Venezuela. Déclaration du gouvernement révolutionnaire de Cuba

Le Gouvernement révolutionnaire condamne énergiquement le sabotage perpétré contre le système électrique vénézuélien, ce qui constitue un acte terroriste visant à porter préjudice à la population sans défense de toute une nation et à la prendre en otage dans le cadre de la guerre non classique que les Etats-Unis livrent contre le gouvernement légitime que préside le compagnon Nicolás Maduro Moros et contre l’union civico-militaire du peuple bolivarien et chaviste.

Des politiciens étasuniens se sont hâtés d’applaudir à une action qui prive la population d’un service fondamental et les hôpitaux de l’énergie nécessaire à leur fonctionnement, interrompt d’autres services élémentaires indispensables à la vie quotidienne, tels que l’alimentation, la distribution d’eau, le transport, les communications, la sécurité publique, le commerce, les transactions bancaires et les paiements par carte, porte préjudice au travail en général et empêche le fonctionnement des écoles et des universités.

La séquence et la modalité de cette action rappelle le sabotage commis en 2002 contre l’industrie pétrolière par une société étasunienne propriétaire et opératrice du système automatisé de production, de raffinage, de transport et de distribution de la production.

Source : Venezuela. Déclaration du gouvernement révolutionnaire de Cuba — Gouvernement révolutionnaire de Cuba

Le marché du pétrole ne souffrira pas de la crise au Venezuela, estime le PDG de Petrobras

La situation au Venezuela ne sera pas un choc pour le marché énergétique, a indiqué à Sputnik l’économiste Roberto Castello Branco, directeur général du groupe pétrolier brésilien Petrobras, en marge de la conférence sur l’énergie CERAWeek à Houston.

À la question de savoir si le Venezuela influera sur le cours du pétrole, il a répondu: «je ne pense pas».

Source : Le marché du pétrole ne souffrira pas de la crise au Venezuela, estime le PDG de Petrobras – Sputnik France

Venezuela: Washington annonce de futures sanctions «très importantes»

Les Etats-Unis ont confirmé mardi qu’ils allaient imposer des sanctions «très importantes» à des institutions financières étrangères qui apporteraient un soutien au président du Venezuela Nicolas Maduro, que Washington essaye de faire partir à tout prix.Ces «sanctions supplémentaires très importantes» seront annoncées «à très court terme», possiblement dès ce mardi, a déclaré Elliott Abrams, le représentant spécial des Etats-Unis pour la crise au Venezuela. Il a précisé que les autorités américaines cibleraient également les pro-Maduro en imposant davantage de révocations de visas, qui visent déjà plus de 250 personnes.

Lundi, le Trésor américain avait sanctionné une première banque russe, Evrofinance Mosnarbank, en lien avec la crise au Venezuela.

Source : Venezuela: Washington annonce de futures sanctions «très importantes»

Après la panne: le Venezuela sort de l’ombre, pas du chaos

Le Venezuela sort progressivement de l’ombre mercredi mais pas du chaos après six jours de panne électrique dont la population continue de payer les conséquences et dont les dégâts économiques restent à évaluer.

Caracas a retrouvé le courant ainsi que la plupart des Etats, selon le gouvernement, mais certains Etats de l’ouest comme Mérida, dans les Andes, Táchira, à la frontière colombienne, Trujillo, Zulia ou Apure, dans le centre, comptent toujours de larges pans de leur territoire sans courant.

Le pays continuer pourtant de fonctionner au ralenti avec une nouvelle journée chômée, décrétée par le gouvernement. La plupart des banques et des commerces restent fermés et les transports publics, déjà déficients en temps normal, suspendus.

La Chine a proposé son aide pour faire la lumière sur les raisons de cette panne dont l’ampleur et la durée restent inédites dans ce pays pétrolier, attribuée par le président Nicolas Maduro à une attaque « cybernétique » fomentée par le Pentagone, le ministère américain de la Défense, et l’opposition.

Source : Après la panne: le Venezuela sort de l’ombre, pas du chaos – Le Point

Au Venezuela, « la vie est devenue un enfer »

Au Venezuela, il y a des villes, des villages et des quartiers qui vivent sans électricité depuis plus de cinq jours. « La vie est devenue un enfer. Les gens n’en peuvent plus », soupire Marie Diaz, 63 ans, en traversant avec précaution la passerelle de planches étroites et glissantes jetées en travers de la rivière Tachira qui sépare son pays de la Colombie. Des passeurs transportent, à dos d’homme, les enfants, les malades et les personnes âgées.

« On croyait pourtant que le pays avait touché le fond et que la situation ne pouvait pas être pire », continue Maria. La panne de courant a frappé un pays fragilisé par plusieurs années de crise économique sans précédent et plusieurs mois d’hyperinflation. Depuis deux mois, l’argent liquide a complètement disparu. « Maintenant, même si on a de l’argent à la banque, on ne peut rien acheter, il n’y a pas de réseau pour payer par carte », explique Miriam, 34 ans. Le dollar est désormais la seule monnaie qui circule.

Source : Au Venezuela, « la vie est devenue un enfer »