Venezuela: réponse du Pape à une demande de médiation

Le Pape a adressé une réponse très prudente au chef de l’Etat vénézuélien contesté Nicolas Maduro, qui lui avait écrit début février pour demander son aide et sa médiation, rapporte aujourd’hui le quotidien italien Corriere della sera.»

Le courrier daté du 7 février et adressé à « monsieur » Maduro – sans le titre de président, rappelle les précédentes tentatives de médiation, y compris de la part de l’Eglise. « Malheureusement, elles se sont toutes interrompues parce que ce qui était décidé dans les réunions n’était pas suivi de gestes concrets pour réaliser les accords », regrette le pape. Interrogé par l’AFP sur la lettre du pape, le Vatican s’est refusé à tout commentaire.

Source : Venezuela: réponse du Pape à une demande de médiation

Venezuela: le Pape évalue la possibilité d’une médiation

Avant d’engager sa médiation dans la crise politique vénézuélienne, le Pape François se réserve le droit «de vérifier les intentions des deux parties». L’Église vénézuélienne, qui insiste sur une solution pacifique, est prête à intervenir.

Source : Venezuela: le Pape évalue la possibilité d’une médiation – Vatican News

Venezuela: Maduro a demandé l’aide du Pape

« J’ai envoyé une lettre au pape François », a déclaré Nicolas Maduro dans cet entretien enregistré à Caracas. « Je lui dis que je suis au service de la cause du Christ (…) et dans cet esprit je lui demande son aide, dans un processus de facilitation et de renforcement du dialogue ». « Les gouvernements du Mexique et de l’Uruguay, tous les gouvernements des Caraïbes au sein du Caricom et celui de la Bolivie ont demandé une conférence pour le dialogue pour le 7 février », a-t-il ajouté. « Je demande au Pape de faire ses plus grands efforts, d’y mettre sa volonté, pour nous aider sur la voie du dialogue. J’espère recevoir une réponse positive », a-t-il expliqué.

Source : Venezuela: Maduro a demandé l’aide du Pape

Venezuela: le pape, « terrifié » par la violence, craint « un bain de sang »

Le pape François, terrifié par la violence au Venezuela, a dit lundi redouter un « bain de sang » dans ce pays, au cours d’une conférence de presse dans l’avion le ramenant à Rome après son séjour au Panama.

« Qu’est ce qui me fait peur ? le bain de sang », a répondu le pape argentin à la question d’un journaliste sur la situation au Venezuela, où, a-t-il ajouté, « le problème de la violence me terrifie ».

Jorge Bergoglio a également demandé « de la hauteur de vues pour aider ceux qui peuvent aider à régler le problème » dans ce pays en crise et au bord de la guerre civile.

« Je souffre pour ce qui est en train de se passer au Venezuela en ce moment et pour cela je voudrais qu’ils se mettent d’accord », bien que se mettre d’accord ne soit pas toujours la meilleure solution. Ce qu’il faut c’est « une solution juste et pacifique », a-t-il affirmé, sans vouloir se prononcer davantage car, a-t-il souligné, ce serait « une imprudence » dans ce contexte explosif.

Source : Venezuela: le pape, « terrifié » par la violence, craint « un bain de sang »

Venezuela : le silence assourdissant du pape François

Alors que le Conseil de sécurité de l’ONU se réunissait samedi pour examiner la situation au Venezuela, que plusieurs pays du continent Sud-américain ont reconnu Juan Guaidó comme président par intérim et réclament, comme maintenant plusieurs pays européens dont la France, la convocation de nouvelles élections libres, le silence du pape François sur la situation de ce pays de 31 millions d’habitants, catholiques à plus de 95 % est devenu assourdissant.

Et ce n’est pas la déclaration minimaliste du Vatican précisant que « le pape suit de près l’évolution de la situation » qui pourra faire taire les légitimes interrogations.

Dans une interview publiée le 26 janvier par l’agence de presse de langue espagnole EFE, le cardinal vénézuélien Baltasar Porras, considéré comme faisant parti des proches du souverain pontife explique qu’il est « en contact permanent avec lui » et précise « que les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) ont leur propre dynamique* » et qu’un message du pape François sur la question vénézuélienne pourrait « détourner l’objectif de cet événement » !

Il ajoute cependant qu’il est très probable compte tenu de la gravité de la situation que « le pape en fasse mention de manière plus directe dans l’Angélus dimanche ou lors du voyage de retour. […] »

La parole du pape sur ce continent dont il est originaire est attendue plus qu’ailleurs. Une parole qui malheureusement dans le passé a été sujette à bien des ambiguïtés.

Source : Venezuela : le silence assourdissant du pape François – Boulevard Voltaire

Venezuela: la conférence épiscopale demande à son tour à Maduro de partir

Pour les évêques vénézuéliens, le second mandat de Nicolás Maduro est « illégitime » et « moralement inacceptable ».

Selon le président de la conférence épiscopale, Mgr José Luis Azuaje, son élection a soulevé trop de doutes quant à sa transparence.

Dans un communiqué lu à la presse, il a ajouté que le gouvernement avait causé jusqu’à présent « une détérioration humaine et sociale pour la population et les richesses de la nation ».

Pour faire face à l’hyperinflation et les pénuries en tout genre, le religieux prône « un changement radical de politique et d’acteurs politiques ».

Tout comme le Groupe de Lima, la conférence épiscopale considère l’Assemblée nationale, acquise à l’opposition, comme la seule institution démocratiquement élue.

Dans un pays à 90% chrétien, l’Eglise exerce une influence majeure. Notamment dans les quartiers populaires, où les prêtres viennent en aide aux plus pauvres.

Mais les relations avec le chavisme ont toujours été tendues. Nicolás Maduro a d’ailleurs de nombreuses fois accusé l’Eglise vénézuélienne d’œuvrer pour déstabiliser le pays.

Source : Venezuela: la conférence épiscopale demande à son tour à Maduro de partir – Amériques – RFI