Quand le ministre oublie son passé de syndicaliste enseignant

Aristóbulo Istúriz fut ministre de l’Éducation entre 2001 et 2007. Au cours de sa gestion, il fut critiqué pour faire la sourde oreille aux protestations de ses ex-collègues. Avant d’arriver au pouvoir, Istúriz était professeur de sciences sociales et d’histoire. Dans les années 1980, il se fit connaître comme un dirigeant syndical de premier plan. Il fonda et présida le Sindicato Único del Magisterio (SUMA), ainsi que la Federación de Trabajadores del Magisterio (Fetramagisterio). Si quatre décennies ont passé, les enseignants se souviennent encore de lui. Ils pointent le fait qu’il aurait oublié son passé d’enseignant.

Quand il était dirigeant syndical, il était de coutume de le voir mener des actions de grève. Il fermait des écoles avec des cadenas, soudaient les serrures pour empêcher l’entrée en classe. Il s’enchaîna même une fois à l’entrée d’une école pour exiger un meilleur salaire.

Source : Quand le ministre oublie son passé de syndicaliste enseignant – Barril.info

Au Venezuela, des étudiants d’Equateur et de Colombie dans les facs désertées

Alors que nombre de Vénézuéliens quittent leur pays pour fuir la crise, des étudiants d’autres pays d’Amérique latine tirent parti des universités désertées pour venir y suivre un cursus.

Ils sont Equatoriens ou Colombiens, chercheurs ou doctorants, et vivent parfois à des milliers de kilomètres du Venezuela. Et régulièrement, ils se rendent dans le pays voisin pour parfaire leur cursus universitaire, tirant profit de la désertion des étudiants vénézuéliens qui quittent un pays en très grande difficulté, constate le site BBC Mundo.

Source : Au Venezuela, des étudiants d’Equateur et de Colombie dans les facs désertées | Courrier international

Le Président Maduro annonce la création de l’Institut National pour la Décolonisation

A l’occasion d’une rencontre avec des intellectuels de différents pays qui participaient à la IIIème Ecole de Pensée Critique Décoloniale ouverte au public vénézuélien, le Président vénézuélien Maduro a approuvé la proposition présentée par Enrique Dussel et Ramon Grosfoguel de créer un Institut pour la Décolonisation, qui combattra la formation européo-centrée qui prévaut toujours à l’intérieur de nombreux programmes éducatifs. Le Ministre du Pouvoir Populaire pour la Culture, Ernesto Villegas, a été désigné pour parachever sa création avec le collectif des intellectuels.

Source : Le Président Maduro annonce la création de l’Institut National pour la Décolonisation | Venezuela infos

Venezuela: El Sistema, le centre d’action sociale pour la musique fête ses 40 ans

C’est l’une des institutions les plus célèbres du Venezuela : El Sistema est un programme d’éducation musicale public, née il y a 40 ans avec pour ambition de lutter par la musique contre la délinquance et la pauvreté.

Aujourd’hui El Sistema revendique 1 million d’élèves rien qu’au Venezuela. Il a inspiré de nombreux programmes d’éducation musicale partout dans le monde. Et son orchestre principal, le Bolivar, est l’un des plus reconnus de la planète.

Dans un Venezuela rongé par l’hyperinflation et les pénuries, et alors que son fondateur José Antonio Abreu vient de mourir, El Sistema espère continuer de s’étendre et d’offrir un peu d’espoir à la jeunesse vénézuélienne.

Source : Venezuela: El Sistema, le centre d’action sociale pour la musique fête ses 40 ans – RFI

Au Venezuela, la faillite du système universitaire

Salaires dérisoires, laboratoires sans matériel… les universités vénézuéliennes sont au bord du gouffre.« Nous avons perdu 40 % de nos professeurs qui n’en peuvent plus de ne gagner que quelques dollars par mois, déplore Benjamin Scharifker, recteur de l’université. Nous ne recevons plus de matériel pour nos laboratoires. Nous ne pouvons pas voyager pour participer aux congrès scientifiques internationaux. Maintenant, quand on fait une expérience, on ne fait pas ce qu’on doit faire mais ce qu’on peut faire. »

La dégradation du tissu universitaire vénézuélien est dénoncée par de nombreux enseignants.

Source : Au Venezuela, la faillite du système universitaire – Regards latinos