Affaire ExxonMobil : Nicolas Maduro publie les preuves

Selon la transnationale états-unienne ExxonMobil, la marine du Venezuela a expulsé deux navires explorant les fonds des eaux territoriales de la zone contestée entre le Venezuela et le Guyana, le 22 décembre 2018. Sur la foi de ce communiqué, le Guyana, puis les États-Unis, et enfin le Groupe de Lima ont condamné le militarisme vénézuélien.

Au paragraphe 9 de la Déclaration du Groupe de Lima en date du 4 janvier 2019, les 13 États restant de cette organisation ont dénoncé la provocation militaire du Venezuela qui menace la paix et la sécurité de la région.

Or, le 9 janvier, le président vénézuélien Nicolas Maduro, à l’occasion d’une conférence à la presse internationale, a présenté les preuves de la machination contre son pays.

Il a diffusé des vidéos et des enregistrements des conversations entre le capitaine d’un des deux navires en cause et l’armée vénézuélienne. Le capitaine donne sa position exacte, il admet être dans les eaux internationalement reconnues du Venezuela et ne disposer que d’une autorisation du gouvernement du Guyana qui venait de chuter la veille. L’armée lui ordonne alors de quitter le territoire.

La révélation de cette supercherie médiatique dément la communication d’ExxonMobil, principal fournisseur de pétrole du Pentagone et société anciennement dirigée par Rex Tillerson (précédent secrétaire d’État US).

Source : Affaire ExxonMobil : Nicolas Maduro publie les preuves