Un sommet à Montevideo pour ramener la paix au Venezuela

À l’initiative du Mexique et de l’Uruguay, les représentants d’une douzaine de pays se réuniront aujourd’hui, à Montevideo, afin d’organiser un dialogue au Venezuela entre le gouvernement du président Nicolas Maduro et l’opposition, représentée par le président autoproclamé Juan Guaido. Moscou regrette pour sa part de ne pas avoir été invité.

Le Groupe de contact, qui compte des représentants de l’Union européenne, de sept pays européens et de quatre pays d’Amérique latine, dont l’Uruguay, doit s’entretenir avec le ministre des Affaires étrangères du Mexique. Selon une source gouvernementale, ils ont pour objectif de « contribuer à créer les conditions afin qu’émerge un processus politique et pacifique » à la grave crise qui secoue le Venezuela.

L’Uruguay et le Mexique font partie des rares pays d’Amérique latine à ne pas avoir reconnu le chef de l’Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaido, comme président par intérim après son autoproclamation le 23 janvier.

Pour parvenir à une entente, le ministre des Affaires étrangères uruguayen, Rodolfo Nin Novoa, et son homologue mexicain, Marcelo Ebrard, présenteront ce qu’ils appellent le « mécanisme de Montevideo ». Cette proposition, qui comprend la participation de personnalités reconnues à l’international, se décline en plusieurs phases.

À l’opposé de ce que demande le Groupe de Lima, qui réunit 13 pays d’Amérique latine, le Canada et l’opposition vénézuélienne, le « mécanisme de Montevideo » n’exige pas la tenue d’une élection présidentielle anticipée.

Source : Un sommet à Montevideo pour ramener la paix au Venezuela | ICI.Radio-Canada.ca