Venezuela en photo : paludisme et système de santé défaillant dans l’eldorado vénézuélien

Alors que le Venezuela connaît une grave crise politique et économique, à Bolivar, le plus grand État du Venezuela, l’extraction d’or illégale est en plein essor depuis des années et le métal jaune est devenu une motivation pour de nombreux Vénézuéliens. Comme une dernière chance de gagner leur vie ou de fuir au Brésil.

Mais à Bolivar, comme ailleurs dans le pays, le système de santé est à la peine alors que le paludisme fait un retour en force avec plus de 320 000 personnes touchées en 2019. Depuis quatre ans, Médecins Sans Frontières s’investit activement dans la région, notamment en soutien au programme national de lutte contre le paludisme.

Source : Venezuela en photo : paludisme et système de santé défaillant dans l’eldorado vénézuélien | Médecins sans frontières

La malnutrition frappe les enfants au Venezuela

La crise économique du Venezuela affecte les enfants du pays, qui sont confrontés à un risque croissant de malnutrition, car les aliments de base sont de plus en plus hors de portée de nombreuses familles.

Le système de santé publique, dans lequel les médicaments et autres fournitures de base sont rares, ne peut pas fournir beaucoup de soutien, et les groupes non gouvernementaux ont du mal à combler l’écart.

Source : IMAGE PLUS LARGE-La malnutrition frappe les enfants au Venezuela |

Journée mondiale contre le sida : le Venezuela face à la pénurie de médicaments

Au Venezuela, la journée mondiale de lutte contre le sida prend une connotation toute particulière, le pays étant toujours plongé dans une grave crise humanitaire. La pénurie de traitements antirétroviraux a entraîné la mort de nombreux malades et la migration de nombreux autres, obligés de partir pour se soigner.

Source : Journée mondiale contre le sida : le Venezuela face à la pénurie de médicaments

Venezuela: le système de santé « au bord de l’effondrement »

Le système de santé du Venezuela, qui traverse la pire crise économique de son histoire récente, est au «bord de l’effondrement», a averti mercredi le secrétaire général adjoint de l’Onu aux affaires humanitaires à la fin d’une visite à Caracas.

«J’ai vu moi-même comment le système de santé est au bord de l’effondrement. De nombreux hôpitaux sont dépourvus des réseaux de distribution d’eau et d’électricité les plus élémentaires», a écrit Mark Lowcock dans un communiqué.

Source : Venezuela: le système de santé «au bord de l’effondrement»

Le Venezuela célèbre deux ans de son programme d’humanisation de l’accouchement

En juillet 2019, le Plan National d’Accouchement Humanisé a célébré ses deux années d’existence au Venezuela. Approuvé par le Président Nicolas Maduro et institué comme politique d’État visant à établir et à promouvoir les conditions pour que les femmes puissent choisir une autre façon d’accoucher. Cette mesure fait du Venezuela un pionnier d’une politique publique qui permet un accouchement sans actes chirurgicaux ni médicamenteux.

Ce programme concerne plus de 50% de la population féminine vénézuélienne, et parmi celle-ci, près de 9 millions de femmes en âge de procréer. 520.000 accouchements par an sont réalisés dans le pays selon les données de 2014 de l’UNICEF.

Source : Le Venezuela célèbre deux ans de son programme d’humanisation de l’accouchement | Venezuela infos

Au Venezuela, une crise alimentaire « exponentielle »

Le 5 juillet, jour anniversaire de l’indépendance du Venezuela, des miliciens participent au défilé militaire sur la grande allée Los Proceres de Caracas. Ils portent, au lieu d’une arme, une caisse en carton marquée du sigle « CLAP » (comité local d’approvisionnement et de production). Sur les réseaux sociaux, les commentaires sont amers : « Le gouvernement de Nicolas Maduro a raison. Plus rien à faire de l’indépendance nationale, le pays veut manger », commente un internaute. Vingt ans de révolution bolivarienne ont conduit le Venezuela au désastre : les sanctions décrétées par Washington pourraient le plonger dans la famine.

Les caisses du CLAP contiennent du riz, de la farine de maïs, des lentilles, des haricots rouges, de l’huile, du lait. Ils sont distribuées deux fois par mois aux titulaires du « carnet de la patrie » délivré par les autorités. Officiellement,6 millions de Venezueliens bénéficient de ce programme de distribution à prix régulés. Mis en place en 2016, au plus fort des pénuries alimentaires, il est désormais miné par l’inefficacité et la corruption.

Source : Au Venezuela, une crise alimentaire « exponentielle »