La Révolution bolivarienne en manque d’énergie

Si l’impasse politique du pays n’est pas résolue rapidement, la seule option pour empêcher la crise de l’électricité de se poursuivre et de s’aggraver, c’est que les factions politiques rivales acceptent d’agir ensemble pour fournir et gérer les ressources nécessaires. Une première étape pourrait consister pour les deux parties à s’entendre sur la nomination d’un groupe de travail indépendant.

Toute proposition de coopération entre les factions politiques du pays sera considérée comme une abomination pour les partisans de la ligne dure, et sera probablement rejetée parce qu’elle est, dans le meilleur des cas, irréaliste. Cependant, même en temps de guerre, les armées cèdent la place à la protection de ceux qui ne participent pas aux combats et permettent aux organisations humanitaires de passer pour sauver les blessés. Si les acteurs politiques du pays ne parviennent pas à un accord et ne font pas passer la vie des citoyens ordinaires avant leurs propres objectifs politiques, les Vénézuéliens vont traverser une période encore plus difficile.

Source : La Révolution bolivarienne en manque d’énergie – Barril.info

[Vidéo] Coupure d’électricité au Venezuela : «Une guerre hybride, non-conventionnelle»

Entretien du 27/03/2019 avec Romain Migus, journaliste et écrivain. Pour RT France il décrypte la symbolique de la nouvelle panne d’électricité qui a touché la capitale et de nombreuses grandes villes du #Venezuela.

[Vidéo] Le Parlement européen se fissure à propos du Venezuela

Le Parlement européen apparaît plus divisé que jamais sur la question du Venezuela. Pour la 2e fois de l’année les parlementaires ont adopté une résolution pour la tenue d’élections libres. Mais le texte est seulement passé grâce aux voix des chrétiens-démocrates, des conservateurs et des libéraux. Les sociaux-démocrates se sont finalement abstenus. Pour la gauche radicale, opposée au texte, c’est une forme de succès, souligne l’Espagnol Javier Couso (GUE). « Le PPE, les conservateurs et les libéraux maintiennent une position contraire à ce que devrait faire l’Union, en fait ils suivent quasiment à l’unisson la position extrême de Donald Trump », explique-t-il.

La résolution reconnaît Juan Guaidó comme président par intérim. Le texte condamne la répression et le harcèlement contre les dirigeants politiques et les journalistes. Les députés demandent des sanctions supplémentaires contre le dirigeant Nicolás Maduro.

Source : Le Parlement européen se fissure à propos du Venezuela | Euronews

[Vidéo] Au Venezuela, des “méthodes du Moyen Âge” face à la panne de courant

Marcher pendant des heures, fabriquer des lampes à huile ou aller chercher de l’eau à la source: les Vénézuéliens font face à la nouvelle panne électrique géante qui frappe leur pays en ayant recours à des “méthodes du Moyen Âge”, comme le montre notre vidéo en tête d’article.

Source : Au Venezuela, des “méthodes du Moyen Âge” face à la panne de courant | Le Huffington Post

Venezuela : Guaido révoqué de son poste de président du Parlement et déclaré inéligible

Le président du Parlement vénézuélien, Juan Guaido, également chef de file de l’opposition, a été révoqué de son poste, jeudi 28 mars, ont annoncé les autorités vénézuéliennes. Le principal opposant du président Nicolas Maduro a été en outre déclaré inéligible durant quinze ans pour corruption présumée.

Le contrôleur général de la République, Elvis Amoroso, chargé de veiller à la transparence de l’administration au Venezuela, a décidé d’« interdire l’exercice de toute fonction élective au citoyen [Juan Guaido] pour la durée maximale prévue par la loi », a déclaré ce proche du pouvoir en place à la télévision d’Etat.

Selon M. Amoroso, Juan Guaido ne justifie pas, dans ses déclarations de patrimoine, certaines dépenses réalisées au Venezuela et à l’étranger avec des fonds provenant d’autres pays. « Il a effectué plus de quatre-vingt-onze voyages hors du territoire pour un coût supérieur à 310 millions de bolivars [quelque 94 000 dollars au taux actuel], sans justifier l’origine de ces fonds », a expliqué le contrôleur général. Ce dernier avait annoncé le 11 février l’ouverture d’une enquête visant l’opposant.

Dans la foulée, Juan Guaido, qui s’est autoproclamé président par intérim du pays le 23 janvier et a été reconnu comme tel par une cinquantaine de pays, a rejeté cette sanction lors d’un discours devant ses partisans, affirmant qu’Elvis Amoroso était illégitime. « Il n’est pas contrôleur. Il ne l’est pas (…) et il n’existe pas de sanction d’inéligibilité (…). Le Parlement légitime est le seul ayant le pouvoir de désigner un contrôleur », a déclaré M. Guaido, rappelant qu’Elvis Amoroso avait été nommé à ce poste par l’Assemblée constituante, acquise au pouvoir et qui remplace dans les faits le Parlement.

Dans ce pays où personne ne reconnaît la légitimé de personne, difficile de dire quelles seront les conséquences de cette décision qui vise Juan Guaido, également président du Parlement. Ni s’il va pouvoir continuer à siéger, la sanction étant en théorie d’application immédiate. L’ancien candidat à la présidentielle de 2013 Henrique Capriles avait été sanctionné de la même façon et déclaré inéligible, ce qui l’avait empêché de se présenter par la suite en 2018.

Source : Venezuela : Guaido révoqué de son poste de président du Parlement et déclaré inéligible