Le plan pour redresser un Venezuela sinistré

L’économiste Ricardo Hausmann, de l’université Harvard, a commencé à travailler il y a trois ans sur un plan de redressement de l’économie vénézuélienne après la chute espérée de Nicolás Maduro. Il l’appelait le  » projet du lendemain « . Depuis, la situation économique du pays s’est considérablement dégradée. En décembre, un groupe d’opposition, responsables syndicaux, hommes d’affaires et universitaires, a rédigé un document s’inspirant des travaux d’Hausmann. Il souligne que l’appareil de production est à terre. Les services de santé se sont effondrés et l’inflation est hors de contrôle. Sous les cinq années de présidence Maduro, le PIB a été divisé par deux. Les dégâts sont pires que ce qu’a subi l’Espagne pendant la guerre civile.

Quelles devront être les tâches prioritaires du nouveau gouvernement ? L’équipe d’Hausmann identifie deux blocages à éliminer : le contrôle des prix et le manque de dollars. Pour relancer l’économie, il faut rétablir la  » main invisible  » en réaffirmant les droits de propriété et en assouplissant les contrôles des prix et des changes. Ces mesures devront s’accompagner d’aides directes pour les plus pauvres. Concernant le manque de devises, le Venezuela ne pourra résoudre seul le problème. Il aura besoin d’une injection massive de dollars, et l’assurance que ses futures recettes à l’export et ses actifs à l’étranger ne seront pas saisis par ses créanciers. Ricardo Hausmann estime enfin que le FMI devra accorder au Venezuela un prêt de plus de 60 milliards de dollars sur trois ans.

Source : Le plan pour redresser un Venezuela sinistré – Challenges

Au Venezuela, Juan Guaido mise sur le pétrole

Les réserves de pétrole du Venezuela sont une opportunité pour le changement. C’est ce qu’a déclaré Juan Guaido, le président autoproclamé. L’exil des travailleurs du pétrole menace la production de brut dans le pays qui pourrait avoir du mal à repartir à la hausse.

« Le pétrole doit être utilisé comme un moyen d’émancipation pour le Venezuela, son développement et pour créer des opportunités pour la société, a déclaré le président par intérim. C’est le véritable défi de la production de pétrole de notre pays. »

Source : Au Venezuela, Juan Guaido mise sur le pétrole | Euronews

La Chine s’inquiète pour ses investissements au Venezuela

Des diplomates chinois auraient rencontré des représentants de l’opposition pour discuter de la dette et des projets pétroliers, selon la presse américaine.

L’histoire avait pourtant bien commencé: la Chine, destinée à devenir le premier importateur mondial de pétrole, avait les poches profondes. Le Venezuela disposait quant à lui d’énormes réserves d’or noir et voulait contrer le pouvoir américain. Le géant asiatique a donc commencé à partir de 2007, sous le règne d’Hugo Chavez, à prêter des sommes colossales à Caracas (plus de 50 milliards de dollars en une dizaine d’années), remboursables en livraisons de pétrole, et à investir massivement dans des projets énergétiques de ce pays d’Amérique latine.

Source : La Chine s’inquiète pour ses investissements au Venezuela

Venezuela : de l’autre côté de la frontière

Des milliers de Vénézuéliens traversent chaque jour le pont de Tienditas pour se rendre en Colombie. Objectif : acheter des produits de première nécessité. Près de 3000 d’entre eux ne reviendront pas. Reportage à Cucuta de notre envoyé spécial.

Source : Venezuela : de l’autre côté de la frontière | Euronews

Venezuela: le pari pétrolier de la Chine menacé, signe des périls de la « diplomatie du yuan »

La Chine, premier importateur de pétrole brut, et le Venezuela, avec ses colossales réserves d’or noir, étaient faits pour s’entendre: mais la crise à Caracas menace désormais quelque 50 milliards de dollars d’investissements et prêts chinois, illustrant les périls de la coûteuse diplomatie économique de Pékin.

Source : Venezuela: le pari pétrolier de la Chine menacé, signe des périls de la « diplomatie du yuan » – Le Point

Début des grandes manoeuvres autour de la dette du Venezuela

La firme Cleary Gottlieb va défendre les créanciers du Venezuela. Son ex-avocat vedette, lui, pourrait aider l’opposant Juan Guaidó à restructurer la dette du pays. Lazard et Rothschild poussent leurs pions.

A New York, Londres ou Paris, les avocats et banquiers d’affaires reprennent espoir. La bataille qui oppose le président Maduro et Juan Guaidó au Venezuela pourrait tourner à leur avantage. Depuis de longs mois déjà, ces experts de la finance internationale peaufinent leurs analyses et soignent leurs réseaux. Leur sujet ? La dette de la république bolivarienne. Le régime chaviste, qui s’est longtemps efforcé de payer ses créanciers malgré la crise économique, a stoppé une grande partie de ses remboursements en novembre 2017.

Source : Début des grandes manoeuvres autour de la dette du Venezuela