Les mensonges de Human Right Watch sur les affrontements à la frontière colombo-vénézuélienne

Le rapport que l’ONG Human Rights Watch (HRW) a réalisé sur les derniers événements survenus dans l’état d’ Apure n’est pas surprenant, son animosité envers le Gouvernement vénézuélien est bien connue. Elle est le produit de la Guerre Froide et de son alignement sur le réseau de corporations qui dominent e monde.

Son dossier contre le Venezuela est épais et ses soi-disant investigations ne surprennent pas mais il faut souligner certains éléments qui permettent d’analyser la véritable guerre qui est en cours.

Les ONG comme HRW sur le plan international, et leurs succursales locales comme PROVEA sont des ressources asymétriques de la guerre non conventionnelle et des acteurs des révolutions de couleur qui recyclent le récit de « crise humanitaire » chaque fois que c’est possible. HRW est celle qui met réellement les cartes sur la table, qui mobilise les Droits de l’Homme au bénéfice de l’élite anti-Venezuela et met le doigt dans la plaie médiatique en cherchent une ingérence ouverte de puissances étrangères dans les affaires intérieures du pays.

Rien à attendre de Joe Biden qui soit différent des attaques de 2016 contre le Venezuela, encore moins de Duque (ou d’Uribe) parce que depuis longtemps, leur ligne de flottaison est de demander et de provoquer une intervention au Venezuela aux dépends d’une vision des Droits de l’Homme déformée par les Etats-Unis et de toutes les « mauvaises actions » chavistes dont ils ont envie. HRW suit simplement le fil argumentaire.

Source : Les mensonges de Human Right Watch sur les affrontements à la frontière colombo-vénézuélienne – Mision VERDAD – Les 2 Rives

Chronologie des actions militaires contre le Venezuela

Le Venezuela est en guerre. Une guerre hybride où se mêle plusieurs fronts: institutionnel, diplomatique, psychologique, économique et militaire. Sur ce dernier front, le Venezuela est constamment harcelé par des groupes irréguliers composés de déserteurs, de mercenaires, de membres de la pègres, et de services spéciaux étrangers.

Nous avons précédemment décrit les stratégies militaires à l’oeuvre au Venezuela depuis quelques années. En complément, nous avons élaboré une chronologie de ces actions militaires visant à renverser le gouvernement de la Révolution bolivarienne. Ce sont ici des faits bruts, incontestables et que vous ne lirez dans aucun média dominant.

Source : Chronologie des actions militaires contre le Venezuela – Romain MIGUS – Les 2 Rives

Un webinaire pour dynamiser le commerce Vietnam-Venezuela

L’ambassade du Vietnam au Venezuela, en collaboration avec la Banque de commerce extérieur du Venezuela (Bancoex), a organisé le 11 mai un webinaire sur le renforcement de la promotion du commerce bilatéral.

S’exprimant lors de l’événement, le vice-président du Conseil d’administration de Bancoex, Juan Freer a déclaré qu’avec ses expériences dans les exportations des marchandises et services, Bancoex prévoyait d’intensifier la commercialisation de produits phases du Venezuela tels que pétrole brut, café, cacao et  haricots verts pour générer des recettes en devises, au service de la production nationale.

Selon Juan Freer, le chiffre d’affaires des exportations du Venezuela vers le Vietnam est passé de 1,2 million de dollars en 2017 à 4,8 millions en 2019. Le responsable vénézuélien a déclaré qu’il était confiant dans sa croissance future.

L’ambassadeur du Vietnam au Venezuela, Le Viet Duyen, a profité de l’occasion pour présenter les produits d’exportation principaux du Vietnam, notamment produits agricoles, téléphones et composants électroniques, textile-habillement, chaussure et produits aquatiques.

Source : Un webinaire pour dynamiser le commerce Vietnam-Venezuela | Économie | Vietnam+ (VietnamPlus)

Crise au Venezuela : l’opposition veut négocier la levée des sanctions contre des « élections libres »

Le leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido a proposé mardi de nouvelles négociations avec le pouvoir du président Nicolas Maduro, demandant un « calendrier pour des élections libres » contre une levée des sanctions.

En soirée, M. Maduro a laissé la porte ouverte tout en minimisant son poids et son importance.

