Un ancien chef espion du Venezuela recherché par les États-Unis arrêté en Espagne

La police espagnole a annoncé jeudi soir avoir arrêté un ancien chef du renseignement militaire vénézuélien, recherché par les États-Unis qui l’accusent de trafic de drogue. Le général Hugo Armando Carvajal, dit «le gamin», chef du renseignement militaire durant la présidence du défunt Hugo Chavez, a été arrêté à Madrid, a indiqué la police nationale espagnole sur Twitter.

«Il vivait totalement cloîtré, dans sortir ou regarder par la fenêtre, constamment protégé par des fidèles», a précisé la police en diffusant une courte vidéo de son arrestation par des agents en tenue de protection. Carvajal avait disparu après qu’un tribunal espagnol, en novembre 2019, avait approuvé une demande d’extradition américaine justifiée par des accusations de trafic de drogue. La police s’était rendue à son domicile madrilène pour l’arrêter, en vain, et son avocat assurait ne pas savoir où il était.

Source : Un ancien chef espion du Venezuela recherché par les États-Unis arrêté en Espagne

Un diplomate des USA anciennement en poste au Venezuela nommé responsable anti-drogue par Biden

L’ancien chargé d’affaires des Etats-Unis au Venezuela, Todd Robinson, a été nommé par le président Joe Biden au poste de sous-secrétaire du Département d’Etat pour les Affaires Internationales concernant les Drogues et l’application de la Loi. Cette décision doit encore être approuvée par le Sénat.

En 2018, l’ex-secrétaire d’Etat Rex Tillerson avait suggéré de faire un coup d’Etat militaire au Venezuela. Todd Robinson, qui faisait alors fonction de représentant des Etats-Unis au Venezuela, avait répondu : « Le secteur militaire a beaucoup d’influence sur l’avenir du Venezuela et s’ils veulent nous aider, nous n’allons pas dire « non ».

Cette année, le président Nicolás Maduro l’a déclaré persona non grata et l’a expulsé du Venezuela pour conspiration.

Source : Un diplomate des USA anciennement en poste au Venezuela nommé responsable anti-drogue par Biden – Les 2 Rives

Nouvelle incursion du Gang de Guaido dans le trafic de drogue international

Le député à l’Assemblée nationale (AN) José Brito a dénoncé que les enquêtes qu’il mène concernant les dommages perpétrés contre la République par le Parlement de 2016-2021 mettent en évidence le fait que l’entreprise vénézuélienne Monómeros, dont les actifs et les fonds ont été illégalement spolié par le gang de Guaido, est utilisée au profit du trafic de drogue en Colombie.

Il a informé qu’il allait bientôt révéler les nouvelles conclusions de cette enquête qui précisent que la véritable activité de Monómeros est de « fournir de l’urée (un composé chimique utilisé pour transformer la cocaïne) aux cartels du trafic de drogue dans ce pays ».

Source : Nouvelle incursion du Gang de Guaido dans le trafic de drogue international – Les 2 Rives

L’implication du Hezbollah au Venezuela

L’ancien maire de Caracas Antonio Ledezma, figure de l’opposition réfugié en Espagne depuis 2017, a révélé que le dictateur Nicolas Maduro avait employé des hommes du Hezbollah libanais pour être observateurs lors des dernières élections pseudo-démocratiques qui se sont déroulées au mois de décembre dernier. L’opposition avait d’ailleurs boycotté le scrutin.

Le Hezbollah n’est d’ailleurs pas le seul a offrir ses services au président vénézuélien, les FARC et l’ELN, deux cartels colombiens sont également de la partie.

Le Vénézuela d’Hugo Chavez et de Nicolas Maduro est devenu un repaire d’organisations mafieuses dont le Hezbollah fait partie, en étant largement impliqué dans le trafic de stupéfiants en Amérique centrale et latine.

Source : L’implication du Hezbollah au Venezuela – LPH INFO

Trente ans de prison requis contre un narcotrafiquant français pour un assassinat au Venezuela

Trente années de prison ont été requises contre un narcotrafiquant français d’envergure internationale lors de son procès en appel à Evry pour l’assassinat d’un compatriote au Venezuela, dont le corps décapité et démembré avait été retrouvé sur une plage en 2012.

L’accusé, Ugo Marchic, remis en liberté sous contrôle judiciaire il y a 15 jours, ne s’est pas présenté lundi à l’ouverture de son procès. Devant les assises de l’Essonne, l’avocat général Rémi Crosson du Cormier a motivé ses réquisitions par le caractère «épouvantable» de l’assassinat de Paul Wolnerman, «tué pour être dépouillé financièrement et, comble de l’horreur, physiquement, car affreusement mutilé». Le magistrat a également demandé une période de sûreté des deux-tiers de la peine en raison du «danger social constant (que l’accusé) fait peser sur la communauté sociale où qu’il se trouve dans le monde».

Source : Trente ans de prison requis contre un narcotrafiquant français pour un assassinat au Venezuela

Assassinat d’un Français au Venezuela en 2012 : remis en liberté par erreur, le suspect ne se présente pas à son procès

« Un trou dans la raquette judiciaire » a abouti à la remise en liberté sous contrôle judiciaire du suspect « il y a une dizaine de jours », sa détention provisoire n’ayant pas été renouvelée dans les délais impartis. Et il ne s’est pas présenté à son procès dans l’Essonne.

L’homme accusé de l’assassinat d’un retraité français au Venezuela en 2012 ne s’est pas présenté à l’ouverture de son procès en appel lundi devant la cour d’assises de l’Essonne. Ugo Marchic, narcotrafiquant de grande envergure et aux multiples identités, devait comparaître libre lundi. Il est désormais sous mandat d’amener et l’audience reprendra en début d’après-midi. En cas de nouvelle absence, sa peine de trente ans de réclusion criminelle pour homicide volontaire avec préméditation, prononcée en première instance, sera confirmée, selon l’avocat des parties civiles, Me Vincent Ollivier.

Source : Assassinat d’un Français au Venezuela en 2012 : remis en liberté par erreur, le suspect ne se présente pas à son procès