de leur pays pour s’installer en Colombie, au Pérou, en Equateur… lesquels font aujourd’hui savoir qu’ils ne pourront guère en accueillir davantage. Entretien avec la chercheuse Paula Vasquez.

Source : Le Venezuela devenu le « deuxième pays de départs au monde », d’après l’ONU

Tamara Adrián : « Les choses sont en train de changer lentement au Venezuela »

Depuis 2015, près de 5 millions de Vénézuéliens ont fui leur pays. Cible d’un grand nombre de sanctions économiques, le Venezuela est plongé dans une crise sans précédent, avec un salaire minimum mensuel désormais inférieur à 1,70 euro. Députée du parti d’opposition Volunté populaire depuis 2015, notre invitée Tamara Adrián l’assure à France 24 : « Si Nicolás Maduro reste, ce sera la mort du pays et la continuité d’une crise sociale, économique et politique terrible ».

Source : Tamara Adrián : « Les choses sont en train de changer lentement au Venezuela » – L’Entretien

Alger-Caracas, révolutions en résistance

La veille de mon départ pour Caracas, le Venezuela était plongé dans le noir. Ce n’était pas la première fois que 30 millions de Vénézuéliens étaient victimes d’une panne de courant géante. La plus « spectaculaire » avait eu lieu en mars dernier et avait paralysé le pays pendant plusieurs jours. Les déclarations officielles du Venezuela, confirmées par une enquête, l’avaient attribuée à une attaque électromagnétique contre le système de production et de distribution de la centrale hydroélectrique El Guri. La colonne vertébrale de l’électricité, qui fournit 80% de l’énergie électrique du Venezuela, était victime d’un sabotage.

De mon Alger éclairée par la libération d’un autre type de longue panne, inquiète de voir mon voyage compromis, je cherchais des informations fiables.

Source : Alger-Caracas, révolutions en résistance Par Samia Zennadi – bouhamidimohamed

S’insurger en temps de guerre, par Pasqualina Curcio

Voyons en face la dimension de la guerre économique contre le peuple vénézuélien. Cela fait 7 ans que les monopoles transnationaux et nationaux nous font faire des files d’attente et courir d’un lieu à l’autre pour obtenir des biens vitaux (nourriture, médicaments et produits d’hygiène). Notre monnaie, le Bolivar, a été attaquée à hauteur de… 29.862.393.456 % : en 2012 le taux de change était de 8,69 BsF/US$, aujourd’hui les sites comme DolarToday, sans base économique, pures créations politiques et guerrières, marquent 2.595.042.000 BsF/US$ et produisent la hausse incessante des prix depuis 2013.

Cette guerre, sans précédent historique en raison de ses dimensions, a débuté en 1999 et s’est intensifiée en 2013. Le peuple vénézuélien n’a pas seulement résisté, il a choisi de s’insurger héroïquement. Un phénomène inexplicable pour Donald Trump et ses conseillers, au point que John Bolton a perdu son emploi.

Nous, les Vénézuéliens, avons fait quelque chose que l’impérialisme américain ne peut déchiffrer.

Source : S’insurger en temps de guerre, par Pasqualina Curcio | Venezuela infos

Histoires de résistance : les héro(ïne)s méconnu(e)s du Venezuela d’aujourd’hui

Il y a quelques jours, certain(e)s de mes ami(e)s, comme beaucoup d’autres vénézuélien(ne)s, se moquaient des milicien(ne)s (membres de la Milicia Bolivariana): “Ce sont eux qui vont nous défendre en cas de guerre ?” “Ils sont si vieux qu’ils peuvent à peine tenir debout”, “Ils sont tous gros” “Des sans-dents” !

Source : Histoires de résistance : les héro(ïne)s méconnu(e)s du Venezuela d’aujourd’hui | Venezuela infos

Visa pour l’image: Adriana Loureiro Fernandez et «l’effondrement» du Venezuela

Elle est vénézuélienne et photographie la déliquescence de son pays depuis sept ans. Elle a remporté cette année le prix Rémi Ochlik, du nom de notre jeune confrère photojournaliste tué en Syrie l’année où elle débutait dans le métier. Le travail d’Adriana Loureiro Fernandez est exposé à Perpignan jusqu’au 15 septembre dans le cadre du festival Visa pour l’image. Entretien.

Source : Visa pour l’image: Adriana Loureiro Fernandez et «l’effondrement» du Venezuela – France – RFI