Affaire de corruption à Genève – Qui dirige le Venezuela? La justice suisse a fait son choix

Le Tribunal fédéral, qui arbitre à distance le duel Maduro-Guaidò, déboute la défense. L’avocat genevois de la partie plaignante peut accéder au dossier.

Certes, la justice a avancé dans ses investigations (arrestations, perquisitions), mais en raison des nombreux recours de la défense, elle a passé de longs mois à se pencher – fait rare – sur des questions politiques. Dans un arrêt envoyé ce mois aux parties, le Tribunal fédéral (TF) donne un coup daccélérateur à lenquête. Les juges se demandent de fait qui contrôle PDVSA: Nicolás Maduro, élu à la tête du Venezuela en 2013, ou son opposant Juan Guaidó, autoproclamé président en janvier 2019? «Juan Guaidó ne semble pas être parvenu à imposer au Venezuela un ordre juridique distinct de celui promu par son adversaire, qui paraît encore détenir le pouvoir effectif sur les institutions du pays.»

Le TF a également dû décider si Me Guerric Canonica, qui travaille sur cette affaire depuis ses débuts, était bel et bien constitué pour PDVSA et pouvait dès lors avoir accès à la procédure. Oui, conclut le TF, qui déboute de ce fait lavocat de Guaidò. Ce dernier souhaitait évincer Me Canonica pour rester ainsi lunique conseil juridique de la société pétrolière. Il considérait que le nouveau conseil dadministration avait répudié le mandat de Me Canonica en 2019 et que les statuts de PDVSA nétaient plus applicables depuis la venue de Guaidó.

Source : Affaire de corruption à Genève – Qui dirige le Venezuela? La justice suisse a fait son choix | Tribune de Genève

Cap-Vert  | Un proche du président vénézuélien Nicolas Maduro sera extradé aux États-Unis

Un tribunal du Cap-Vert a confirmé en appel l’extradition vers les États-Unis d’un homme d’affaires colombien accusé par Washington d’orchestrer un réseau de corruption au profit du président vénézuélien Nicolas Maduro, a indiqué mardi sa défense.

La cour de justice de Barlavento, compétente pour les îles du nord de cet archipel de l’océan Atlantique, situé au large du Sénégal, « s’est prononcée en faveur de l’extradition » d’Alex Saab, ont indiqué dans un communiqué ses avocats qui avaient fait appel de l’extradition autorisée en première instance au mois d’août.

La défense de l’homme d’affaires de 49 ans a indiqué qu’elle « fera appel devant la Cour suprême de justice et contestera de la manière la plus forte possible l’injustice de la décision » rendue lundi.

Les États-Unis accusent Alex Saab, inculpé en juillet 2019 à Miami pour blanchiment d’argent et interpellé lors d’une étape technique de son avion au Cap-Vert à la mi-juin 2020, de tirer les ficelles d’un vaste réseau ayant permis au dirigeant socialiste Nicolas Maduro et à son régime de détourner à leur profit de l’aide alimentaire à destination du Venezuela.

Avec son associé Alvaro Pulido, également inculpé pour blanchiment, ils auraient transféré 350 millions de dollars américains hors du Venezuela sur des comptes étrangers qu’ils possédaient ou contrôlaient. MM. Saab et Pulido encourent jusqu’à 20 ans de prison.

Source : Cap-Vert  | Un proche du président vénézuélien Nicolas Maduro sera extradé aux États-Unis | La Presse

Venezuela : Des policiers de Trinidad et Tobago se livrent au trafic de Vénézuéliens

Les membres de la police de Trinidad et Tobago participent au trafic et à la traite des êtres humains au Venezuela et seuls quelques fonctionnaires ont été arrêtés pendant ces 8 dernières années alors que plus de 2 douzaines sont l’objet d’une enquête pour leurs liens présumés avec ces délits.

C’est ce que révèle une enquête du consultant en migrations spécialiste de la traite d’êtres humains Cleophas Justine Pierre. Son document diffusé par le blog La Tabla, indique que seulement en 2019 quelques 17 136 Vénézuéliens ont été amenés illégalement à Trinidad et Tobago.

