Venezuela: les militants d’une ONG arrêtés vendredi, inculpés de «terrorisme»

Les trois militants de l’ONG vénézuélienne de défense des droits humains Fundaredes, critique du pouvoir et spécialiste de la zone frontalière avec la Colombie où se déroulent des combats depuis mars, ont été inculpés de «terrorisme», ont annoncé leurs avocats samedi au lendemain de leur arrestation.

Le directeur de l’ONG Javier Tarazona, devenu un personnage médiatique important ces derniers mois au Venezuela, et ses deux collègues Rafael Tarazona et Omar Garcia ont été inculpés de «trahison à la patrie, terrorisme et incitation à la haine», a affirmé l’avocate Stefania Migliorini dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux par l’ONG Foro Penal, spécialiste des «prisonniers politiques».

Selon Fundaredes, les trois hommes ont été arrêtés vendredi alors qu’ils s’étaient rendus au Parquet de Coro (nord-ouest) pour porter plainte. «On les a empêchés d’être défendus par des avocats de confiance en leur désignant un avocat d’office, alors que nous, leurs avocats, étions là», a dénoncé Gonzalo Himiob, un dirigeant de Foro Penal, qui assure que le pays compte «300 prisonniers politiques».

Très bien informé sur la zone frontalière, Fundaredes avait alerté sur les affrontements entre des groupes d’irréguliers colombiens et l’armée vénézuélienne avant que le pouvoir du président Nicolas Maduro n’en fasse état.

Source : Venezuela: les militants d’une ONG arrêtés vendredi, inculpés de «terrorisme»

#Metoo – Au Venezuela, les langues se délient sur les abus sexuels

Le #Metoo vénézuélien, #yositecreo (Moi je te crois), a vu le jour en avril avec l’apparition de témoignages de victimes d’agressions sexuelles.

«L’abus sexuel au Venezuela est normalisé dans une société patriarcale» et conservatrice, estime Abel Saraiba de l’ONG Cecodap de protection des mineurs. «La violence sexuelle est loin d’être en régression, elle est même en hausse». Selon le procureur général du Venezuela Tarek Saab, il y a eu 8450 inculpations et 1676 mandats d’arrêts pour des crimes ou délits sexuels depuis sa prise de fonction en 2017, pour une population de 30 millions d’habitants.

«On voit que les choses bougent. Les gens prennent conscience» de certaines «dynamiques d’abus» considérées comme normales jusqu’ici, précise Abel Saraiba. À l’époque, après des attouchements par un musicien alors qu’elle avait 12 ans, Carmela avait fini par penser que les baisers forcés et les caresses sans consentement étaient normaux. «C’est comme ça que CA se passe» dans les fêtes, pensait-elle. Les violences sexuelles sont passibles de 12 ans de prison au Venezuela mais le délai de prescription est d’un an seulement.

Source : #Metoo – Au Venezuela, les langues se délient sur les abus sexuels – Le Matin

Venezuela : l’écrivain Rafael Rattia maintenu sous surveillance

Au Venezuela, l’écrivain et historien Rafael Rattia a été arrêté le 3 juin dernier, et son domicile perquisitionné par la police, qui y a confisqué une soixantaine de livres, un ordinateur et deux téléphones. Jugé coupable d’incitation à la haine ce samedi 5 juin, il est désormais interdit de sortie du territoire et surveillé par les autorités.

L’écrivain et historien Rafael Rattia a été rapidement jugé, le 5 juin dernier, après son arrestation, quelques jours auparavant. Le chef d’accusation retenu était l’incitation à la haine, après la publication d’un article signé par l’auteur dans le journal El Nacional.

Intitulé « El maestro millonario » (« Le professeur millionnaire »), l’article dressait un portrait de l’ex-ministre de l’Éducation du Venezuela, Aristóbulo Istúriz, mort le 27 avril dernier. Pour cette publication, l’écrivain a été jugé coupable d’« encourager, de promouvoir ou d’inciter la haine ».

Selon l’ONG locale Provea, l’écrivain est désormais sous le coup d’une interdiction de sortie du territoire, et doit se présenter mensuellement aux autorités.

Source : Venezuela : l’écrivain Rafael Rattia maintenu sous surveillance

El Sistema : De lourdes accusations d’abus sexuels visent le programme d’éducation musicale du Venezuela

Suite aux accusations d’une ancienne élève du programme d’éducation musicale vénézuélien El Sistema, le Washington Post a publié une enquête dans laquelle d’autres élèves témoignent d’abus sexuels de la part d’enseignants d’une institution qui a formé de grands noms de la musique classique tels que les chefs d’orchestre Gustavo Dudamel, le nouveau directeur musical de l’Opéra de Paris, ou Rafael Payare, de l’Orchestre Symphonique de Montréal.

Source : El Sistema : De lourdes accusations d’abus sexuels visent le programme d’éducation musicale du Venezuela

Venezuela | L’opposition dénonce le transfert des « prisonniers politiques »

L’opposition vénézuélienne a dénoncé mercredi un décret du président Nicolas Maduro qui, selon elle, va permettre aux autorités de mélanger les prisonniers politiques à ceux de droit commun dans les prisons d’un des pays les plus violents du monde.

Ce transfert des prisonniers est « extrêmement grave étant donné que les prisons vénézuéliennes sont parmi les plus dangereuses au monde », a affirmé l’opposante Delsa Solorzano.

L’ancienne députée dit qu’elle dispose d’une liste de sept détenus « politiques » qui ont déjà été transférés dans des prisons de droit commun.

 

Source : Venezuela | L’opposition dénonce le transfert des « prisonniers politiques » | La Presse

Venezuela: 25 ans de prison pour un policier ayant tué un manifestant anti-Maduro

Un policer vénézuélien a été condamné jeudi à 25 ans de prison pour la mort d’un « jeune » lors d’une manifestation contre le président Nicolas Maduro en 2017 à Lecheria (300 km est de Caracas), a annoncé le tribunal dans un communiqué.

« Le Tribunal (…) a condamné le citoyen Onan Josué Pereira Irigoyen, ancien fonctionnaire de police, à la peine de 25 ans et 8 mois de prison pour homicide (…) Il était accusé de la mort du jeune Cesar Pereira, qui participait à une manifestation en 2017 dans le secteur de Penon del Faro de Lecheria », selon la décision écrite du tribunal pénal de l’Etat de Anzoategui (Nord-Est).

Une vague de manifestations contre le président Nicolas Maduro en 2017 avait fait une centaine de morts.

Source : Le Nouvelliste | Venezuela: 25 ans de prison pour un policier ayant tué un manifestant anti-Maduro