Venezuela: Guaido défie Maduro avec son style de trentenaire

Tout sourire, il fait un selfie devant la foule de ses partisans qui agitent des drapeaux vénézuéliens. En peu de temps, l’opposant Juan Guaido est devenu une véritable célébrité et défie le président Nicolas Maduro avec les armes médiatiques de sa génération. « Je vais prendre un selfie pour qu’ils voient vos visages, et pardon pour le protocole (…) mais je veux qu’ils voient ce visage d’espérance et de joie », a lancé mardi Juan Guaido, 35 ans, lors de la manifestation de ses partisans à Caracas, déclenchant une ovation.

Avec trois millions de followers sur Instagram et 1,2 million sur Twitter (un chiffre multiplié par quatre en moins d’un mois), son selfie a reçu plus d’un demi-million de « Like » et a été retweeté 24.000 fois en moins d’une journée.

« Juan Guaido appartient à la génération des +millenials+ », rappelle Andrés Cañizalez, expert en communication politique, en référence à cette génération de 20 à 35 ans passée à l’âge adulte avec le nouveau millénaire. « Il s’est approprié les réseaux sociaux, il est capable d’être authentique, empathique, d’improviser, de se montrer tel qu’il est », ajoute l’analyste.

Source : Venezuela: Guaido défie Maduro avec son style de trentenaire

[Vidéo] Global conversation : entretien avec Nicolas Maduro

Plusieurs points essentiels ont été abordés avec le président vénézuélien.

Source : Global conversation : entretien avec Nicolas Maduro | Euronews

Venezuela: Maduro riposte aux nominations de Guaido dans le secteur pétrolier

La contre-attaque ne s’est pas fait attendre. Le président vénézuélien Nicolas Maduro a fait appel, jeudi 14 février, au Tribunal suprême de justice pour contrer l’offensive de son opposant. Juan Guaido, le président autoproclamé par intérim, avait nommé la veille une nouvelle direction pour PDVSA, la compagnie pétrolière d’Etat, et ses filiales, tentant ainsi de resserrer un peu plus l’étau économique sur son rival.

C’est sur le front judiciaire que Nicolas Maduro attaque les initiatives prises par son rival Juan Guaido. Le Tribunal suprême de justice, acquis au gouvernement, va engager des poursuites pénales contre 15 dirigeants de PDVSA et de ses filiales aux Etats-Unis, nommés la veille par l’Assemblée nationale contrôlée par l’opposition.

Source : Venezuela: Maduro riposte aux nominations de Guaido dans le secteur pétrolier – Amériques – RFI

Arreaza: « Nous donnerons une réponse proportionnelle à toute intervention contre le Venezuela »

Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a déclaré qu’ils donneront une réponse proportionnelle à toute attaque ou intervention contre le Venezuela.

Le chef de la diplomatie vénézuélienne a rencontré au siège de l’ONU les représentants de pays comme la Russie, la Palestine, la Chine, Cuba, la Corée du nord et l’Iran.

Il a critiqué les sanctions économiques des Etats-Unis contre le Venezuela. « Cet embargo nous coûte 30 milliards de dollars » a-t-il déclaré.

Il a défendu qu’il n’y avait pas de crise humanitaire au Venezuela et que la Banque d’Angleterre avait refusé de restituer à Caracas l’équivalent de 1,2 milliard de dollars en or.

Source : Arreaza: « Nous donnerons une réponse proportionnelle à toute intervention contre le Venezuela » | TRT Français

Le Vénézuela entre peste et choléra ?

Si quelques média généralistes, y compris parmi les grandes chaines de télévision, ont rappelé qu’une partie de la population du pays continue à soutenir le régime, notamment celle qui a accès aux logements sociaux qui ont été construit par le régime, le ton dominant est sans nuance, comme un film paresseux d’Hollywood, entre le méchant moustachu et le jeune héros

Heureusement, il y a l’émission de Frédéric Taddéï, sur RT, qui fait débattre pendant près d’une heure les deux camps, donnant deux interprétations de la crise : d’une part ceux qui soutiennent le régime et dénoncent l’ingérence de Washington, de l’autre, ceux qui critiquent le pouvoir en place, ses dérives autoritaires et la crise économique.

Source : AgoraVox

Venezuela : Ce que le Pentagone ne veut pas qu’on sache sur l’éventuelle intervention militaire

La « viscéralité » avec laquelle Donald Trump gère sa politique étrangère l’a conduit à une impasse au Venezuela. Entraîné par ses agents politiques et militaires de l’axe Miami-Bogotá-Madrid, il se trouve aux portes d’une nouvelle défaite diplomatique qui portera encore plus atteinte à son précaire prestige international.

Une guerre, livrée grâce à ses alliés en Amérique du Sud, semble être sa seule option mais le marketing médiatique est une chose et la réalité des opérations en est une autre.

Source : Venezuela : Ce que le Pentagone ne veut pas qu’on sache sur l’éventuelle intervention militaire (Resumen) — José Negrón Valera