Venezuela : la presse parle d’un plan brésilien pour nuire à Maduro

La crise vénézuélienne, perdure et les conséquences pour les voisins immédiats et l’Amérique du sud se font sentir. Sur fond de la lutte pour le pouvoir entre Maduro et Guaido, le ministre brésilien de la Justice, Sergio Moro, acquis à la cause de Guiado, serait en passe de faire sur le président vénézuélien des révélations pour pourraient grandement saper son image.

Les informations de cette campagne orchestrée par l’ancien juge anti-corruption devenu ministre brésilien de la Justice, Sergio Moro, auraient été révélé par un site d’investigations. Et selon, The Intercept, par des extraits de conversations le mois dernier de Moro avec le géant de la construction Odebrecht, une entreprise brésilienne, opérant dans la construction, la pétrochimie, la défense et technologie. Le ministre aurait sciemment ‘’laisser fuiter’’ les aveux du constructeur selon lesquels il aurait versé des pots-de-vin au Venezuela et à son régime, estimés à près de 98 millions USD.

Source : Venezuela : la presse parle d’un plan brésilien pour nuire à Maduro | La Nouvelle Tribune

Une intervention brésilienne au Venezuela est-elle réellement envisagée?

L’armée brésilienne ne serait pas enthousiaste à l’idée d’intervenir militairement au Venezuela comme veut le faire croire le Président Bolsonaro, a déclaré à Sputnik Paulo Velasco de l’Université d’État de Rio de Janeiro.

Il est peu probable que le Président brésilien Jair Bolsonaro décide d’une intervention militaire au Venezuela, estime le politologue Paulo Velasco de l’Université d’État de Rio de Janeiro (UERJ) dans un entretien accordé à Sputnik.

Source : Une intervention brésilienne au Venezuela est-elle réellement envisagée? – Sputnik France

Entre Brésil et Venezuela, par les chemins interdits

La fermeture de la frontière du Venezuela avec le Brésil, surveillée par des hommes de la Garde nationale, n’a pas laissé de choix à Edile et César: ils sont passés d’un pays à l’autre par des chemins interdits, à leurs risques et périls.

Des petites grappes de Venézuéliens arrivent au Brésil, généralement des familles, en passant par des collines, a constaté l’AFP à la frontière bouclée la semaine dernière par le président Nicolas Maduro. Celui-ci a ainsi voulu empêcher Juan Guaido, l’opposant et président par intérim reconnu par une cinquantaine de pays, de faire entrer l’aide humanitaire au Venezuela.

Dans l’autre sens, ce sont des Vénézuéliens aussi, qui ont trouvé refuge au Brésil dans l’Etat frontalier de Roraima, et qui font une incursion dans leur pays pour apporter des médicaments ou de la nourriture à des proches, dans de lourdes valises.

Source : Entre Brésil et Venezuela, par les chemins interdits – La Croix

Le Brésil permettra-t-il aux USA d’utiliser son territoire pour intervenir au Venezuela?

Le Brésil ne permettra pas aux États-Unis d’utiliser son territoire pour intervenir au Venezuela, a déclaré lundi le vice-Président du pays, Hamilton Mourao, cité par la chaîne de télévision Globo News.

Les autorités brésiliennes n’ont pas l’intention de mettre leur territoire à la disposition des militaires américains pour mener une opération contre le gouvernement vénézuélien, a déclaré lundi le vice-Président du pays Antonio Hamilton Mourao, lors d’une rencontre du Groupe de Lima à Bogota, en Colombie.

Source : Le Brésil permettra-t-il aux USA d’utiliser son territoire pour intervenir au Venezuela? – Sputnik France

Une ville brésilienne à l’arrêt à cause de la crise au Venezuela

Le bras de fer entre l’opposant vénézuélien Juan Guaido et le président Nicolas Maduro sur la livraison d’aide humanitaire au Venezuela, qui a entraîné la fermeture de la frontière avec le Brésil, a paralysé l’activité de la petite localité de Pacaraima, confrontée à une pénurie d’essence.

Depuis la fermeture de la frontière jeudi soir, les commerçants ont vu leurs ventes chuter drastiquement.

Mais Pacaraima ne dépend pas seulement des achats de frontaliers.

La seule station-service des environs se trouve au niveau de la frontière, côté vénézuélien, où l’essence coûte trois fois moins cher qu’au Brésil.

À présent, les habitants de Pacaraima n’y ont plus accès et doivent se rendre à Boa Vista, capitale de l’Etat de Roraima, à 215 km de là.

Source : Une ville brésilienne à l’arrêt à cause de la crise au Venezuela

Après les bravades, le Brésil tente de calmer le jeu au Venezuela

« Il y a eu clairement une modération brésilienne, fruit de l’influence des militaires », observe Oliver Stuenkel, professeur de relations internationales à la Fondation Getulio Vargas de Sao Paulo.

Les généraux brésiliens redoutent de s’engluer dans une crise longue, onéreuse et impopulaire qui pourrait mettre en évidence la faiblesse militaire du pays et créer un précédent d’ingérence. Ils préfèrent attendre des désertions significatives à la tête de l’armée vénézuélienne avant de s’engager plus avant.

Présents en masse dans le gouvernement Bolsonaro (huit des vingt-deux ministres sont des militaires), les généraux se sont effrayés des diatribes d’Ernesto Araujo à la gloire de Donald Trump. Ajoutée aux propos de Jair Bolsonaro faisant de Nicolas Maduro un repoussoir absolu, l’attitude peu mesurée de l’Itamaraty a conduit les Etats-Unis à attendre une franche coopération dans la résolution de la situation au Venezuela.

Source : Après les bravades, le Brésil tente de calmer le jeu au Venezuela