Guaidó accuse Maduro d’utiliser le coronavirus comme «excuse» pour des «enlèvements politiques»

Le “président en charge” autoproclamé du Venezuela, Juan Guaidó, a dénoncé “l’enlèvement” de deux de ses collaborateurs par la Direction générale du contre-espionnage militaire (DGCIM), accusant le gouvernement de Nicolás Maduro d’utiliser la crise des coronavirus comme “excuse” “pour” enlèvements politiques “.

“L’utilisation par le régime du coronavirus est une excuse pour exécuter des enlèvements politiques”, a déclaré jeudi le chef de l’Assemblée nationale lors d’une conférence de presse.

Ainsi, il a dénoncé jeudi des membres de la Direction générale du contre-espionnage militaire (DGCIM) qui ont arrêté Demosthène Quijada et Maury Carrero, deux membres de son équipe de travail.

Il a également rappelé le cas du journaliste Darvison Rojas, arrêté le 21 mars à son domicile après avoir rendu compte sur les réseaux sociaux du nombre de cas de coronavirus dans l’État de Miranda.

Des membres des Forces d’action spéciale (FAES) de la Police nationale bolivarienne (PNB) l’ont emmené, faisant valoir qu’ils devraient le tester pour le coronavirus parce qu’ils avaient reçu un appel anonyme alertant qu’il y avait un cas de Covid-19 à son domicile.

Rojas, qui a depuis été détenu, a été libéré jeudi après une audience au cours de laquelle le juge a demandé jusqu’à quatre mentions pour le libérer.

Source : Coronavirus – Guaidó accuse Maduro d’utiliser le coronavirus comme «excuse» pour des «enlèvements politiques»

Washington infléchit sa politique vis-à-vis du Venezuela

Le gouvernement américain a offert mardi de commencer à lever ses sanctions contre le Venezuela à la condition que les membres de l’opposition et du parti socialiste au pouvoir s’entendent pour former un gouvernement intérimaire sans le président Nicolas Maduro.

Cette proposition, qui marque un fléchissement de la position américaine vis-à-vis de Caracas, a été dévoilée par le secrétaire d’Etat Mike Pompeo.

En vertu de cette « feuille de route pour une transition démocratique », qui offre pour la première fois une « sortie progressive » du régime de sanctions imposé au Venezuela par Washington, ni Maduro ni le chef de l’opposition Juan Guaido ne participeraient à un gouvernement de transition.

La semaine dernière encore, les Etats-Unis avaient durci leur politique envers le pouvoir socialiste vénézuélien, en inculpant Nicolas Maduro pour « narco-terrorisme ».

Source : Washington infléchit sa politique vis-à-vis du Venezuela

Venezuela : Washington demande un pas de côté à Guaido pour chasser Maduro

Face à l’échec de leur stratégie pour chasser Nicolas Maduro du pouvoir, les Etats-Unis ont appelé, mardi 31 mars, à la création d’un gouvernement de transition au Venezuela, demandant à leur allié Juan Guaido de faire un pas de côté dans l’attente d’élections « libres et justes ».

Depuis janvier 2019, Washington reconnaît l’opposant comme président par intérim du pays en crise et n’a cessé de renforcer ses sanctions pour obtenir le départ du dirigeant socialiste. Mais, malgré le soutien de plus de cinquante pays, c’est l’impasse. La diplomatie américaine a donc proposé mardi un nouveau « cadre pour une transition démocratique ».

Selon ce schéma, Nicolas Maduro et Juan Guaido, qui se disputent la présidence, devraient « tous les deux » renoncer dans l’immédiat au pouvoir exécutif, confié pendant « une période de transition » à un « Conseil d’Etat » mis en place par « des élus de l’Assemblée nationale issus des deux camps », a déclaré le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo. Ce Conseil d’Etat serait chargé d’organiser des élections présidentielle et législatives « libres et justes » dans un délai de six à douze mois.

Source : Venezuela : Washington demande un pas de côté à Guaido pour chasser Maduro

Maduro invite l’opposition au dialogue « au-dessus du sectarisme » dans la lutte contre le coronavirus

Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a déclaré mercredi qu’il était “prêt” à rencontrer l’opposition et à résoudre la situation de crise sanitaire mondiale qui affecte également le Venezuela en raison de la pandémie de coronavirus, avec 106 cas confirmés à ce jour, afin de mettre en œuvre des accords en faveur de la population “au-dessus du sectarisme et de la politique”.

“En tant que citoyen de ce pays, je suis prêt à parler avec toute l’opposition, avec une partie de celle-ci, ou avec toute personne qui veut parler pour conclure des accords qui favorisent et protègent notre peuple au-dessus du sectarisme, de la politique et de la fierté”, a-t-il souligné.

Lors d’une intervention téléphonique sur le programme télévisé du président de l’Assemblée nationale constituante (ANC) et vice-président du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV), Diosdado Cabello, Maduro a également demandé à la Conférence épiscopale et au cardinal du Venezuela, Baltazar Porras , utilise son siège comme un lieu pour développer la table de dialogue d’une manière extraordinaire.

Le dirigeant vénézuélien a invité les dirigeants de l’opposition Henrique Capriles (Primero Justicia), qui a déjà commenté la nécessité de remédier à cette situation, en laissant de côté les divergences politiques; Henry Ramos Allup (Action démocratique) et Manuel Rosales (A New Time), ainsi que tous ceux qui souhaitent se joindre à lui, pour s’asseoir avec lui pour négocier et faire face à la situation de la pandémie de coronavirus au Venezuela.

“Si vous ne me reconnaissez pas en tant que président, je m’en fiche, ce qui m’importe, c’est que vous reconnaissiez la nécessité de protéger le peuple et que le ‘complot’ cesse et que les sanctions contre les Vénézuéliens soient levées”, a déclaré Maduro.

Source : Coronavirus.- Maduro invite l’opposition au dialogue « au-dessus du sectarisme » dans la lutte contre le coronavirus

Au Venezuela, Juan Guaido fait appel au FMI pour lutter contre le coronavirus

Au Venezuela, le gouvernement et l’opposition font appel à la communauté internationale pour lutter contre le coronavirus. Juan Guaido déclare qu’il est nécessaire de faire appel au FMI. Pourtant, il avait appelé ce mercredi 18 mars l’institution à refuser le prêt de 5 milliards de dollars demandé par Nicolas Maduro, sous prétexte que cela « financerait la corruption ». Preuve que sans un accord politique, aucune aide ne sera possible.

Source : Au Venezuela, Juan Guaido fait appel au FMI pour lutter contre le coronavirus

Venezuela: la police disperse une manifestation de l’opposition

La police vénézuélienne a dispersé mardi à Caracas une manifestation de l’opposition contre Nicolas Maduro à laquelle avait appelé Juan Guaido, dans l’espoir de raviver le mouvement de protestation contre le président socialiste et exiger une nouvelle élection présidentielle.

En début de soirée, l’opposition a dénoncé l’arrestation d’un député d’opposition, Renzo Prieto, appréhendé par les FAES, un corps controversé de la police vénézuélienne, quelques heures après la manifestation. De même source, deux autres députés d’opposition ont été brièvement arrêtés puis relâchés.

Plus tôt dans la journée, quelques milliers de manifestants anti-Maduro s’étaient élancés d’une place dans l’Est de Caracas pour rejoindre l’Assemblée nationale, avec Juan Guaido en tête de cortège.

Source : Venezuela: la police disperse une manifestation de l’opposition