La contraception féminine, dommage collatéral de la crise économique au Venezuela

Le Venezuela est entré dans sa huitième année de crise économique, exacerbée par la pandémie et les sanctions internationales. Et ce n’est pas sans conséquence sur le ventre des femmes. La majorité d’entre elles ne sont plus en mesure de se payer un moyen de contraception.

Au Venezuela, le salaire minimum mensuel est de seulement d’un dollar américain, alors qu’un paquet de préservatifs coûte 4 dollars, et la pilule 11 dollars par mois. Résultat : des grossesses non-planifiées à un moment où beaucoup de femmes peuvent à peine nourrir un enfant. D’autres se tournent vers la stérilisation alors qu’elles sont encore jeunes. Certaines ont même recours à l’avortement, illégal au Venezuela même en cas de viol ou d’inceste. Quand elles ne risquent pas leur vie, celles qui pratiquent un avortement encourent jusqu’à 3 ans de prison.

Source : La contraception féminine, dommage collatéral de la crise économique au Venezuela – Journal d’Haïti et des Amériques

[Audio] Grandir au Vénézuela et s’exiler : radioscopie d’un syndrome

Depuis 2015, plus de 5 millions de personnes ont quitté le Venezuela en raison de la crise économique sévère qui affecte leur pays (+250% d’inflation), alors même qu’une dizaine de pays d’Amérique latine ont durci leurs conditions d’accueil à leur égard. Alors quel avenir pour les jeunes Vénézuélien·nes exilé·es sur ce continent ? Comment reconstruire sa vie sans espoir de retourner vivre un jour dans son pays d’origine ?

Pierre-Angelo Zavaglia est metteur en scène vénézuélien et Pedro Moreno artiste vénézuélien exilé en Uruguay.

Découvrez le film de Pedro Moreno : pedromorenofoto.com/films-1 – Mot de passe : EHccL5EY?g@

[Audio] Au Venezuela, Juan Guaido est-il encore le visage de l’opposition ?

A quelques semaines des élections législatives du 6 décembre au Vénézuela, qui soutient Juan Guaido, président autoproclamé en janvier 2019 et reconnu comme tel par une soixantaine de pays? Entretien avec le chercheur Thomas Posado.

Source : Au Venezuela, Juan Guaido est-il encore le visage de l’opposition ?

[Podcast] Venezuela: la poursuite du déclin?

Alors que le monde est occupé à combattre le Covid-19, le désastreux déclin du Venezuela se poursuit sur fond de montée des tensions internes et externes.

Invités :

– Jean-Jacques Kourliandski, chercheur à l’Iris et directeur de l’Observatoire Amérique Latine à la Fondation Jean Jaurès.

– Maurice Lemoine, journaliste et écrivain. Spécialiste de l’Amérique Latine. « Venezuela : Chronique d’une déstabilisation », éd. Le Temps des Cerises. Collaborateur du site Mémoire des luttes.

– Olivier Compagnon, professeur d’Histoire contemporaine à l’IHEAL. Co-rédacteur des Cahiers de l’Amérique latine, éd. IHEAL.

Source : Venezuela: la poursuite du déclin? – Géopolitique, le débat

[Audio] Au Venezuela, le règne du dollar

Au Venezuela, le dollar est en train de devenir la monnaie nationale par défaut. Avec l’hyperinflation, qui était d’environ 9500% en 2019 selon la Banque centrale vénézuélienne, les habitants qui le peuvent se détournent du bolivar et utilisent de plus en plus de devises étrangères, en particulier le dollar américain.

En parallèle d’une économie vénézuélienne en chute libre se développe une économie informelle, dollarisée, qui offre aux plus riches une illusion de prospérité après des mois de pénuries et de privations. Pour les plus pauvres qui n’ont en revanche pas accès au billet vert, rien ne s’arrange.« Au Venezuela, le règne du dollar », c’est un grand reportage signé Benjamin Delille.

Source : Au Venezuela, le règne du dollar – Grand reportage

[Audio] Maracaibo, la ville de tous les maux du Venezuela

Au Venezuela, l’ancien paradis du pétrole, Maracaibo, est devenu le symbole de la descente aux enfers du pays. Cette ville, la deuxième du Venezuela, était la plus prospère et la plus moderne quand le pétrole coulait à flots.Mais avec la crise économique, elle est frappée de plein fouet par le marasme économique, les coupures d’électricité, les pénuries d’eau et d’essence. C’est une ville à la dérive où les habitants sombrent dans la misère.

Source : Maracaibo, la ville de tous les maux du Venezuela – Grand reportage