Le Bitcoin, une solution face à la crise au Venezuela

Pour beaucoup de personnes, la cryptomonnaie est encore quelque chose d’abstrait. Si la plupart des gens ont assimilé l’idée d’une monnaie électronique, peu encore arrivent à discerner ses applications concrètes. Pour mieux comprendre, il est intéressant de faire un focus sur l’utilisation du Bitcoin au Venezuela. Cet article présente brièvement la situation économique actuelle du Venezuela et explique comment elle a favorisé l’explosion du Bitcoin. Vous découvrirez ainsi pourquoi et comment le Bitcoin est utilisé comme une valeur refuge.

Source : Le Bitcoin, une solution face à la crise au Venezuela

Pénurie d’essence au Venezuela : la contrebande colombienne en attendant le carburant iranien

Pour éviter d’interminables files d’attente devant les stations-service, beaucoup s’approvisionnent en « or noir » sur le marché noir. Cette essence de contrebande vient la plupart du temps de la Colombie voisine. Une frontière poreuse et des bakchichs généreusement distribués aux militaires et policiers vénézuéliens sur le parcours permettent aux contrebandiers colombiens de faire passer leur marchandise, ensuite vendue à la sauvette sur le bord des routes, dans l’ouest du Venezuela.

Source : Pénurie d’essence au Venezuela : la contrebande colombienne en attendant le carburant iranien | Euronews

Au Venezuela, on enterre les morts du Covid-19 sans larmes, ni couronnes

Combinaison blanche sous un soleil de plomb, les quatre fossoyeurs désinfectent le cercueil, puis le portent en terre. Pas de famille, pas de couronne. Dans ce cimetière de l’ouest du Venezuela, les plus humbles n’ont rien à débourser pour enterrer leurs proches morts du Covid-19.

D’ordinaire, la crémation coûte 200 dollars, une somme astronomique dans ce pays en crise où le salaire mensuel minimum équivaut environ à trois dollars.Depuis que la pandémie est arrivée au Venezuela en mars, 16 défunts ont été enterrés dans ce coin du cimetière municipal de San Cristobal, à quelques kilomètres de la Colombie.

Mais, mesures sanitaires obligent, les inhumations se font sans les proches. Un déchirement dans cette région du Venezuela où les cérémonies funéraires attirent normalement proches, amis, collègues et voisins des défunts par dizaines.

Source : Au Venezuela, on enterre les morts du Covid-19 sans larmes, ni couronnes

Venezuela : les habitants achètent du dollar et “n’importe quoi” face à l’hyperinflation

Au Venezuela, le bolivar voit sa valeur s’effondrer. Alors que l’hyperinflation fait rage, les habitants sont contraints de dépenser à tour de bras ou de se réfugier sur le dollar, une devise forte.

Source : Venezuela : les habitants achètent du dollar et “n’importe quoi” face à l’hyperinflation – Capital.fr

La malnutrition s’étend dans la population du Venezuela

«Les chiffres de la malnutrition au Venezuela ont augmenté régulièrement, intensifiés par la pandémie de Covid-19 ; depuis avril, elle est passée de 8,9 % à 17,6 %, selon une enquête réalisée dans plus de 20 États». Caritas Venezuela a révélé ces données dramatiques par la voix de sa directrice, Janeth Márquez.

Dans une interview à une station de radio locale, elle a expliqué que malgré la légère amélioration de la situation alimentaire due à l’aide reçue au début de 2020, avec la pandémie de Covid-19, la malnutrition a presque doublé. La sociologue a déclaré que les Vénézuéliens «ne savent pas comment ramener de la nourriture à la maison, ni comment avoir une alimentation équilibrée». Elle a également déclaré que dans certains États de l’ouest du pays, les taux de malnutrition et de manque de nourriture sont proches de 22 % de la population.

Source : La malnutrition s’étend dans la population du Venezuela – Vatican News

Venezuela. La vie misérable. Le drame quotidien dans la crise

Le Venezuela, ancien empire pétrolier, est devenu le pays le plus pauvre d’Amérique du Sud. Pour des millions de personnes, la vie quotidienne est un drame qui laisse peu de place ou de force à des questions qui, comme la politique, semblent sophistiquées et lointaines.

Natalia est employée de maison, Hilario est plombier et Gladys est employée dans un salon de beauté. Sur les 14 millions de personnes qui travaillent au Venezuela, ils font partie des 58% qui travaillent dans le secteur informel de l’économie. Chaque jour, ils doivent «résoudre la journée», et le confinement pour la pandémie de Covid-19, imposée depuis mars, n’a fait qu’aggraver les difficultés et les inquiétudes qui existaient auparavant.

«Nous devons sortir et résoudre ce problème. Si je ne travaille pas, je ne mange pas, et si le virus ne nous tue pas, la faim nous tue», a confié Hilario, la cinquantaine, à Brecha, sur un ton sérieux, comme s’il venait d’inventer la phrase, répétée comme un mantra dans les innombrables réalités des pays du Sud. Il est le principal soutien d’une famille de neuf personnes, avec trois générations entre la mère, l’oncle, la femme, la belle-sœur, les enfants et le filleul.

Source : Venezuela. La vie misérable. Le drame quotidien dans la crise | A l’encontre