Venezuela : l’écrivain Rafael Rattia maintenu sous surveillance

Au Venezuela, l’écrivain et historien Rafael Rattia a été arrêté le 3 juin dernier, et son domicile perquisitionné par la police, qui y a confisqué une soixantaine de livres, un ordinateur et deux téléphones. Jugé coupable d’incitation à la haine ce samedi 5 juin, il est désormais interdit de sortie du territoire et surveillé par les autorités.

L’écrivain et historien Rafael Rattia a été rapidement jugé, le 5 juin dernier, après son arrestation, quelques jours auparavant. Le chef d’accusation retenu était l’incitation à la haine, après la publication d’un article signé par l’auteur dans le journal El Nacional.

Intitulé « El maestro millonario » (« Le professeur millionnaire »), l’article dressait un portrait de l’ex-ministre de l’Éducation du Venezuela, Aristóbulo Istúriz, mort le 27 avril dernier. Pour cette publication, l’écrivain a été jugé coupable d’« encourager, de promouvoir ou d’inciter la haine ».

Selon l’ONG locale Provea, l’écrivain est désormais sous le coup d’une interdiction de sortie du territoire, et doit se présenter mensuellement aux autorités.

Source : Venezuela : l’écrivain Rafael Rattia maintenu sous surveillance

Derrière Guaido, le plan Condor 2.0 des extrêmes droites espagnole, états-unienne et latino-américaine

« Le Venezuela est un bon exemple de comment l’ultra-droite a tout investi dans les médias et le numérique, comment elle a été visionnaire, pendant que la gauche vit dans la contemplation, sans en faire une priorité » explique Julian Macias Tovar, expert des réseaux sociaux qui a étudié de très près, statistiques à l’appui, la guerre contre Podemos en Espagne ou contre des processus progressistes en Amérique Latine. Il est interrogé ici par la journaliste Karen Mendez.

Peut-être qu’une des réussites majeures de la propagande de masse a été de faire passer les déstabilisations violentes de l’extrême droite au Venezuela pour des « révoltes démocratiques », la réponse de l’État pour une « répression », et (objectif principal) un président élu pour un « dictateur »

Source : Derrière Guaido, le plan Condor 2.0 des extrêmes droites espagnole, états-unienne et latino-américaine | Venezuela Infos

[Vidéo] Au Venezuela, une commune populaire crée sa propre école de communication

« Tant que nous ne résoudrons pas la « question médiatique », l’Amérique Latine n’aura pas de démocratie » écrivait récemment l’ex-président Rafael Correa. Au Venezuela, la « Comuna Socialista El Maizal » crée l’école de communication « Yordanis Rodriguez ». En avril 2021, pendant 5 jours, l’équipe de TERRA TV et de l’École de Communication des Mouvements Sociaux « Hugo Chavez Frias » a donné un premier atelier théorico-pratique de documentaire à 10 jeunes venus de différents secteurs de la naissante cité communale: El Maizal, Lanceros Atures de la Miel, Sarare et Negra Hipolita.

Pour découvrir le Venezuela invisibilisé depuis 21 ans par les grands médias, à travers des reportages faits sur le terrain et sous-titrés en français, vous pouvez vous abonner au canal Youtube de TERRA TV

Source : Au Venezuela, une commune populaire crée sa propre école de communication | Venezuela Infos

Saisie du siège du journal d’opposition vénézuélien El Nacional, condamné en justice

Au Venezuela, la justice a entamé, vendredi 14 mai, la saisie du siège du journal El Nacional, critique du gouvernement Maduro, pour couvrir les 13 millions de dollars de dédommagement qu’un tribunal lui a ordonné de verser à un haut responsable chaviste, à la suite d’un procès en diffamation.

« La dictature de Nicolas Maduro s’empare du siège du journal vénézuélien El Nacional », a tweeté le directeur du journal, Miguel Henrique Otero, citant le portail argentin d’information Infobae.

En avril, la justice vénézuélienne avait condamné le quotidien à verser 13,4 millions de dollars pour avoir causé un « grave préjudice moral » à Diosdado Cabello, l’une des principales figures du pouvoir chaviste, député et numéro deux du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) au pouvoir.

Source : Saisie du siège du journal d’opposition vénézuélien El Nacional, condamné en justice

Venezuela : un journal condamné à dédommager généreusement le n°2 chaviste

Le journal vénézuélien El Nacional, critique du gouvernement, a été reconnu coupable vendredi d’avoir causé un « grave préjudice moral » à l’égard d’un haut responsable chaviste et s’est vu ordonner de lui verser 13,4 millions de dollars de dédommagements.

Un tribunal de Caracas a rendu ce jugement en faveur de Diosdado Cabello, député et numéro deux du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) au pouvoir.

Et il lui a ordonné de verser « le montant en bolivars équivalent » à 237.000 petros, une crypto-monnaie créée par le régime chaviste, qui équivalent à environ 13,4 millions de dollars au taux de change officiel, selon le jugement.

« Le préjudice moral causé est très grave, car il a directement affecté sa personne et affecté sa famille », a affirmé le tribunal.

Diosdado Cabello a poursuivi El Nacional pour diffamation en 2015, à la suite de la reproduction d’un rapport du journal espagnol ABC qui le liait au trafic de drogue. Parallèlement, il a porté plainte contre ABC en Espagne et le Wall Street Journal aux Etats-Unis. Ces deux plaintes ont été rejetées.

Source : Venezuela: un journal condamné à dédommager généreusement le n°2 chaviste – France 24

Venezuela: décès de Henry Stephen, le chanteur de Limon, limonero

Le chanteur vénézuélien Henry Stephen, rendu célèbre par son tube Limon, limonero dans les années 1960-70, est décédé lundi 5 avril des suites du Covid-19 à l’âge de 79 ans, ont annoncé les autorités vénézuéliennes.

«Aujourd’hui est parti Henry Stephen, un artiste total. On se souviendra toujours de Mi limón Mi limonero, une légende de la musique populaire vénézuélienne. Son héritage reste parmi nous», a affirmé le président vénézuélien Nicolas Maduro sur Twitter.

En 1968, sa chanson Limon, Limonero, reprise d’un titre brésilien, avait traversé l’Atlantique pour devenir la chanson de l’été en Espagne et connaître un succès mondial. Stephen avait reçu en 1974 un disque d’or, célébrant plus d’un million de disques vendus. Star dans son pays, il avait aussi été acteur dans plusieurs séries télévisées.

Source : Venezuela: décès de Henry Stephen, le chanteur de Limon, limonero