Venezuela : les pays voisins submergés par la crise migratoire

Pénuries d’eau, d’électricité et de nourritures sont le quotidien des Vénézuéliens, qui affluent au Brésil, en Colombie, en Equateur ou au Pérou. Un million d’entre eux ont quitté le pays en un an. Mais une fois sur place, l’accueil des pays voisins se fait de moins en moins chaleureux.

Depuis samedi, l’Equateur demande aux migrants de se munir d’un passeport, plutôt que d’une carte d’identité pour passer la frontière. Un document souvent introuvable en raison d’un manque de matériel et d’une corruption endémique. Le Pérou a pour sa part décrété l’état d’urgence dans trois de ses provinces, après un nombre d’arrivées qui a atteint près de 4.200 personnes par jour, la semaine dernière.

Source : Venezuela : les pays voisins submergés par la crise migratoire

Le Brésil envoie des troupes en renfort après les attaques de camps de migrants vénézuéliens

Le gouvernement brésilien s’est réuni en urgence, dimanche 19 août, et a ordonné l’envoi de troupes à la frontière avec le Venezuela après des heurts entre la population locale et des migrants, dans une ambiance de tension croissante. Un contingent de 120 membres de la Force nationale est attendu dans la région de Pacaraima, dans le nord du Brésil.

Dans cette ville frontalière de 12 000 habitants, le vol et l’agression d’un commerçant, attribués à des Vénézuéliens, ont causé des affrontements samedi. Des dizaines d’habitants ont détruit les deux principaux camps de fortune où vivent un millier de migrants et brûlé leurs affaires. Des coups de feu ont été tirés, les magasins fermés et des débris divers jonchaient les rues. Trois Brésiliens ont été blessés, selon la police militaire. Aucune information n’était disponible concernant des victimes du côté vénézuélien.

Source : Le Brésil envoie des troupes en renfort après les attaques de camps de migrants vénézuéliens

Maduro multiplie le salaire minimum par 35 pour tenter de sortir le Venezuela de la crise

Ruben Subiza, retraité à Caracas, veut croire que le plan de relance économique annoncé vendredi 17 août par le président Nicolas Maduro va tirer son pays de la crise. « Ou les choses changent dans les jours qui viennent, ou le Venezuela va exploser », soupire-t-il. Mais Ruben craint que la reconversion monétaire qui doit entrer en vigueur lundi 20 août et la multiplication par 35 du salaire minimum ne terminent de plonger le pays dans le chaos. Tous les économistes de l’opposition aussi.

Source : Maduro multiplie le salaire minimum par 35 pour tenter de sortir le Venezuela de la crise

Au Venezuela, Maduro lance une nouvelle monnaie pour tenter d’endiguer la crise

Face à l’hyperinflation qui frappe le Venezuela, et pour faire face à la grave crise économique qui touche le pays, Nicolas Maduro a décidé de réagir en lançant une nouvelle monnaie, le « bolivar souverain ». Une mesure aux effets incertains.

Frénésie d’achats, longues files d’attente dans les commerces et les stations d’essence… Les Vénézuéliens se préparent à l’arrivée, lundi 20 août, de nouveaux billets qui compteront cinq zéros de moins que les actuels.

Source : Au Venezuela, Maduro lance une nouvelle monnaie pour tenter d’endiguer la crise – France 24