Les médias se demandent: pourquoi le Venezuela ne veut-il pas ressembler un peu plus à la Bolivie ?

Les médias occidentaux ont souvent crié au scandale lorsque les élections à l’étranger ne se déroulent pas comme le souhaite l’empire américain. Ils ont fréquemment usé de moyens détournés pour qualifier les tentatives violentes des minorités de droite pour renverser les gouvernements de gauche, de “manifestations” au lieu de “tentatives de coups d’État” (FAIR.org, 5/16/18, 5/1/1/19). Mais il était encore assez rare de les voir appeler ouvertement à un coup d’Etat de droite, et de jeter aux orties leurs faux-semblants habituellement plus subtils.

Source : Les médias se demandent: pourquoi le Venezuela ne veut-il pas ressembler un peu plus à la Bolivie ? | Venezuela infos

POINT DE VUE. Quand finira donc la crise au Venezuela ?

C’est un cas unique dans l’histoire. Sans guerre ni catastrophe naturelle, le Venezuela est passé, en vingt ans, de pays le plus riche d’Amérique latine grâce à sa manne pétrolière, à 94 % de pauvreté.

Source : POINT DE VUE. Quand finira donc la crise au Venezuela ?

« Venezuela, l’ombre de Chavez » : un film « pour sensibiliser au grand désespoir vénézuélien »

Vingt ans après l’avoir quitté, notre collaboratrice, Laurence Debray revient au Venezuela, où elle a grandi. Elle qui avait laissé, à la veille de l’élection d’Hugo Chavez, un pays prospère, le plus riche d’Amérique Latine, retrouve un état exsangue, à l’agonie. Dans le film «Venezuela, l’ombre de Chavez», diffusé sur Arte le 3 décembre prochain, elle tente de comprendre et d’analyser comment cette révolution chaviste, à laquelle elle croyait aussi, a conduit le Venezuela au désastre et poussé des millions de Vénézuéliens à fuir.

Source : « Venezuela, l’ombre de Chavez » : un film « pour sensibiliser au grand désespoir vénézuélien »

Chili, Bolivie, Venezuela, Colombie : l’Amérique Latine est en colère et ça pourrait très mal finir!

Dans les quatre cas de figure (Chili, Venezuela, Bolivie et Colombie), il y a tout de même un point commun : l’entrée en lice de l’armée pour résoudre des problèmes purement politiques, même s’il faut bien préciser que, sauf dans le cas de la Bolivie, l’armée a été sollicitée par les dirigeants politiques pour réprimer dans le sang toute tentative de défier le pouvoir. Au Venezuela, Maduro a besoin de l’armée pour assurer sa continuité au pouvoir, en Chili, Pinera a fait appel à l’armée afin de sauver son pouvoir et en Colombie, le pouvoir dit avoir alerté l’armée en cas de débordement.

Certains verront dans ces différentes crises qui secouent l’Amérique Latine la main des Etats-Unis, le gendarme du continent, la puissance politique et militaire qui, depuis la Doctrine Monroe de 1823, avait fait de l’Amérique sa chasse gardée. Dans le cas de la Bolivie et du Venezuela, l’ingérence des Etats-Unis pour faire tomber des régimes qui ne sont pas à leur goût a été claire et nette. Pour ce qui est du Chili et de la Colombie, j’ai encore des doutes.

Source : Chili, Bolivie, Venezuela, Colombie : l’Amérique Latine est en colère et ça pourrait très mal finir! – Le courrier du soir

Le Venezuela est la nouvelle Libye

Les deux pays présentent de frappants points communs, à commencer par un État défaillant incapable de jouer son rôle.

Source : Le Venezuela est la nouvelle Libye | Slate.fr

Venezuela : Un véritable drame humain

Au Venezuela, un conflit politique d’ampleur est en cours depuis janvier 2019, entre le président Nicolas Maduro et l’opposant Juan Guaido, autoproclamé président du pays et reconnu par une…

Source : Venezuela : Un véritable drame humain | Le Reporter.ma