Au Venezuela, les visages de la crise

Le Parlement, seule institution contrôlée par l’opposition, a déclaré illégitime le nouveau mandat de Maduro. Mais les députés sont en réalité impuissants.Toutes leurs décisions sont annulées par la Cour suprême, réputée proche du pouvoir, et les prérogatives du Parlement ont été récupérées par l’Assemblée constituante, composée d’affiliés au régime.

Sans pouvoir, les députés, accusés par Nicolas Maduro de vouloir le renverser, voire de l’assassiner, ne reçoivent plus de salaire depuis 2016.

La députée Manuela Bolivar survit grâce aux transferts d’argent et de denrées que lui font parvenir son époux et sa famille émigrés. « Je n’ai pas reçu un centime de salaire. Ils veulent nous casser », se désole la députée de 35 ans.

Des députés de province expliquent, quant à eux, qu’ils font 14 heures de bus pour assister aux débats, faute de pouvoir se payer un billet d’avion, et ne mangent qu’un repas par jour.

Source : Au Venezuela, les visages de la crise – La Croix