Le Canada et le Mexique diamétralement opposés sur la crise au Venezuela

Le Canada et le Mexique sont peut-être unis dans leur quête de conclure l’accord commercial nord-américain, mais ils sont diamétralement opposés sur ce qu’il faut faire pour régler la crise politique et économique du Venezuela.

Les divisions entre le Canada et le Mexique à la suite des bouleversements qui entourent leur vaste région — l’effondrement du Venezuela — sont apparues cette semaine lorsque les élus des deux pays se sont réunis à Ottawa pour discuter de leurs intérêts communs.

Source : Le Canada et le Mexique diamétralement opposés sur la crise au Venezuela – Journal Métro

Les exportations de pétrole du Venezuela en chute libre

Les exportations de pétrole du Venezuela ont chuté de 40% pendant le premier mois plein qui a suivi l’instauration de sanctions américaines visant le régime du président Nicolas Maduro, selon des données de la compagnie pétrolière nationale PDVSA et de Refinitiv Eikon.

Le 28 janvier, l’administration Trump a interdit aux compagnies américaines de payer pour du pétrole vénézuélien tant qu’un nouveau gouvernement formé par l’opposant Juan Guaido, qui s’est auto-proclamé président, ne sera pas en mesure de recevoir les fonds. Les exportations vénézuéliennes de brut et de carburant ont depuis chuté à 920.000 barils par jour, selon les données disponibles jeudi. Elles se situaient entre 1,47 million et 1,66 million de bpj les trois mois précédents.

Source : Les exportations de pétrole du Venezuela en chute libre

Venezuela: un discret massacre d’Indiens d’Amazonie, signé Maduro

Dans l’indifférence générale, un massacre d’Indiens a bien été commis par le régime de Nicolás Maduro, samedi 23 février, au sud du Venezuela, à la frontière brésilienne.

Ce jour-là, vingt-cinq Indiens de l’ethnie pemón (environ 30.000 membres répartis dans diverses communautés sur les territoires du Brésil, du Venezuela et du Guyana) sont abattus sans pitié à Santa Elena de Uarien, au moment où ils tentent de faciliter l’entrée de l’aide humanitaire internationale… que le président Maduro entend bloquer à tout prix. Y compris avec des balles.

Trois jours après la tuerie, le député vénézuélien Romel Guzamana, un cacique de l’ethnie pemón a raconté les circonstances de la tuerie: « Le 23 février, explique-t-il lors d’une conférence de presse le 26 février dernier, les tireurs, installés dans des bus, visaient les gens sur la place de Santa Elena, ce qui les a obligés à s’enfuir dans les montagnes [cette région, célèbre pour sa cascade de Salto Angel, la plus haute du monde, est en effet montagneuse]. C’était le chaos et l’anarchie. Nous avons réussi à nous rendre à l’hôpital de Santa Elena, qui était débordé par les morts et les blessés. »

Selon Guzamana, les assassins sont des paramilitaires à la solde du régime ainsi que des prisonniers libérés des prisons de Dorado, Vista Hermosa et d’ailleurs « à qui l’on a donné des uniformes de la Garde nationale. » « Toutes les communautés indiennes de la région se sentent harcelés, menacés intimidées », ajoute-t-il. Le bilan s’élèverait à 25 assassinats et 84 blessés, dont 5 dans un état grave. » Des militaires de l’armée régulière ont également participé au massacre contre les Pemóns, considérés comme partie du patrimoine de l’humanité.

Source : Venezuela: un discret massacre d’Indiens d’Amazonie, signé Maduro – L’Express

Venezuela : le numéro 2 du gouvernement vénézuélien revêt un gilet jaune lors d’une émission

En hommage à des «motorizados» vénézuéliens (les motards du pays) qui ont organisé le 27 février un défilé en faveur de la paix à Caracas, le président de l’Assemblée constituante vénézuélienne, considéré comme le numéro deux du gouvernement Maduro, a revêtu un gilet jaune.

La scène s’est déroulée durant son émission télévisée intitulée Con el Mazo Dando diffusée sur la chaîne nationale VTV le 27 février.

Source : Venezuela : le numéro 2 du gouvernement vénézuélien revêt un gilet jaune lors d’une émission — RT en français

Au Venezuela, un crime contre l’humanité

Les camions d’aide humanitaire qui ont brûlé à la frontière du Venezuela sont la preuve que, dans ce pays, le pouvoir politique a failli à sa fonction ultime : celle de protéger l’humanité.

Source : Au Venezuela, un crime contre l’humanité

Crise au Venezuela: Le manque d’eau et de nourriture affecte 80% des foyers

La famine les guette. Au Venezuela, l’insécurité alimentaire affecte désormais 80 % des foyers. Dans ce pays en pleine crise économique, les habitants sont confrontés aux pénuries de biens de première nécessité, selon une étude réalisée par les trois principales universités du pays.

« Au cours des trois dernières années la pauvreté sous toutes ses formes a augmenté de 10 % et affectait en 2018 la moitié des foyers (51 %), tandis que 80 % présentent des risques d’insécurité alimentaire en raison de leur manque de moyens pour acheter des aliments », a indiqué Anitza Fréitez, co-auteur de cette « étude sur les conditions de vie » au Venezuela.

Source : Crise au Venezuela: Le manque d’eau et de nourriture affecte 80% des foyers