Venezuela : le bolivar dévalué de 96% !

Caracas signe une dévaluation spectaculaire de sa devise. Après le lancement de nouveaux billets amputés de cinq zéros, le gouvernement vénézuélien a dévoilé la seconde phase de son plan de relance économique qui dévalue de 96% sa monnaie par rapport au dollar, des choix critiqués par les économistes. La BCV a indiqué mardi que le nouveau taux était de 68,65 bolivars souverains pour un euro, équivalant à environ 60 bolivars souverains pour un dollar. Le précédent taux officiel équivalait à quelque 2,48 bolivars souverains pour un dollar. Exprimé en bolivars forts, la monnaie en vigueur jusqu’à lundi, cela reviendrait à le faire passer de 248.210 à 6.000.000 de bolivars forts pour un billet vert.Selon le président socialiste Nicolas Maduro, le bolivar souverain est indexé à la valeur du petro, la cryptomonnaie vénézuélienne avec laquelle le gouvernement entend contourner le manque de liquidités et les sanctions financières des Etats-Unis. C’est la première fois qu’un pays adosse sa monnaie sur une cryptomonnaie. Les prix et les salaires seront fixés dans les deux monnaies. Et chaque petro, selon le chef de l’Etat, équivaut à environ 60 dollars, sur la base du prix du baril de pétrole vénézuélien, soit 3.600 bolivars souverains.

Source : Venezuela : le bolivar dévalué de 96% ! – Capital.fr

Au Venezuela, une nouvelle monnaie pour donner le change

Un tremblement de terre de magnitude 7,3 a frappé le nord du Venezuela mardi, sans faire ni victimes ni dégâts importants. Le véritable séisme pour la population avait eu lieu la veille, avec l’entrée en vigueur d’une nouvelle monnaie, le «bolivar souverain», qui correspond à l’ancien bolivar amputé de cinq zéros. La décision, qui avait été annoncée au printemps et plusieurs fois repoussée, s’accompagne d’un train de mesures telles que la multiplication du salaire minimum par 34, l’introduction d’un impôt sur les grandes fortunes et une hausse des prix de l’essence, jusqu’à présent quasiment gratuite.

Le président Maduro, n’avait, selon l’économiste Carlos Quenan, professeur à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, pas d’autre choix que cette thérapie de choc en raison de «la dégradation économique liée non seulement à l’hyperinflation, mais aussi au recul de la production pétrolière et à la dégradation générale des structures productives du pays».

Source : Au Venezuela, une nouvelle monnaie pour donner le change – Libération

Venezuela : un exode massif

À Tulcan (Équateur), la file de Vénézuéliens qui ont fait le choix de quitter leur pays est interminable. C’est l’exode le plus important qu’ait connu l’Amérique latine. « On va continuer d’avancer avec ma famille, quoiqu’il arrive, prévient un Vénézuélien. On cherche une destination où je trouverai du travail. » Depuis le début de l’année 2017, plus d’un million de personnes ont choisi de partir en Colombie, près de 550 000 ont préféré se rendre en Équateur et 280 000 autres sont partis en direction du Pérou. Enfin, 52 000 personnes se sont rendues au Brésil.

Source : Venezuela : un exode massif

Au moins 2,3 millions de personnes ont fui le Venezuela en trois ans

L’Amérique latine fait face à «l’un des plus grands mouvements humains de son histoire», déclarait début août le porte-parole du Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies, William Spindler. En l’espace de trois ans, ce sont près de 2,3 millions de Vénézuéliens qui ont fui la crise économique, sociale et politique de leur pays, selon le dernier décompte de l’ONU. Professeure en sciences politiques à l’Université du Pacifique (Pérou) et spécialiste de la crise migratoire vénézuélienne, Luisa Feline Freier avance, elle, le chiffre de 4 millions. La vague de migrants surpasse celle qui a touché l’Europe en 2015 et ses 1,4 million de réfugiés arrivés par la mer. Et la crise au Nicaragua n’a rien arrangé. Les Nicaraguayens, qui fuyaient jusque-là au Costa Rica (Amérique centrale), descendent de plus en plus au sud, assure Amnesty International, et viennent gonfler les rangs des réfugiés. L’Amérique latine est dépassée par l’ampleur du phénomène.

Source : Au moins 2,3 millions de personnes ont fui le Venezuela en trois ans – Libération

Venezuela : 25 personnes arrêtées après « l’attentat » contre Nicolas Maduro

« Un total de 25 personnes (ont été) présentées à la justice jusqu’à présent. Rappelons qu’il y a des personnes en fuite, certains en Colombie, d’autres au Pérou et d’autres aux Etats-Unis », a déclaré le procureur général Tarek William Saab, considéré comme proche du pouvoir, lors d’une conférence de presse. Parmi les détenus figurent plusieurs militaires en activité et le député de l’opposition Juan Requesens.

Source : Venezuela : 25 personnes arrêtées après « l’attentat » contre Nicolas Maduro