[Vidéo] Le président vénézuélien Maduro dénonce une « énorme erreur » de l’Europe

Le président en exercice du Venezuela, Nicolas Maduro, reste sous la pression intense des Etats-Unis et d’une partie de l’Europe, qui préfèrent apporter leur soutien à l’opposant Juan Guaido. Dans ce contexte d’extrême tension, Nicolas Maduro a accordé une interview à Anelise Borges d’Euronews.

Source : Le président vénézuélien Maduro dénonce une « énorme erreur » de l’Europe | Euronews

Un Vénézuélien sur six aura quitté le pays d’ici la fin de l’année

Depuis le début de la crise au Venezuela, le nombre de citoyens qui quittent le pays a augmenté de façon spectaculaire. Cette émigration devrait se poursuivre selon les prévisions du Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

D’après l’organisation, il s’agit du plus grand mouvement de population de l’histoire récente de l’Amérique latine. Si la tendance à la hausse se poursuit, 5,3 millions de personnes auront quitté le Venezuela d’ici la fin décembre 2019, soit une personne sur six.

Source : Un Vénézuélien sur six aura quitté le pays d’ici la fin de l’année | Euronews

[Vidéo] « Nicolas Maduro : « Ils voulaient me renverser, ils ont échoué »

« lls voulaient un coup d’État militaire. Mais ils ont échoué. Ils jouaient cette carte. Mais c’est fini ». Dans cette déclaration, Nicolas Maduro, le président du Venezuela accuse Juan Guaido, le président auto-proclamé du pays. Mais faute du soutien de l’armée dit-il, il n’a pas réussi son objectif : chasser le président du pouvoir. Pour autant, il se dit prêt à parler avec ses adversaires, nous l’avons rencontré à Caracas.

Source : « Nicolas Maduro : « Ils voulaient me renverser, ils ont échoué » | Euronews

Guaidó resserre un peu plus l’étau économique sur Maduro

L’opposant Juan Guaidó a annoncé jeudi la nomination d’une nouvelle direction pour Citgo, la filiale aux États-Unis de la compagnie nationale pétrolière, dans une tentative supplémentaire d’asphyxier économiquement le gouvernement du président Nicolas Maduro.

«La nouvelle direction sera composée de Vénézuéliens compétents, non impliqués dans des scandales de corruption et sans affiliation politique», a annoncé sur Twitter Juan Guaidó, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays.

Mercredi, l’Agence américaine de l’énergie (EIA) a déclaré que les achats de pétrole brut vénézuélien ont totalisé 117 000 barils/jour la semaine dernière, soit cinq fois moins que fin janvier.

«Nous avons fait un pas en avant dans la reconstruction de PDVSA», a déclaré M. Guaidó, qui indiqué qu’il allait également demander à l’Union européenne (UE) de geler les avoirs et les comptes vénézuéliens sur son territoire.

Source : Guaidó resserre un peu plus l’étau économique sur Maduro | MARIA ISABEL SANCHEZ, JEROME CARTILLIER | Amérique latine

Venezuela: la bataille autour de l’aide humanitaire ne faiblit pas

Dans la ville de San Cristóbal, à une heure de route de là, le docteur Alexis Sánchez représente l’association Médicos por Venezuela. Il doit organiser la marche vers la frontière le 23 février prochain. « L’idée, c’est de faire une activité tôt, et nous en aller au bon moment. Parce que nous ne voulons ni exposer nos patients, ni aucun de nos (bénévoles) », dit-il.

Pas de confrontation violente, mais un coup médiatique pour révéler au monde des mois d’enquêtes sur la situation sanitaire au Venezuela. « L’aide humanitaire internationale concerne des groupes vulnérables, des personnes dont il est établi qu’elles sont prioritaires parce que leur vie est menacée », ajoute M. Sánchez.

Selon lui, le 23 février sera un tournant, même si l’aide n’entre pas. Car le monde prendra conscience de l’ampleur de la crise humanitaire au Venezuela.

Source : [Reportage] Venezuela: la bataille autour de l’aide humanitaire ne faiblit pas – Amériques – RFI

À la frontière colombienne, les partisans de Nicolas Maduro mobilisés contre l’entrée de l’aide humanitaire au Venezuela

Plus tôt, des centaines d’opposants ont pourtant manifesté dans la ville voisine contre les pénuries de nourriture et de médicaments. Mais ces pénuries s’expliquent par les sanctions américaines : « Tout simplement parce qu’on ne nous laisse pas acheter ni importer ces produits dans le pays, il s’agit d’un blocus », assure le maire chaviste William Gomez.

Ici l’ultimatum de Juan Guaido pour le 23 février ne fait peur à personne. « Il est désespéré parce que les deux plans qu’il avait, maintenir la rue mobilisée et récupérer l’armée, ont lamentablement échoué, se félicite Nelly Berdugo, députée du conseil fédéral de l’Etat de Tachira. L’armée est plus que jamais déterminée à défendre avant tout la patrie de Bolivar et Chavez. » Et en effet, les militaires sont ici réunis par centaines. En revanche, difficile de parler d’une baisse de mobilisation de l’opposition qui est une nouvelle fois sortie en masse contre Nicolas Maduro.

Source : À la frontière colombienne, les partisans de Nicolas Maduro mobilisés contre l’entrée de l’aide humanitaire au Venezuela