Pour les médias occidentaux les seuls coups d’Etat sont contre… Guaido

Les médias internationaux sont entrés en crise à la suite du remplacement du leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaidó à la tête de l’Assemblée Nationale du Venezuela.

”De manchette en manchette, c’est le président vénézuélien Nicolás Maduro qui “prend le contrôle” (NBC, 1/6/20), “revendique le contrôle” (New York Times, 1/5/20 ; CNBC, 1/6/20) ou “se saisit” du parlement (Reuters, 1/5/20 ; NPR, 1/6/20), quand il ne “s’empare” pas de Guaidó (Wall Street Journal, 1/5/20)…

Le Washington Post (1/5/20) porte l’hystérie à un niveau supérieur, proclamant de façon hyperbolique que “la dernière institution démocratique du Venezuela tombe car Maduro tente de prendre de facto le contrôle de l’Assemblée nationale”.

Source : Pour les médias occidentaux les seuls coups d’Etat sont contre… Guaido (FAIR) | Venezuela infos

Au Venezuela, pêcheurs en eaux noires

La chaleur. La moiteur. Et surtout l’odeur. “Vous ne pouvez pas vous imaginer. On se sent comme dans un four, c’est véritablement l’enfer”, se souvient Rodrigo Abd à propos de son premier séjour sur les rives du lac de Maracaibo, une immense lagune de 13 000 km2 dans le nord-ouest du Venezuela. C’était en mai 2019. Le photographe couvrait alors la crise politique à Caracas. Profitant d’une “légère accalmie”, il s’était rendu dans la ville de Maracaibo (la deuxième agglomération la plus peuplée du pays, avec plus de 2 millions d’habitants) et sa voisine de Cabimas. “Cela faisait longtemps que je voulais venir voir la première région pétrolière du Venezuela. C’est là qu’il y a environ 90 ans, on a découvert certains des plus importants gisements du pays”, explique le photojournaliste.

Mais de bénédiction, l’or noir s’est transformé en fléau. À Cabimas, là où se trouve le gros des infrastructures pétrolières appartenant au groupe public PDVSA, “le lac est noir, complètement noir”. Faute d’entretien, les installations laissent s’échapper des litres de pétrole qui forment une marée noire permanente. “On dirait un Tchernobyl de l’industrie pétrolière.”

Source : Au Venezuela, pêcheurs en eaux noires

Le Venezuela au fond des yeux (3) : le Caracas qu’on ne vous a jamais montré

Caracas est décrite par les médias traditionnels comme une ville invivable, dangereuse et plongée dans la pauvreté. Un groupe de photojournalistes a décidé de se mobiliser pour présenter la ville telle qu’elle est en réalité. Sputnik a interviewé deux membres de la Callejera Criolla (CACRI), un collectif qui montre la capitale vénézuélienne dans toute sa vitalité, au fil de sa vie quotidienne.

Source : Le Venezuela au fond des yeux (3) : le Caracas qu’on ne vous a jamais montré, par Marco Teruggi | Venezuela infos

Vidéo] Propositions sur comment sortir de l’écrasement médiatique

Lors du récent Congrès International de la Communication qui s’est tenu à Caracas du 2 au 4 décembre avec la participation de 35 pays, l’interview réalisée par le sociologue et journaliste Romain Migus m’a permis de faire quelques propositions sur comment sortir de l’écrasement de la vie politique et des luttes sociales par le champ médiatique.

Source : Propositions sur comment sortir de l’écrasement médiatique | Venezuela infos

« La révolution ne sera pas télévisée , épisode 5.418 ? Le Vénézuéla qu’on ne voit pas entre dans la lumière

Deux cinéastes se sont immergés pendant une année dans un quartier populaire de Caracas pour montrer comment s’organise une commune. Le résultat sort enfin sur les écrans avec la première à Caracas de “Temps de lutte, actions d’une commune”, un documentaire pour rompre les mythes et nous ouvrir à la réalité populaire de Caracas.

Source : « La révolution ne sera pas télévisée , épisode 5.418 ? Le Vénézuéla qu’on ne voit pas entre dans la lumière, par Marco Teruggi | «Venezuela infos

Les médias se demandent: pourquoi le Venezuela ne veut-il pas ressembler un peu plus à la Bolivie ?

Les médias occidentaux ont souvent crié au scandale lorsque les élections à l’étranger ne se déroulent pas comme le souhaite l’empire américain. Ils ont fréquemment usé de moyens détournés pour qualifier les tentatives violentes des minorités de droite pour renverser les gouvernements de gauche, de “manifestations” au lieu de “tentatives de coups d’État” (FAIR.org, 5/16/18, 5/1/1/19). Mais il était encore assez rare de les voir appeler ouvertement à un coup d’Etat de droite, et de jeter aux orties leurs faux-semblants habituellement plus subtils.

Source : Les médias se demandent: pourquoi le Venezuela ne veut-il pas ressembler un peu plus à la Bolivie ? | Venezuela infos