Venezuela: la coiffure afro s’affirme contre le racisme

Tresse après tresse, Victoria, 28 ans, se libère de « l’esclavage » des cheveux lisses pour embrasser une coupe Afro, souvent décriée et critiquée au Venezuela où le métissage de la population n’empêche pas le racisme de prospérer.

« J’en avais assez des coiffeurs, de ne pas pouvoir me mouiller les cheveux. Je le ressentais comme un esclavage », explique Victoria, alors que le styliste arrange ses cheveux dans un salon du centre de Caracas.

Aujourd’hui, elle se sent « divine » alors qu’il y a quelques années elle avait encore honte de sa chevelure.

Car les cheveux naturels ou crépus ont longtemps eu mauvaise réputation au Venezuela, régulièrement qualifiés de « mauvais cheveux » par une partie de la société.

« Ma mère a commencé à me lisser les cheveux quand j’avais 12 ans. Je me sentais obligée de me montrer comme ça. Les cheveux lisses te donnent un statut », explique Victoria.

La population vénézuélienne est pourtant diverse, résultat de mélanges entre les populations indigènes, les conquistadores espagnols, les esclaves africains victimes de la traite, et enfin l’arrivée massive d’immigrants européens au XXe siècle.

Malgré cette riche diversité, « tout ce qui vient de la +négritude+ est considéré comme mauvais ou exotique… cela ne rentre pas dans la norme », explique la sociologue Zulima Paredes, qui a écrit sur l’esthétique des cheveux afros.

Source : Venezuela: la coiffure afro s’affirme contre le racisme

Venezuela – Un sulfureux homme d’affaires chargé de négocier avec l’opposition

Le pouvoir vénézuélien a désigné comme membre de sa délégation pour les négociations avec l’opposition à Mexico Alex Saab, un homme d’affaires en attente de son extradition du Cap-Vert vers les États-Unis, a annoncé mardi le chef de la délégation gouvernementale.

«Nous allons informer» les parties prenantes de cette «décision du gouvernement bolivarien», a affirmé Jorge Rodriguez, également président du parlement vénézuélien. Le Colombien Alex Saab, 49 ans, inculpé en juillet 2019 à Miami pour blanchiment d’argent, a été interpellé lors d’une escale technique de son avion au Cap-Vert mi-juin 2020. La justice a donné son feu vert le 7 septembre dernier à son extradition et, selon la loi, Praia a désormais 45 jours pour exécuter la décision.

Source : Venezuela – Un sulfureux homme d’affaires chargé de négocier avec l’opposition | Tribune de Genève

Venezuela : l’ONU dénonce «l’intimidation et la criminalisation» des militants politiques

La Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a dénoncé lundi «l’intimidation et la criminalisation» des militants politiques au Venezuela, accusations qualifiées de «fausses» par les autorités à Caracas

«L’intimidation et la criminalisation des personnes défendant les droits de l’homme et de dirigeants syndicaux lors de leurs activités légitimes me préoccupent», a déclaré la Haute-Commissaire dans un rapport sur la situation au Venezuela.

L’ancienne présidente chilienne a appelé à la «libération de toutes les personnes détenues arbitrairement», tout en relevant que 152 personnes avaient été libérées depuis juin 2020. Selon l’ONG de défense des droits humains, Foro penal, il y a 262 prisonniers politiques au Venezuela.

Source : Venezuela : l’ONU dénonce «l’intimidation et la criminalisation» des militants politiques

Venezuela : avec un prix de l’électricité bas, le minage de cryptomonnaies a le vent en poupe

De nombreux Vénézuéliens se sont lancés dans le minage de bitcoins, alors que le prix de l’électricité est actuellement très bas dans le pays.

Un bon business. Le bruit est assourdissant dans ce local d’un immeuble de Caracas où des machines « minent » des bitcoins. Profitant d’un prix de l’électricité dérisoire, de nombreux Vénézuéliens se sont lancés dans la création de cryptomonnaies. Refroidis par des ventilateurs, quelque 80 ordinateurs – de la taille d’une boîte de chaussures- tournent en permanence. Chacune des machines génère environ 125 dollars par mois. La facture d’électricité : « Elle ne dépasse pas 10 dollars par mois », crie Theodoro Toukoumidis, en expliquant le fonctionnement des appareils. Son entreprise Doctor Miner installe des « fermes minières » de bitcoins et vend les appareils aux particuliers désireux de se lancer dans l’aventure.

Source : Venezuela : avec un prix de l’électricité bas, le minage de cryptomonnaies a le vent en poupe – Capital.fr

Athlétisme : Rojas, la « reine » de Tokyo revient sur ses terres au Venezuela

La « reine » est de retour. Accueillie par une centaine de personnes à l’aéroport puis en grande pompe sur la place Venezuela de Caracas, Yulimar Rojas, championne olympique du triple saut avec record du monde à la clé, ne boude pas son plaisir : chantant et dansant sur les podiums, elle crie sa joie d’être revenue au pays après une année « loin des siens ».

« J’ai le sourire qui va d’une oreille à l’autre. Quelle joie de voir tous ces gens qui m’attendent ! Je n’ai rien connu de pareil », affirme Yulimar Rojas, 25 ans, médaille d’or olympique autour du cou, brandissant le trophée de la Ligue de diamant, récompensant toute la saison d’athlétisme.

Les yeux cernés par la vingtaine d’heures de voyage, Yulimar, cheveux courts platine, embrasse à l’aéroport sa famille. Quelques uns versent une petite larme. « Même si on se parle tous les jours au téléphone, je suis émue après un an sans la voir. Et là, elle revient chargée : championne, olympique, record du monde, Ligue de diamant », sourit sa sœur Yerilda Zapata.

Source : Athlétisme: Rojas, la « reine » de Tokyo revient sur ses terres au Venezuela – France 24

Deux militaires colombiens enlevés à la frontière avec le Venezuela

Deux militaires colombiens ont été enlevés par des rebelles près de la frontière entre la Colombie et Venezuela, a annoncé vendredi le gouvernement colombien. «L’information que nous avons de sources de renseignement est qu’ils ont été enlevés», a déclaré le ministre de la Défense Diego Molano, cité dans un communiqué.

Selon Diego Molano, il existe dans l’Arauca des «preuves» d’une «frontière poreuse avec un régime qui collabore avec le trafic de drogue et les groupes armés illégaux». Malgré le désarmement des FARC, le pays connaît une résurgence de la violence dans plusieurs régions, notamment à la frontière avec le Venezuela. Des dissidents de l’accord de paix, des groupes paramilitaires et l’ELN s’y affrontent pour le contrôle du trafic de drogue et de l’exploitation minière illégale, en profitant de la porosité de la frontière de 2200 kilomètres entre les deux pays. Le gouvernement colombien d’Ivan Duque accuse les autorités vénézuéliennes de donner refuge et de protéger les groupes rebelles colombiens, des accusations que le président vénézuélien Nicolas Maduro dément.

Source : Deux militaires colombiens enlevés à la frontière avec le Venezuela