Les officiers de police du pays « achètent des femmes pour qu’elles deviennent des esclaves sexuelles ou des prostituées. Ils leur offre leur protection, un guide et de la logistique sur l’île, » dit La Tabla. Dans certains cas, Trinidad et Tobago est une escale et les organisations criminelles amènent les femmes aux Etats-Unis et au Canada.

Avec l’intensification de la guerre multiforme contre le Venezuela qui a surtout affecté l’économie du pays, la population est redevenue vulnérable et peut à nouveau tomber dans les réseaux internationaux de trafic d’êtres humains.

L’enquête de Justine Pierre montre que dans l’état du Delta Amacuro, au nord-est qu pays, le nombre de personnes disparues à cause du trafic illégal est passé de 1042 en 2011, à 8 568 en 2019. La capitale, Tucupita, est le noyau de ces disparitions : le nombre de victimes est passé  de 932 en 2011 à 7 250 en 2019.

La Tabla écrit que « l’étude sur la traite d’êtres humains en 2019 comprend les 15 pays des Caraïbes qui font partie du CARICOM. Lés épicentres de la traite dans la région sont le Venezuela, Haïti, la République Dominicaine, le Nicaragua et Trinidad et Tobago. Entre 80 000 et 120 000 personnes sont victimes de ce trafic chaque année. »

Source : Venezuela : Des policiers de Trinidad et Tobago se livrent au trafic de Vénézuéliens – CCN – Caraib Creole News / L’actualité de Guadeloupe, Martinique et de la Caraïbe

Venezuela : grandeur et chute du « banquier » de Nicolás Maduro

Escroc de haut vol arrêté en juin en Afrique, Alex Saab, homme clef du régime vénézuélien, sera-t-il extradé aux Etats-Unis ? Caracas redoute plus que tout ce scénario.

Alex Saab ne devait rester au Cap-Vert que le temps d’une escale technique. Mais l’homme d’affaires colombien, qui avait décollé de Caracas et se rendait à Téhéran à bord d’un jet privé, se trouve toujours dans l’archipel africain. Le 12 juin dernier, la police locale l’a cueilli sur la passerelle de son avion. Le jour même, les Etats-Unis ont réclamé son extradition.

Source : Venezuela : grandeur et chute du « banquier » de Nicolás Maduro – L’Express

Venezuela: comment Guaidó à détourné l’argent de PDVSA

Une enquête révèle la participation du faux procureur du putschiste Juan Guaidó à des pots-de-vin pétroliers et à des détournements de fonds de la compagnie des pétroles du Venezuela, PDVSA.

L’enquête, longue et exhaustive faite par la journaliste étasunienne Anya Parampil met à nu la trame de corruption et de pots-de-vin dans laquelle est impliquée José Ignacio Hernández, qui a été jusqu’à juillet « procureur » de l’inexistant « gouvernement par intérim » du député opposant Juan Guaidó, comme le signale une étude publiée dimanche sur le site web du ministère des Affaires étrangères du Venezuela.

Selon les résultats de l’enquête intitulée « le scandale de pots-de-vin pétroliers expose le double jeu corrompu du « procureur général », la journaliste montre comment Hernández aurait touché des sommes lucratives comme mercenaire légal pour le voleurs corporatifs de PDVSA.

Source : Venezuela: comment Guaidó à détourné l’argent de PDVSA – CCN – Caraib Creole News / L’actualité de Guadeloupe, Martinique et de la Caraïbe

Venezuela: l’entrepreneur colombien Alex Saab sera finalement extradé aux États-Unis

C’est un coup dur pour le régime vénézuélien du président Nicolas Maduro : son homme de paille, l’entrepreneur colombien Alex Saab, sera finalement extradé aux Etats-Unis. Ainsi en a décidé la justice des iles du Cap Vert, où Alex Saab a été arrêté et incarcéré le 12 juin dernier alors qu’il se rendait en Iran. Il faisait objet d’une notice rouge d’Interpol. Washington accuse Alex Saab d’être à la tête d’un vaste réseau de corruption en lien avec le gouvernement vénézuélien.

Source : Venezuela: l’entrepreneur colombien Alex Saab sera finalement extradé aux États-Unis