Venezuela : l’Assemblée nationale appelle à la désobéissance

L’Assemblée nationale vénézuélienne, acquise à l’opposition, a déclaré mardi 15 janvier à l’unanimité l’usurpation du pouvoir par Nicolas Maduro. Depuis le 10 janvier et l’investiture du président vénézuélien pour un second mandat, elle juge ce dernier illégitime. Tout comme une partie de la communauté internationale.

La chambre va plus loin, promettant l’amnistie à tous les militaires, les civils et les fonctionnaires qui ont protégé le régime chaviste depuis 1999 et qui pourraient contribuer à sa chute.

Pour déclarer l’usurpation du pouvoir par Nicolas Maduro, les députés se sont appuyés sur trois articles de la Constitution. En partant du principe que le président vénézuélien n’a pas été démocratiquement élu, ces articles permettraient au seul pouvoir légitime, donc l’Assemblée nationale, de mettre en place un gouvernement de transition et de convoquer de nouvelles élections.

Sauf que l’article 233, grâce auquel serait actée la rupture de l’ordre constitutionnel par le président, est sujet à diverses interprétations. Quoi qu’il en soit, l’exécutif, pour qui l’élection présidentielle était bien démocratique, ne reconnaît plus les votes de l’Assemblée depuis 2016, rappelle notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille.

Pour que ces votes soient autre chose qu’un symbole, le président de l’Assemblée nationale, Juan Guaido, a convoqué une grande mobilisation le 23 janvier, partout dans le pays. Diosdado Cabello, son homologue à l’Assemblée nationale constituante, chambre concurrente acquise au pouvoir, a appelé à une mobilisation chaviste le même jour. Il estime que cette déclaration d’usurpation équivaut à une tentative de coup d’Etat.

Source : Venezuela: l’Assemblée nationale appelle à la désobéissance – Amériques – RFI