L’Institut Agroécologique Latino-Américain « Paulo Freire  prépare un noyau de production audiovisuelle avec Terra TV

Dans l’État de Barinas, tout près de Sabaneta, se trouve l’IALA, où 60 jeunes de différents États du Venezuela ainsi que d’Haïti, d’Uruguay et d’Équateur, sont actuellement en formation pour cinq ans. Au petit matin, dès que sonne la cloche, le groupe de volontaires se lève pour préparer le petit déjeuner. Ils assument cette tâche par solidarité avec les travailleur(se)s chargés de la cuisine qui ne peuvent arriver très tôt en raison des difficultés de transport. Si par hasard il n’y a pas de gaz, il leur revient d’aller chercher du bois pour cuisiner.

Ensuite tout le monde se joint aux activités prévues la veille : visites des communautés voisines où se développe un travail avec les habitants pour partager les connaissances, la recherche et l’échange d’expériences, ainsi que la participation aux plantations avec les familles paysannes.

Source : L’Institut Agroécologique Latino-Américain « Paulo Freire  prépare un noyau de production audiovisuelle avec Terra TV | «Venezuela infos

Mafias agraires contre peuple paysan: qui gagnera ? 

“Je crois dans les mots d’une paysanne et non dans celle d’un bureaucrate”. C’est en ces termes qu’en avril 2018 le président Maduro s’était prononcé en faveur de la lutte paysanne, dénonçant les expulsions et les arrestations d’agriculteurs qui tentaient de récupérer les terres de La Magdalena, dans l’état de Mérida.

Près d’un an plus tard, le Département de presse du mouvement social paysan Corriente Revolucionaria Bolívar y Zamora (CRBZ) s’est entretenu avec Heber Montilla, dirigeant paysan et coordinateur de ce mouvement dans la région du Sud du Lac de Maracaibo.

Source : Mafias agraires contre peuple paysan: qui gagnera ? | Venezuela infos

Histoire du travail effectué par un village de communard(e)s pour faire avancer la Révolution Bolivarienne

Notre Commune El Maizal est constituée de 22 Conseils Communaux dont 12 font partie de la Municipalité Simon Planas de l’Etat de Lara et 10 de celle d’Araure, dqns l’état de Portuguesa. Nous sommes une des premières communes à avoir regroupé des terres de différents états. Depuis notre création nous gérons une exploitation de 2200 hectares dont environ 1800 sont essentiellement destinés à la culture du maïs. C’est Chavez en personne qui nous a remis ces terres le 5 mars 2009. Il nous a visités deux fois – le 29 novembre de la même année, c’est depuis El Maizal qu’il a transmis le n°344 d’Alo Presidente”.

Cette année-là, nous avions réalisé notre première plantation communale d’environ 150 hectares de haricots à l’aide d’un crédit géré par la Banque Mutuelle Gustavo Vegas Léon. En 2010, nous sommes passés au maïs avec un financement géré par le Conseil Communal El Esfuerzo de la communauté d’El Cerrito, car à cette époque-là nous n’étions pas encore officiellement enregistrés. Ce n’est que récemment, en octobre 2012, que le Ministère des Communes a procédé aux premiers registres légaux, celui de la Commune El Maizal a été signé le 25 mars 2013.

Source : Histoire du travail effectué par un village de communard(e)s pour faire avancer la Révolution Bolivarienne | Venezuela infos

Dans un Venezuela en crise, l’élevage se transforme en une activité à risques

Des peaux en état de décomposition sur la route, c’est tout ce qui reste de trois vaches volées et dépecées. Dans les Llanos, une région traditionnelle d’élevage au Venezuela, les vols, les occupations et les expropriations mettent en péril la production bovine.

Selon la Fédération nationale de l’élevage (Fedenaga), la production de viande au Venezuela a chuté à cause des attaques contre les cheptels et couvre désormais à peine 40 % de la consommation domestique, contre 97 % il y a deux décennies.

Source : Dans un Venezuela en crise, l’élevage se transforme en une activité à risques – Le Point

Au Venezuela, la révolution paysanne

Le 13 septembre à Bruxelles (Belgique) est né le Réseau Européen de Solidarité avec la Révolution Bolivarienne en présence d’organisations internationalistes de 17 pays. Pour le Venezuela étaient présents Pablo Sepúlveda Allende, Gustavo Borges, Jimmy Laguna et Jonathan Vargas, militant du mouvement social de base paysanne, le ¨Courant Révolutionnaire Bolívar et Zamora¨ (CRBZ). Nous avons évoqué avec ce dernier la situation de son pays, des paysans, des communes et des nouveaux défis qu’affronte le socialisme bolivarien.

Source : Au Venezuela, la révolution paysanne | Venezuela infos

La Cuchilla : brévissime histoire d’une récupération de terre

Aida y Alexis, pendant près de sept années, se sont battus dans l’État de Lara pour sortir de l’abandon et de l’improductivité les terres de ¨La Cuchilla¨.

C’est une montagne immense où ce couple et ses trois enfants, paysans comme leurs parents, veulent transformer la broussaille en aliment. ¨Pourquoi laisser la broussaille, quels fruits donne-t-elle ? Aucun. Par contre si tu sèmes du café, des haricots, du maïs, tu aides tes semblables, mais la broussaille, pourquoi la broussaille ? Qui mange de la broussaille ? interroge Alexis, qui se rappelle l’arrivée au milieu d’hectares de broussaille à ensemencer.

Source : La Cuchilla : brévissime histoire d’une récupération de terre | Venezuela infos