« Le Venezuela a besoin d’un accord de salut national. Un accord entre les forces démocratiques (…), le régime, et la communauté internationale », a déclaré dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux M. Guaido, reconnu comme président par intérim par une partie de la communauté internationale (58 pays dont les États-Unis).

Les négociations entre le régime de M. Maduro et l’opposition sont au point mort depuis août 2019.

Juan Guaido réclame « un accord qui comprend un calendrier pour des élections libres et justes pour la présidentielle, les législatives, les régionales et les municipales avec un soutien et des observateurs internationaux ». Il estime que la communauté internationale peut « encourager le régime d’une levée progressive des sanctions conditionnée avec le respect des objectifs de l’accord ».

Source : Crise au Venezuela : l’opposition veut négocier la levée des sanctions contre des « élections libres »

Le Venezuela demande l’extradition d’un des principaux opposants

La Cour suprême du Venezuela a demandé mardi 11 mai l’extradition de l’opposant Leopoldo Lopez, condamné à 14 ans de prison par la justice dans le cadre des manifestations contre le pouvoir du président Nicolas Maduro et réfugié en Espagne depuis sept mois.

«Le tribunal suprême (…) demande au Royaume d’Espagne l’extradition du citoyen Leopoldo Eduardo Lopez Mendoza pour qu’il purge le reste de la peine à laquelle il a été condamnée soit 8 ans, 6 mois, 25 jours et 12 heures», selon le communiqué de la Cour parvenu à l’AFP.

Figure de l’opposition, maire de Chacao quartier huppé de Caracas, Lopez avait été condamné en 2015 à 14 ans de prison pour incitation à la violence lors des manifestations contre Maduro qui avaient fait 43 morts et plus de 3.000 blessés en 2014. En 2017, il avait été assigné à résidence et avait ensuite participé au coup d’État raté d’un groupe de militaires contre Maduro en avril 2019. Après l’échec du coup, il s’était réfugié à l’ambassade d’Espagne où il était resté jusqu’en octobre 2020.

Source : Le Venezuela demande l’extradition d’un des principaux opposants

Sous la peau de la commune populaire au Venezuela : ce que disent ceux qui agissent

La première fois que j’ai entendu parler de la proposition ou du concept de ville communale, c’était en mars 2020, à Barcelone, dans l’État d’Anzoátegui, au Venezuela. Je l’ai entendu de la bouche de certain.e.s communard.e.s, et aussi dans la voix du maire Luis José Marcano, qui avait décidé de se laisser emporter par l’ouragan communard lorsqu’un supplément de vent favorable souffla sur la folle machine.

C’était lors d’une réunion d’un organisation baptisée Propulseurs de la Commune, où on me fit l’extrême honneur d’écouter et de répondre à mes provocations et réflexions génératrices. Parmi celles que j’ai lancées en guise d’introduction, il y en a une que je voulais transformer en pierre d’achoppement de cette guerre philosophique ou de l’écueil culturel auquel nous sommes confrontés : notre tradition vieille de cinq siècles de diviser les municipalités en « parroquias » ; nous sommes encore structurellement et juridiquement habitants de « parroquias« ). Et comme la division politico-territoriale actuelle nous condamne à appeler « parroquia » l’unité minimale d’organisation sous de la municipalité, il faudra bien plus qu’un effort rhétorique pour que cette unité de résidents se mue en commune, et ses habitant.e.s en communard.e.s.

Dans le débat qui a suivi a émergé l’idée qu’en réalité, seul le nom légal de la « parroquia » est demeuré. Dans de nombreux endroits au Venezuela, les gens préfèrent appeler le lieu où ils vivent un barrio, un « caserío » (hameau), un secteur ou une communauté. J’ai entendu un communard expliquer que les notions chavistes de commune, de cité communale et de fédération de communes ne sont pas de simples références territoriales, car ce qui les définit et leur donne sens réside dans leur caractère productif.

Pour vivre la chronique d’une commune populaire comme si vous étiez au Venezuela, suivez la chaîne Youtube de TERRA TV :

Source : Sous la peau de la commune populaire au Venezuela : ce que disent ceux qui agissent | Venezuela Infos