Venezuela: décès en prison du général Baduel, ancien ministre de Chavez devenu opposant

Le général Raúl Baduel, 66 ans, un des plus célèbres prisonniers politiques vénézuéliens, qui fut un ministre et un allié de l’ancien président Hugo Chávez, est décédé mardi en prison du Covid-19, a annoncé le procureur général vénézuélien sur Twitter.

Le général Baduel, 66 ans, était un vieux compagnon de route de Hugo Chávez. En 1982, ce camarade de promotion du futur président faisait partie du groupe des quatre qui avait prêté serment à Samán de Güere (État d’Aragua), promettant d’instaurer « une démocratie solide et profonde, avec une attention spéciale aux moins favorisés ». En 1992, il est encore à ses côtés dans le coup d’État manqué pour destituer Carlos Andrés Pérez.

Vingt ans plus tard, en 2002, il l’aide à reprendre le pouvoir au palais de Miraflores lors d’une tentative de coup d’État. Alors commandant de brigade basé à Maracay (à 200 km à l’ouest de Caracas), il avait annoncé son attachement à la Constitution et permis à Hugo Chávez, qui était aux mains des putschistes, de reprendre le pouvoir.

Promu général en chef des Forces armées en 2004, avant d’être nommé ministre de la Défense, il tombe ensuite en disgrâce, notamment parce qu’il prend position contre la réforme de la Constitution, en 2007, qui permet au président de se représenter de façon illimitée. Il devient alors l’une des bêtes noires du chef de l’État, dont il dénonce la dérive autoritaire. Il est emprisonné en avril 2009 pour corruption à la prison militaire de Ramo Verde, à une trentaine de kilomètres de Caracas.

Condamné à sept ans et onze mois de prison pour malversation, il ne bénéficiera d’une mesure d’aménagement de sa peine qu’en août 2015. Libéré en conditionnelle cette année-là, il est de nouveau arrêté en 2017, accusé cette fois de complot, à la veille de la fin officielle de sa peine. Il est dégradé et rayé des cadres de l’armée. En juin 2019, les autorités vénézuéliennes l’accusent d’être le cerveau d’une tentative de coup d’État contre Nicolás Maduro.

Source : Venezuela: décès en prison du général Baduel, ancien ministre de Chavez devenu opposant

Blanchiment d’argent entre Floride et Venezuela, la piste thaïlandaise…

Selon l’agence d’information américaine Associated Press, une importante société thaïlandaise d’asphalte a été impliquée pour blanchiment d’argent dans une plainte pénale contre un homme d’affaires de Miami accusé d’avoir violé les sanctions américaines pour avoir effectué des travaux de maintenance sur la flotte d’avions de chasse russes du Venezuela.

Jorge Nobrega a été arrêté dimanche à l’aéroport international de Miami, selon son avocat, Francisco Alfonso Marty, qui a déclaré qu’il était prématuré de faire d’autres commentaires.

Selon une plainte pénale et une déclaration sous serment déposées lundi devant le tribunal fédéral de Miami, la société de Nobrega, Achabal Technologies, aurait vendu à l’armée vénézuélienne une mousse suppressive destinée à empêcher les réservoirs de carburant de ses avions de combat Sukhoi d’exploser sous les tirs ennemis.

Pour son travail, la société de Nobrega, basée à Miami, aurait été payée par Tipco Asphalt, un client de longue date de la société pétrolière d’État vénézuélienne, PDVSA.

Source : THAÏLANDE – CRIMINALITÉ : Blanchiment d’argent entre Floride et Venezuela, la piste thaïlandaise…

VENEZUELA-COLOMBIE – Des ombres sur Apure : le conflit à la frontière

Cet article d’Humberto Márquez publié sur le site de l’hebdomadaire uruguayen Brecha le 23 avril 2021 décrit les conflits en cours dans l’État d’Apure, frontalier avec la Colombie.


Militaires vénézuéliens et guérilleros colombiens s’affrontent, faisant des dizaines de morts et de prisonniers, ce à quoi il faut ajouter des dénonciations de crimes graves contre la population civile. Se dissimulant derrière ces combats, divers groupes se disputent les gains d’une économie illégale florissante.

Source : VENEZUELA-COLOMBIE – Des ombres sur Apure : le conflit à la frontière – AlterInfos – DIAL

Navires iraniens en route vers le Venezuela? «Une provocation pour les USA, qui se prennent pour les rois du monde»

Deux navires de guerre iraniens transportant vraisemblablement des vedettes rapides seraient actuellement en route vers le Venezuela, au mépris des sanctions américaines. Ce qui déplaît fortement à Washington, qui dénonce une provocation irano-vénézuélienne. Maurice Lemoine y voit surtout une volonté américaine accrue de contrôler la région.

Partis de Bandar Abbas le 10 mai, deux navires de guerre iraniens, le Makran et la frégate Sahand, ont atteint l’océan Atlantique, a annoncé le 10 juin le contre-amiral Habibollah Sayyari, coordinateur adjoint de l’armée iranienne. Une première pour des vaisseaux de guerre iraniens, qui ont contourné l’Afrique et passé le cap de Bonne-Espérance avant de pénétrer dans l’océan. «Nous considérons notre présence dans les eaux internationales comme un droit stratégique inaliénable de la marine de la République islamique d’Iran, et nous continuerons à suivre cette voie avec la même détermination», a lancé le haut responsable iranien. Sauf que les États-Unis s’en sont mêlés.

Source : Navires iraniens en route vers le Venezuela? «Une provocation pour les USA, qui se prennent pour les rois du monde» – Sputnik France

Frontière colombienne: 8 soldats du Venezuela libérés

Huit soldats vénézuéliens faits prisonniers par un groupe armé d’irréguliers colombiens dans le sud-ouest du Venezuela ont été libérés par l’armée vénézuélienne lundi, selon un communiqué du ministère de la Défense.

« Le 31 mai, les huit militaires professionnels séquestrés par des groupes armés d’irréguliers colombiens depuis le début du mois ont été libérés lors de l’opération Aigle centenaire », selon le texte du communiqué, qui précise que les soldats sont « sains et saufs ». « Par ailleurs, nous rendons public que nous sommes à la recherche de deux soldats » disparus, reconnaît le communiqué qui ne donne pas d’autres précisions sur l’opération.

Source : Amérique latine – Frontière colombienne: 8 soldats du Venezuela libérés | Tribune de Genève

Le Venezuela dénonce «l’enlèvement» de huit soldats par un groupe armé colombien

Le ministre de la Défense vénézuélien a dénoncé samedi «l’enlèvement» de huit soldats par un groupe armé d’irréguliers colombiens, dans le sud-ouest du Venezuela, près de la Colombie, une zone où se déroulent des combats avec l’armée depuis le 21 mars.

«Pendant les combats, huit militaires professionnels ont été capturés. Nous avons reçu des preuves de vie le 9 mai. Nous dénonçons devant la communauté internationale (…) l’infâme enlèvement de ces soldats», a déclaré le ministre Vladimir Padrino Lopez, dans un communiqué lu à la télévision, confirmant l’annonce faite lundi par une ONG de défense des droits de l’Homme.

«Nous exigeons de leurs ravisseurs (…) la préservation et leur vie et de leur intégrité physique (…) Nous avons effectué des contacts conduisant à leur libération prochaine et la Chancellerie (ministère des Affaires étrangères) se coordonne avec le Comité international de la Croix rouge pour faire le lien avec nos frères combattants», a ajouté le ministre.

Source : Le Venezuela dénonce «l’enlèvement» de huit soldats par un groupe armé colombien