Migrants du Venezuela: les pays de la région initient une politique commune

La Colombie et le Pérou ont annoncé mardi qu’ils échangeraient leurs informations sur les centaines de milliers de migrants du Venezuela qu’ils reçoivent, première étape vers une politique régionale face à l’exode généré par la crise dans ce pays.De son côté, l’Equateur a avancé au 3 et 4 septembre une réunion sur cette vague migratoire, à laquelle sont invités 13 pays de la région et qui était initialement prévue deux semaines plus tard.

Source : Migrants du Venezuela: les pays de la région initient une politique commune

Crise au Venezuela: le Brésil mobilise son armée à la frontière

Depuis plusieurs mois, le Brésil a accueilli 60 000 réfugiés du Venezuela, qui fuient la grave crise économique et politique.

Pour faire face à l’afflux de réfugiés venus du Venezuela et assurer la sécurité à la frontière, le président brésilien Michel Temer a ordonné la mobilisation de l’armée. « Je décrète l’envoi des forces armées pour garantir la loi et l’ordre dans l’Etat de Roraima (…) du 29 août au 12 septembre », a annoncé mardi dans la soirée le chef de l’Etat, « afin de garantir la sécurité des citoyens brésiliens mais aussi des immigrants vénézuéliens qui fuient leur pays ».

Source : Crise au Venezuela: le Brésil mobilise son armée à la frontière – L’Express

Au Venezuela, le doute et la colère après les réformes économiques de Maduro

Une semaine après le lancement du plan de relance du président Nicolas Maduro, le doute s’installe concernant ces mesures censées sortir le Venezuela du marasme économique: dans la rue, le ras-le-bol qui pousse les habitants à fuir le pays est palpable.

« C’est un désastre, il n’y pas d’aliments de base. Les mesures, ce n’est que de la poudre aux yeux, elles vont renforcer les pénuries et le chômage », déclare à l’AFP Marielsi Ochoa, médecin de 34 ans, au milieu des présentoirs vides.Pas de viande, ni de poulet, ni d’oeufs, ni de farine de maïs. Seuls sont disponibles des produits de nettoyage et des bouteilles de Coca.

Certains commerçants attendent pour rouvrir d’y voir un peu plus clair au milieu de toutes ces mesures. Ils se demandent aussi comment il vont pouvoir absorber la hausse du salaire minimum, multiplié par plus de 30, sur ordre du chef de l’Etat.

Source : Au Venezuela, le doute et la colère après les réformes économiques de Maduro – Capital.fr

Venezuela: Maduro demande aux émigrés d’«arrêter de laver les toilettes» à l’étranger et de revenir

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a demandé mardi aux Vénézuéliens qui ont émigré à cause de la crise économique d’« arrêter de laver les toilettes ». « Je dis aux Vénézuéliens (…) qui souhaitent échapper à l’esclavage économique : arrêtez de laver les toilettes à l’étranger et venez vivre dans votre patrie », a déclaré Nicolas Maduro, alors qu’il signait des accords pétroliers, lors d’un événement retransmis à la radio et à la télévision.

Le président a dénoncé la situation des Vénézuéliens qui ont émigré au Pérou, attirés par le « chant des sirènes », et qui y ont rencontré selon lui « le racisme, le mépris, la persécution économique et l’esclavagisme ».

Pour remédier à cela, il a rappelé que lundi, 89 Vénézuéliens avaient pu rentrer chez eux, grâce à un avion envoyé par le gouvernement. « Ils désiraient ardemment retourner dans leur pays natal pour serrer leurs amis, voisins, compagnons, parents dans leurs bras et retrouver la chaleur humaine que nous savons transmettre en tant que Vénézuéliens », a-t-il ajouté.

Source : Venezuela: Maduro demande aux émigrés d’«arrêter de laver les toilettes» à l’étranger et de revenir

Venezuela : Maduro ouvre les vannes du pétrole

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a signé mardi sept accords avec des sociétés pétrolières internationales dans le but d’augmenter la production de brut d’un million de barils par jour. L’objectif final porte sur 14 accords, qui concernent sur 14 champs pétrolifères du pays. Ils interviennent alors que le pays connaît une grave crise économique, amorcée avec la chute du cours de l’or noir en 2014, et qui se traduit aujourd’hui par l’exode d’une partie de la population.

« Nous nous engageons à augmenter (la production) de plus de 600 000 barils », a dit Nicolas Maduro lors de la cérémonie de signature des accords, retransmise à la radio et la télévision. Selon le dirigeant vénézuélien, l’objectif de la compagnie pétrolière d’Etat Petroleos de Venezuela (PDVSA) sera de « récupérer la production d’un million de barils avec des investissements publics, privés, nationaux et internationaux ».

Parmi les entreprises qui ont signé les accords figurent la panaméenne Helios Petroleum Services et le groupe chinois Shandong Kerui. Le président a assuré aux « investisseurs pétroliers internationaux » que les portes étaient « ouvertes ».

Source : Venezuela : Maduro ouvre les vannes du pétrole – Le Parisien

De migrants à réfugiés: journal d’un exode du Venezuela en crise

Comme des milliers de migrants, leur exode a été une montagne russe d’émotions. Avec un stress supplémentaire: Joel Mendoza, sa compagne Edicth Landinez, ses deux enfants à elle Nacari et Sebastian, ainsi que sa nièce Eliana Balza, son bébé Tiago dans les bras, devaient gagner le Pérou avant l’obligation de passeport imposée par ce pays. L’AFP les a accompagnés durant trois jours dans cette odyssée, de la Colombie au Pérou, en passant par l’Equateur.

Source : De migrants à réfugiés: journal d’un exode du Venezuela en crise – L’Express