Le Venezuela, le pays potentiellement le plus riche du continent où la population meurt de faim

Le dernier rapport du 7 novembre 2018 « Panorama de la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Amérique latine et dans les Caraïbes » de la FAO (Food and Agriculture Organization), une institution spécialisée des Nations unies, est tout simplement accablant pour la gouvernance de Nicolás Maduro. Un constat atterrant pour ce pays aux ressources pétrolières qui sont, selon l’OPEP, parmi les plus importantes du monde, ce qui en fait potentiellement un des pays les plus riches de cette région du monde.

Source : Le Venezuela, le pays potentiellement le plus riche du continent où la population meurt de faim – Boulevard Voltaire

[Audio] Venezuela: une carte spécifique pour payer l’essence

Le Venezuela est le pays où le prix de l’essence est le plus bas du monde. Mais pour en profiter, il faudra bientôt présenter à la pompe un document officiel biométrique, le « carnet de la patrie. Sans Carnet, il faudra payer un prix dit « international » qui devrait être annoncé sous peu, et a priori inaccessible pour les 80 % de Vénézuéliens qui touchent le salaire minimum équivalent à 18 dollars au taux de change officiel.

L’opposition, qui voit dans le « carnet de la patrie » un outil de contrôle de la population, crie au scandale. Le gouvernement affirme, lui, vouloir lutter contre la contrebande. Quoi qu’il en soit, cette nouvelle mesure rend le document, déjà nécessaire pour recevoir de nombreuses aides sociales, quasi indispensables.

Encore faut-il que ce nouveau système de paiement, actuellement en phase de test, fonctionne correctement.

Source : Venezuela: une carte spécifique pour payer l’essence – RFI

Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en octobre (Opep)

La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit une baisse de 3,3% par rapport à septembre, selon un rapport de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). Selon les chiffres de l’Opep, la production moyenne a chuté de 39% par rapport à 2017. Elle était alors à 1,91 mbj.

Dans ce rapport, l’Opep se base sur des sources secondaires du secteur, mais ne prend pas en compte les derniers chiffres fournis par le gouvernement, qui datent de septembre, à 1,43 mbj. Il s’agissait alors du plus bas niveau de ces 30 dernières années. Seule une grève du secteur entre décembre 2002 et février 2003 avait fait passer la production à des niveaux inférieurs, précisait alors l’Opep en septembre. Les niveaux d’octobre sont, eux, inférieurs à ceux du mois de mars 1950, lorsque le Venezuela produisait 1,38 mbj, selon les chiffres de l’entreprise publique pétrolière PDVSA cités par le cabinet Capital Market.

Ecoanalitica, un autre cabinet, estime que la production vénézuélienne de pétrole pourrait chuter à 500.000 barils par jour en 2019, contre 3,2 millions en 2008. La situation est telle que le gouvernement socialiste de Nicolas Maduro pourrait faire face à « des impayés vis-à-vis de pays alliés, particulièrement la Chine », juge le président d’Ecoanalitica, Asdrubal Oliveros.

Source : Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en octobre (Opep)

Le Venezuela, pays pétrolier où l’on meurt de faim

Selon un rapport de la FAO, le Venezuela est le pays du continent américain qui a connu la plus forte hausse de la sous-nutrition ces dernières années.

Le Venezuela a enregistré une augmentation record du nombre de personnes souffrant de la faim, avec 600 000 personnes de plus entre 2014 et 2017. Le nombre de Vénézuéliens en sou-nutrition s’élèverait au total à 3,7 millions. « La prévalence de la faim a été presque multipliée par trois entre 2010 et 2012 (3,6 %) et en 2015-2017 (11,7 %). Ainsi, les importantes avancées que le pays avait réalisées dans la décennie des années 1990 ont-elles été perdues », assène le rapport.

Source : Le Venezuela, pays pétrolier où l’on meurt de faim – Le Point

Venezuela : «J’ai voulu boire un soda, ça coûtait un sixième de mon salaire»

Près de trois mois après son introduction, le bolivar souverain ne semble pas avoir tenu ses promesses, l’inflation est toujours aussi galopante, certains produits introuvables. «Le salaire minimum, c’est 1 800 bolivars souverains, vocifère Carla, excédée. Un morceau de fromage coûte 500 à 600 bolivars. Comment fait-on alors pour payer le reste ?»

Des files d’attente à n’en plus finir devant des épiceries ou des supermarchés, on en trouve un peu partout à Caracas. Ici, pour de la farine à prix réduit. Là, pour acheter des œufs ou du papier hygiénique lorsqu’ils se font rares.

«Avec ses réformes, le gouvernement veut redorer son image à l’international, s’énerve Luis, à quelques mètres du supermarché. Mais ici rien ne change, les Vénézuéliens continuent de mourir de faim dans tout le pays !»

Source : Venezuela : «J’ai voulu boire un soda, ça coûtait un sixième de mon salaire» – Libération

Le Venezuela propose à l’OPEP que le Petro devienne une unité monétaire pour le pétrole brut

Le Venezuela veut proposer à l’OPEP que le Petro, sa cryptomonnaie basée sur le pétrole, devienne une unité monétaire pour les transactions de pétrole brut. C’est une proposition qui ne passera jamais puisque le dollar américain est actuellement pour le pétrole. Mais le gouvernement du Venezuela a déclaré que tout son pétrole sera vendu en Petro.

Source : Le Venezuela propose à l’OPEP que le Petro devienne une unité monétaire pour le pétrole brut – Cryptonomie