Le Nîmois, ambassadeur à Caracas : « Au Venezuela, la voix de la France est écoutée »

Le Gardois Romain Nadal vit sa première mission d’ambassadeur de France à Caracas, dans un pays en crise. Interview.

Source : Le Nîmois, ambassadeur à Caracas : « Au Venezuela, la voix de la France est écoutée » – 03/03/2019 – midilibre.fr

Le Venezuela est au bord d’une nouvelle crise, selon Handelsblatt

Au cours des prochains mois, le Venezuela pourrait faire face à une grave crise du carburant alors que d’énormes quantités de pétrole brut sont stockées dans le pays, relate le journal allemand Handelsblatt citant un rapport du cabinet de conseil

Selon des estimations préliminaires, le Venezuela a du carburant pour six semaines, soit jusqu’à la mi-avril prochain. Le journal souligne que 16 pétroliers chargés de 8,4 millions de barils de pétrole pour un prix total de plus de 500 millions de dollars se trouvent actuellement au large du Venezuela, qui est incapable de vendre assez de brut en raison des sanctions introduites par les États-Unis.

Source : Le Venezuela est au bord d’une nouvelle crise, selon Handelsblatt – Sputnik France

De fête et de fureur: au Venezuela, un groupe de ska entretient sa rage

A 14 ans, Horacio Blanco, a écrit une chanson qui dénonçait les « Politicos Paraliticos. » A 50, le public continue de lui réclamer le morceau, devenu un hymne de ralliement protestataire au Venezuela.

Inspiré par des groupes britanniques comme The Specials, un zeste de « fête et de fureur » locales en plus, selon son concepteur, Blanco et son groupe « Desorden Publico » (désordre public) sont les figures de la scène punk-ska vénézuélienne.

Toujours vêtu à la mode ska, veste et pantalon étroit noirs, les cheveux en houppette, il est sans doute le dernier grand nom de la scène rock locale à ne pas avoir déserté le pays, miné par la crise économique et politique.

« Je voudrais que les politiciens soient réellement des paralytiques », chantait-il ado. « Comme ça ils ne pourraient pas nous voler et s’enfuir en courant ».

Aujourd’hui, assure-t-il, « c’est l’une des chansons que le public réclame le plus souvent en concerts » avec un autre de leurs succès, « Le biberon de pétrole » – qui dénonce la dépendance fatale du Venezuela aux pétrodollars, l’une des causes du naufrage actuel.

Pour Desorden Publico, le ska a servi à dénoncer la corruption et l’abus de pouvoir. « Desorden est un petit échantillon de l’idiosyncrasie vénézuélienne », souligne Blanco.

« Nous sommes un pays de fiestas », reprend-il. « Ce qui ne veut pas dire que nous ignorons les pires difficultés auxquelles nous sommes confrontés. C’est même de là que vient cette rage ».

Source : De fête et de fureur: au Venezuela, un groupe de ska entretient sa rage

« Les États-Unis n’ont aucune envie d’intervenir militairement au Venezuela »

C’était la grande menace de samedi dernier, le 23 février : au moment où l’aide humanitaire devait passer de la Colombie au Venezuela, on redoutait une escarmouche qui aurait pu servir de prétexte aux États-Unis pour lancer l’intervention militaire qu’on les soupçonne de vouloir mener avec impatience. L’aide humanitaire n’est pas passée, les camions ont brûlé, des civils ont été tués à la frontière brésilienne, mais les États-Unis n’ont pas bougé.

Pour Phil Gunson, analyste senior de l’International Crisis Group au Venezuela, c’est tout simplement qu’ils n’en ont pas l’intention. Leur stratégie, qui est loin d’avoir fait ses preuves pour l’instant, est autre. Explications.

Source : « Les États-Unis n’ont aucune envie d’intervenir militairement au Venezuela » – Le Point

Moscou condamne l’« ingérence flagrante » de Washington au Venezuela

Moscou et Washington continuent d’afficher leur bras de fer diplomatique à propos du Venezuela. Samedi, un communiqué publié par le ministère russe des Affaires étrangères a relaté la conversation téléphonique tenue entre le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, et son homologue américain, Mike Pompeo. Dans cette retranscription où seuls figurent les propos tenus par Sergueï Lavrov, Moscou fustige l’attitude américaine.

« Les menaces américaines contre le gouvernement légitime, une ingérence flagrante dans les affaires intérieures d’un Etat souverain et une violation éhontée du droit international », a dénoncé le dirigeant russe. Il a indiqué que Moscou était « prêt » à tenir des consultations bilatérales avec Washington à propos du Venezuela, à condition qu’elles « suivent strictement les principes de la Charte des Nations unies ». Vendredi, les deux pays ont été incapables de s’entendre à l’ONU sur le sort de Caracas.

Source : Moscou condamne l’« ingérence flagrante » de Washington au Venezuela

Crise au Venezuela: l’EU met en garde Maduro de ne pas arrêter l’opposant Guaido

L’Union européenne a mis en garde le gouvernement vénézuélien de ne pas arrêter Juan Guaido, autoproclamé président par intérim. Le retour de l’opposant au Venezuela est attendu après une mini-tournée en Amérique du Sud.

« Toutes mesures mettant en risque la liberté de Juan Guaidó, sa sécurité ou l’intégrité personnelle serait une escalade majeure des tensions et rencontrerait la condamnation ferme de la communauté internationale », a commenté la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini. « Les membres de l’Assemblée nationale jouissent de l’immunité, en vertu de la Constitution, qui doit être pleinement respectée », a ajouté la Haute représentante au nom des Etats membres samedi.

Juan Guaido, autoproclamé président par intérim, pourrait regagner Caracas lundi après avoir été reçu comme un chef d’Etat en Colombie, au Brésil, au Paraguay, en Argentine et en Equateur: son retour met au défi le président Maduro de l’arrêter, au risque de provoquer de fortes réactions internationales, ou de le laisser tranquillement éroder son autorité.

Source : Crise au Venezuela: l’EU met en garde Maduro de ne pas arrêter l’opposant Guaido