Erdogan envisage de développer le commerce d’or avec le Venezuela

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a laissé entendre mardi qu’il souhaitait développer le commerce d’or avec le Venezuela, malgré des mises en garde des Etats-Unis qui scrutent les échanges commerciaux entre la Turquie et Caracas.

« Après notre visite au Venezuela, le vice-président de (Nicolas) Maduro est venu dans notre pays et a fait des évaluations ici », a déclaré le chef de l’Etat turc lors d’un meeting à Corum, près d’Ankara.

« Ce vice-président m’a fait l’éloge de l’industrie de Corum (…). Si Dieu le veut, nous allons mener Corum à un tout autre niveau en matière de commerce d’or », a-t-il poursuivi, faisant pour la première fois une allusion directe au projet d’accroître le commerce d’or avec Caracas, dont certains médias se sont fait l’écho il y a quelques semaines.

M. Erdogan n’a pas nommé le responsable vénézuélien auquel il faisait allusion, mais l’agence étatique Anadolu avait fait état en janvier de la visite en Turquie de Tareck El Aissami, ministre de l’Industrie et de la Production nationale du gouvernement Maduro.

Source : Erdogan envisage de développer le commerce d’or avec le Venezuela – L’Orient-Le Jour

Venezuela : quatre questions sur l’influence des Etats-Unis dans la crise

La menace d’une intervention est-elle réelle ?

Pour Jean-Jacques Kourliandsky, il n’existe pas d' »éléments matériels permettant de penser que les Etats-Unis prépareraient une intervention militaire ». « Ce sont des informations qui sont dans la chaleur du moment », analyse-t-il. « Cela relève de la guerre psychologique. Faire planer une menace, faire pression. C’est aussi un moyen de réaffirmer son soutien au président autoproclamé rival du président Maduro ».

Une vision partagée par Isabelle Rousseau, professeure au Centre des études internationale au Colegio de Mexico. « A mon avis, c’est pour calmer le jeu du côté de Maduro, lui dire que si jamais il arrive quoi que ce soit à Guaido ou à ses proches, on est là, avance-t-elle. Mais c’est une arme dissuasive plus qu’autre chose. » « On est actuellement dans un scénario de ‘guerre froide' », décrypte encore l’auteure du livre Le chaos vénézuélien peut-il embraser la région ?.

Source : Venezuela : quatre questions sur l’influence des Etats-Unis dans la crise

Venezuela : les enfants dénutris, le douloureux visage de la crise

Samuel, âgé d’un an et trois mois, a le poids d’un nouveau-né. À l’hôpital central de la ville, sa mère, Gleiny Hernandez, pleure en regardant le petit corps rachitique de son fils. « Ils ne voulaient pas l’accepter car ils croyaient qu’il était mort », raconte la jeune femme de 26 ans. Après deux semaines d’hospitalisation, il est passé de 3,6 à 3,9 kilos.

Sur la quinzaine de bébés admis chaque jour au service pédiatrique, entre 60 et 70% arrivent touchés par une forme de dénutrition, selon des sources au sein de l’hôpital. Dans l’établissement, la saleté est partout, l’ascenseur ne fonctionne pas et devant de nombreuses chambres, une affichette prévient : « Ne pas utiliser, pas d’eau ».

Le manque de nourriture, qui touche 80% des foyers, affecte aussi le personnel hospitalier. « Des médecins sont partis car ils n’avaient plus de quoi se nourrir », raconte une anesthésiste qui travaille depuis 20 ans dans cet hôpital.

Source : Venezuela : les enfants dénutris, le douloureux visage de la crise – Sud Ouest.fr

Comprendre la débâcle du projet bolivarien au Venezuela

La condamnation de la tentative de coup d’Etat perpétré par Juan Guaido au Venezuela est nécessaire. Mais comprendre la débâcle du projet bolivarien est tout aussi nécessaire. Celle-ci constitue un échec majeur pour les gauches, tant à l’échelle de l’Amérique latine qu’à l’échelle mondiale.

Source : Comprendre la débâcle du projet bolivarien au Venezuela | Le Club de Mediapart

Diplomatie: Le chef de l’ONU veut aider le Venezuela

M. Guterres a rencontré le chef de la diplomatie vénézuélienne Jorge Arreaza à New York, à la demande de Caracas, alors que perdure la crise politique entre le président Nicolas Maduro et le leader de l’opposition Juan Guaido.

«Le secrétaire général a réaffirmé que son offre de bons offices aux deux parties était toujours valable pour mener des négociations sérieuses afin d’aider le pays à sortir de l’actuelle impasse au bénéfice du peuple du Venezuela», a dit le porte-parole de l’ONU, Stephane Dujarric.

M. Guterres veut avoir l’accord des deux parties avant de passer à l’action. Selon des diplomates de l’ONU, le gouvernement de Nicolas Maduro est prêt à de tels pourparlers mais il n’est pas encore clair quelle est la position de Juan Guaido.

Source : Diplomatie: Le chef de l’ONU veut aider le Venezuela – Monde – tdg.ch

Venezuela: Guaido appelle l’armée à la désobéissance

L’opposition vénézuélienne au gouvernement de Nicolas Maduro organise une grande manifestation, ce mardi à Caracas, pour demander que l’aide humanitaire de 60 tonnes de matériel médical et de denrées alimentaires, arrivée à Cucuta en Colombie, puisse entrer au Venezuela.

Pour faciliter l’acheminement de cette aide humanitaire, le président autoproclamé a annoncé le lancement d’une plateforme permettant d’enregistrer toutes les personnes disposées à prêter main-forte à sa distribution. «Nous avons reçu de nombreux appels venant de l’intérieur et de l’extérieur du Venezuela proposant de l’aide», a expliqué Juan Guaido depuis l’église Nuestra Senora de Guadalupe dans le quartier de Caracas Las Mercedes qui réalisait un «rosaire mondial pour le Venezuela». Il devait révéler ce lundi l’ouverture de deux autres centres de stockage de l’assistance humanitaire, l’un au Brésil et l’autre sur une île des Caraïbes. Les Pays-Bas ont promis d’apporter leur aide à ces opérations.

Cependant, le chef de la délégation du Comité international de la Croix-Rouge en Colombie, Christoph Harnisch, a rappelé que le terme «humanitaire» doit être protégé selon les principes fondamentaux de son organisation: l’indépendance, l’impartialité et la neutralité. Pour lui, l’aide humanitaire actuellement en cours de stockage à Cucuta à la frontière colombo-vénézuélienne étant organisée par les États-Unis et la Colombie, elle ne correspond pas à ces principes. «Nous ne participerons pas à ce qui n’est pas de l’aide humanitaire pour nous sans accord préalable de l’organisation.»

Source : Venezuela: Guaido appelle l’armée à la désobéissance