Le Venezuela annonce un « plan spécial » pour faire face à la pénurie de carburants

Le gouvernement vénézuélien a annoncé vendredi la mise en place d’un « plan spécial » pour affronter la pénurie de carburants apparue en même temps que le confinement décrété mi-mars pour freiner la propagation du coronavirus.

Ce « plan spécial » est destiné à « garantir la mobilité des secteurs prioritaires » que sont l’approvisionnement en denrées alimentaires, les services sanitaires, de secours et de sécurité, a déclaré Tareck El Aissami, vice-président chargé de l’Economie, lors d’une intervention télévisée.

M. Aissami, qui préside une commission chargée de relever un secteur pétrolier à genoux, n’a pas donné plus de détails, ni clairement évoqué une mesure de rationnement. Le Venezuela, qui a officiellement recensé 146 cas de coronavirus et cinq décès liés à la maladie, est en confinement quasi-total depuis le 17 mars. Seules les sorties pour aller acheter à manger et chez le médecin sont autorisées.

Source : Le Venezuela annonce un « plan spécial » pour faire face à la pénurie de carburants

Comment utiliser BNB au Venezuela?

De nos jours, l’utilisation de crypto-monnaies est très courante, en particulier dans les pays à taux d’inflation élevé, comme c’est le cas au Venezuela, économiser de plus en plus de devises comme le dollar, l’euro, la BNB ou d’autres cryptos.Par conséquent, l’utilisation de ces devises a favorisé l’acceptation de nouvelles méthodes de paiement au sein de la nation, parmi lesquelles le paiement avec des crypto-monnaies.

Source : Comment utiliser BNB au Venezuela?

Le Credit Suisse ajuste ses prévisions de récession pour le Venezuela à -12,5%

Le Credit Suisse a ajusté ses prévisions de récession pour le Venezuela à -12,5% en 2020, contre -8,5% précédemment, en raison de l’impact économique de la pandémie de coronavirus, dans un contexte marqué par une crise généralisée et la baisse des prix du pétrole.

Un point grave de l’analyse prospective de l’institution est qu’elle prévoit qu’une nouvelle baisse significative de la consommation sera enregistrée, ce qui annulera la légère amélioration de la tendance constatée fin 2019 et janvier de cette année.

Source : Le Credit Suisse ajuste ses prévisions de récession pour le Venezuela à -12,5%

Le plongeon du pétrole va-t-il couler le Venezuela ?

Le cours du pétrole semble être en perdition. Et le plongeon du baril pourrait bien constituer le coup de grâce pour l’économie du Venezuela, déjà très affectée par une effroyable crise sociale et économique qu’alimente une kyrielle de sanctions américaines.

Source : Le plongeon du pétrole va-t-il couler le Venezuela ? – Capital.fr

Au Venezuela, une armée non conventionnelle pour une guerre non conventionnelle: l’armée productive ouvrière

Depuis 2017, il existe au Venezuela une armée de travailleurs(euses) qui parcourt le pays pour lutter contre les effets de la crise économique et du blocus. Pour ce faire, ils remettent en marche des usines et des installations qui sont restées à l’arrêt pendant de nombreuses années. Il ne s’agit pas d’une initiative gouvernementale ou d’un autre secteur de l’Etat, mais du projet d’un groupe de travailleuses de l’Est du pays né de stratégies politiques de classe.

Après l’abandon de plusieurs entreprises métallurgiques de Guayana par leurs propriétaires, les travailleurs qui se sont proposés de les remettre en route n’ont trouvé que cette solution pour surmonter les grosses difficultés en résultant. Face au lockout, au désinvestissement, au pillage et à l’abandon délibéré des entreprises, Chavez avait lancé dès 2005 la consigne du contrôle ouvrier, mais il revenait aux travailleurs d’inventer les solutions aux problèmes rencontrés lors de leur redémarrage.

Source : Au Venezuela, une armée non conventionnelle pour une guerre non conventionnelle: l’armée productive ouvrière | Investig’Action

Au Venezuela, comment des femmes ont pris le contrôle d’une usine

Il y a treize ans, les ouvriers de l’ancienne usine textile Gotcha, située dans la banlieue de Maracay, l’une des principales villes industrielles du Venezuela, ont commencé à lutter contre les abus dont elles étaient victimes jusqu’à ce qu’elles remportent le rachat de l’entreprise, aujourd’hui rebaptisée « Héroïnes d’Aragua ».

Selon les travailleuses, l’entrepreneur privé et propriétaire de l’usine, Wilson Balaguera, modifiait le nom légal de l’entreprise chaque année, une manœuvre légale qui lui permettait d’échapper aux impôts et d’éviter de payer les avantages qui, selon la loi, correspondent aux travailleurs (bénéfices, vacances, bons d’alimentation, dépôt des prestations sociales et primes d’ancienneté).

Cette situation les a amenés à s’organiser en syndicat. Balaguera réagit durement et licencia plusieurs travailleuses.

Source : Au Venezuela, comment des femmes ont pris le contrôle d’une usine, par Jessica dos Santos | Venezuela infos