Des nappes de pétrole et des proliférations d’algues endommageant le plus grand lac du Venezuela sont visibles depuis l’espace

Les photos satellites publiées par l’Observatoire de la Terre de la NASA soulignent comment la crise vénézuélienne s’est infiltrée dans l’environnement, dévastant la faune et les communautés de pêcheurs.

Source : Des nappes de pétrole et des proliférations d’algues endommageant le plus grand lac du Venezuela sont visibles depuis l’espace – News 24

Au Vénézuela, le berceau de l’industrie pétrolière n’a plus de carburant

Autrefois presque gratuite, l’essence est désormais rare et chère. Le Venezuela a vu sa production chuter (de 3 millions de barils par jour à 500’000 actuellement) alors que la capacité des raffineries locales s’est réduite comme peau de chagrin faute d’investissement et d’entretien.

Comme un pied de nez, les puits et pipelines laissent régulièrement échapper du brut qui forme des nappes de pétrole sur le lac Maracaibo. Sur ce même lac, les pêcheurs s’adaptent et créent leurs propres embarcations sans moteurs, souvent équipées de voile en plastique raconte France 24.

Pour lutter contre une inflation qui s’est emballée, plus de 250 % entre janvier et mai, l’Etat a décidé de retirer six zéros à sa monnaie à partir du 1er octobre. Ce n’est pas la première fois que le pays a recours à cette méthode, le bolivar a déjà perdu quatorze zéros en treize ans.

Source : Au Vénézuela, le berceau de l’industrie pétrolière n’a plus de carburant – Heidi.news

Le Venezuela n’est pas en faillite, par Luis Britto García

Après avoir racheté les parts de Total et Equinor, le gouvernement bolivarien du Venezuela place l’entreprise Petrocedeno à 100% sous contrôle public et renforce sa politique de nationalisation pétrolière au service du développement social et économique. Les exportations pétrolières remontent lentement, notamment en direction de la zone asiatique.

« Blinken, puis Harris, maintenant Sullivan… les premiers voyages états-uniens de haut niveau en 2021 ont eu lieu en Amérique latine. L’empire se concentre sur le continent, devenu front de bataille existentiel entre son « America is Back » et le « One Belt, One Road » de la Chine » explique William Serafino, historien et politologue vénézuélien qui ajoute : « Après la Guerre d’Indépendance et la construction d’une République souveraine au XIXe siècle, la résistance socialement organisée contre le blocus et l’agression des USA de ces dernières années est l’œuvre collective et historique la plus importante du peuple vénézuélien. »

Occasion d’écouter aussi l’écrivain et historien vénézuélien Britto Garcia.

Source : Le Venezuela n’est pas en faillite, par Luis Britto García | Venezuela Infos

Venezuela : TotalEnergies se retire de Petrocedeño

TotalEnergies (Paris:TTE) (LSE:TTE) (NYSE:TTE), via sa filiale Total Venezuela, a décidé de transférer sa participation minoritaire non opérée de 30,32 % dans Petrocedeño S.A. à la Corporation Venezolana de Petróleos (CVP), une filiale de Petróleos de Venezuela (PDVSA). Equinor ayant également décidé en parallèle de céder sa participation de 9,67 % dans la société, PDVSA détiendra 100 % de Petrocedeño.Petrocedeño S.A. est une société qui produit, transporte et transforme en brut léger du pétrole extra-lourd de la Ceinture de l’Orénoque, au Venezuela.

« La stratégie de TotalEnergies, approuvée par ses actionnaires en mai 2021, vise à concentrer ses nouveaux investissements pétroliers sur des projets à faible intensité carbone, ce qui ne correspond pas à des projets de développement d’huiles extra-lourdes de la Ceinture de l’Orénoque », a déclaré Arnaud Breuillac, directeur général Exploration-Production de TotalEnergies.

Cette opération, réalisée pour un montant symbolique en contrepartie d’une couverture de responsabilité générale liée à la participation passée et future de TotalEnergies dans Petrocedeño, conduit dans les états financiers de TotalEnergies à la reconnaissance d’une moins-value de cession exceptionnelle de 1,38 milliard de dollars.

En plus de sa participation dans Petrocedeño, TotalEnergies détient une participation de 69,50 % dans le champ gazier de Yucal Placer (exploité par Ypergas S.A., 30 %), et une participation non opérée de 49 % dans le bloc 4 de Plataforma Deltana. En 2020, moins de 0,5 % de la production globale de pétrole et de gaz de la Compagnie provenait du Venezuela.

Source : Venezuela : TotalEnergies se retire de Petrocedeño – La Bourse et la Vie TV L’information éco à valeur ajoutée

La société chinoise CCPC joue un rôle central dans le commerce du pétrole en Iran et au Venezuela

Une société de logistique chinoise est devenue un acteur central dans l’approvisionnement en pétrole en provenance d’Iran et du Venezuela, même après avoir été sur la liste noire de Washington il y a deux ans pour avoir manipulé du brut iranien, ont déclaré à Reuters sept sources au fait du dossier.

Le rôle de China Concord Petroleum Co (CCPC) et son expansion dans le commerce avec le Venezuela, n’ont pas été signalés auparavant et soulignent les limites du système de restrictions mis en place par Washington, disent les analystes.

Les détails des transactions ont été décrits à Reuters par plusieurs personnes, dont une source basée en Chine, des responsables iraniens et une source travaillant pour la société pétrolière publique vénézuélienne PDVSA.

CCPC s’est impliquée dans le commerce du pétrole vénézuélien cette année par le biais d’accords avec de petites raffineries chinoises indépendantes connues sous le nom de « teapots », selon plusieurs documents.

Source : La société chinoise CCPC joue un rôle central dans le commerce du pétrole en Iran et au Venezuela

Comment le Venezuela contourne les sanctions américaines sur le pétrole

Le 28 avril 2019, un embargo sur les exportations de pétrole vénézuélien, décidé par le président américain Donald Trump, entre en vigueur : la compagnie d’Etat Petroleo de Venezuela SA (PDVSA) n’a plus le droit d’exporter son pétrole vers le territoire américain, ni de commercer avec une entreprise en relation avec les Etats-Unis. C’est alors que le gouvernement vénézuélien entame des négociations avec des hommes d’affaires mexicains.

En juin 2019, un accord est trouvé entre ces derniers et des proches de Nicolas Maduro. Le contrat comporte de nombreuses zones d’ombre, notamment sur son financement, qui s’élève à 200 millions d’euros. Selon des sources vénézuéliennes contactées par les deux médias à l’origine de la révélation, ces ambiguïtés sont nécessaires pour éviter des sanctions aux intermédiaires : « S’ils [les Etats-Unis] nous permettaient de jouer “fair-play”, les choses seraient différentes », affirment-elles.

Il est prévu qu’une entreprise mexicaine d’import-export, Libre Abordo, livre au Venezuela des produits de première nécessité (eau, blé et maïs), sous prétexte d’apporter une aide humanitaire au Venezuela. De son côté, PDVSA affrète des navires remplis de brut, qui prennent la direction de plusieurs raffineries, principalement situées en Asie. Joaquin Leal, l’un des entrepreneurs ayant négocié avec les autorités vénézuéliennes, revend ensuite le pétrole à travers un vaste réseau de sociétés-écrans, opérant dans une trentaine de pays, dont plusieurs paradis fiscaux comme le Luxembourg ou les îles Vierges britanniques. Au total, 30 millions de barils de pétrole ont pu quitter le territoire vénézuélien par ce moyen détourné.

Source : Comment le Venezuela contourne les sanctions américaines sur le pétrole