La Russie doit «se retirer du Venezuela»? Lavrov met les points sur les «i»

Les militaires russes se sont déplacés au Venezuela dans le cadre d’une légitime collaboration entre la Russie et le pays sud-américain, afin de garantir la maintenance du matériel militaire livré plus tôt, selon le ministre russe des Affaires étrangères. Celui-ci s’est exprimé en direct sur la chaîne de télévision Rossiya 1, en réponse à la déclaration de Donald Trump d’après laquelle la Russie devait «se retirer du Venezuela».

Source : La Russie doit «se retirer du Venezuela»? Lavrov met les points sur les «i» – Sputnik France

Au Venezuela, Juan Guaido tente de maintenir l’élan populaire face à Maduro

C’est dans la périphérie de Caracas que Juan Guaido est venu chercher un second souffle. Ce samedi 30 mars, dans le quartier d’Altos Miranda, la figure de l’opposition au président vénézuélien Nicolas Maduro harangue une petite foule couverte de drapeaux vénézuéliens. Sûr de lui et de son avenir, il lance : « Le régime perd le soutien populaire et il le sait. Ils ont voulu nous diviser, nous barrer le chemin mais nous restons fermes, le Venezuela va gagner ! » Puis s’adressant à ceux qui ont vu un fils, une fille, un frère, une sœur, des parents lointains comme des amis proches, s’exiler pour fuir un pays rongé par l’hyperinflation, les pannes d’électricité généralisées et le rationnement de l’eau, il ajoute : « Vos familles vont revenir. Nous allons réaliser nos rêves ici, au Venezuela. Pas ailleurs »

Source : Au Venezuela, Juan Guaido tente de maintenir l’élan populaire face à Maduro

Interview de Juan Grillo, directeur de l’Agence Nationale Antidrogues du Venezuela

L’accusation médiatique d’une collusion entre le gouvernement du Venezuela et le narcotrafic n’est pas nouvelle. Déjà, le 19 janvier 2008, le responsable antidrogue de la Maison Blanche, John Walters avait accusé, sans preuve, le président Hugo Chávez de devenir “de devenir un important facilitateur du trafic de cocaïne vers l’Europe et d’autres régions de l’hémisphère”. Plusieurs années ont passé mais cette matrice d’opinion est de nouveau utilisée pour créer l’image d’un Etat voyou au Venezuela. Il est quand même surprenant que dans cet effort de propagande médiatique, aucun journaliste n’ait pris la peine d’aller écouter le point de vue des acteurs de la lutte antidrogue dans le pays de Bolivar. C’est ce que nous avons fait. Nous sommes allés interviewer le général Juan Grillo, directeur de l’Agence Nationale Antidrogues du Venezuela (ONA par ses sigles en espagnol). Il nous offre, en exclusivité, un autre son de cloche, qui a toujours été ignoré par les médias dominants.

Source : Interview de Juan Grillo, directeur de l’Agence Nationale Antidrogues du Venezuela — Romain MIGUS

La crise prend une tournure dramatique au Venezuela

Y a-t-il deux « premières Dames au Venezuela » ? Telle est l’angoissante question qui a retenti dans la « matinale » de France Culture, où règne la plus grande confusion. « Noooooon ! », a immédiatement fait savoir par communiqué la dirigeante de mouvement de masse Vente Venezuela (dix-sept adhérents) María Corina Machado. Reçue elle aussi dans le Bureau Ovale par George W. Bush, le 31 mai 2005, cette exquise dirigeante radicale exige, au nom de la « responsabilité de (la) protéger » (R2P), une intervention militaire multinationale (sans les Etats-Unis !) et des pressions financières, policières, judiciaires et diplomatiques pour mettre hors d’état de nuire « les deux imposteur.e.s ». Aux dernières nouvelles, après avoir annoncé le début d’une « guerre de libération » du statut de « première Dame », Machado, juchée sur ses talons, les cheveux bruns parfaitement lissés, aurait pris le maquis sur les pentes escarpées du Parc national El Ávila.

Source : La crise prend une tournure dramatique au Venezuela — Mauricio Lemoineau – Agence France Paresse

Venezuela : les enfants font face au décrochage scolaire

La vie quotidienne devient de plus en plus difficile au Venezuela. Les problèmes économiques et politiques dans le pays en viennent jusqu’à déstabiliser le système scolaire. Comme dans l’Hexagone, l’école au Venezuela est pourtant gratuite, mais la crise a éloigné de nombreux enfants de la salle de classe. De leur côté, les enseignants mènent une campagne de sensibilisation auprès des élèves sur la situation du moment. Notons que celle-ci touche également les établissements universitaires.

Source : Venezuela : les enfants font face au décrochage scolaire – LCI

La gauche et les faux semblants de la crise vénézuélienne

Le bilan apocalyptique de l’expérience bolivarienne est une véritable bombe nucléaire psycho-politique non seulement pour la gauche vénézuélienne, mais pour la gauche continentale, même si ses effets hors du Venezuela sont à retardement et à géométrie variable selon les pays.

Il faut regarder la réalité en face : le « socialisme », la « révolution », l’« anti-impérialisme » sont aujourd’hui des mots obscènes au Venezuela, et sans doute le resteront-ils pour au moins vingt-cinq ou trente ans.

Source : La gauche et les faux semblants de la crise vénézuélienne – Barril.info