Venezuela: l’opposant exilé Borges accuse Zapatero de l’avoir menacé

Le leader de l’opposition vénézuélienne Julio Borges, exilé en Colombie, a affirmé avoir été menacé par des hauts responsables du gouvernement de Nicolas Maduro et par l’ancien chef du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero, après avoir refusé un accord avec le gouvernement.Julio Borges a déclaré avoir reçu « des menaces personnelles et familiales du régime Maduro lui-même, de personnes comme Zapatero, de (…) Delcy Rodriguez et de Jorge Rodriguez (vice-présidente et ministre de la Communication), de Tareck El Aissami (en charge du ministère de l’Industrie et de la Production) », lors d’une interview sur le portail d’informations VivoPlay parue vendredi.

Source : Venezuela: l’opposant exilé Borges accuse Zapatero de l’avoir menacé – Le Point

Venezuela: Le député arrêté reconnaît son implication dans l’«attentat» contre Maduro

Le député de l’opposition vénézuélienne Juan Requesens, récemment interpellé, a admis dans une vidéo tournée par les autorités sa participation à l’«attentat» qui aurait visé le président Nicolas Maduro, a annoncé vendredi le gouvernement. «Il y a plusieurs semaines, j’ai été contacté par [l’ex-président du Parlement] Julio Borges qui m’a demandé de faire passer une personne du Venezuela vers la Colombie. Il s’agit de Juan Monasterios», un des auteurs présumés de l’attaque, a déclaré le jeune député de 29 ans.

Juan Monasterios est un militaire vénézuélien à la retraite, qui après son arrestation a admis avoir participé à l’«attentat» avec des drones chargés d’explosifs dont le chef de l’Etat socialiste dit avoir été victime samedi dernier. Selon le procureur, 19 personnes au total sont «directement liées» à cet «attentat» qui, selon le gouvernement, a été organisé depuis une ferme à Chinacota, en Colombie, par des personnes qui ont reçu pour cela 50 millions de dollars.

Source : VIDEO. Venezuela: Le député arrêté reconnaît son implication dans l’«attentat» contre Maduro

Le Venezuela s’enfonce dans une crise humanitaire grave

L’Équateur a déclaré mercredi l’état d’urgence dans trois de ses provinces du fait d’un nombre inhabituellement élevé du nombre de migrants vénézuéliens qui traversent la frontière avec la Colombie, dans le nord du pays, après avoir fui la crise économique et politique au Venezuela.

Quelque 4.200 migrants vénézuéliens sont arrivés chaque jour depuis le début de la semaine, a ajouté le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, sans préciser combien de migrants étant arrivés auparavant, ni fournir d’explication sur cette augmentation du nombre d’arrivées.

Prévu pour durer jusqu’à la fin du mois d’août, l’état d’urgence a pour but d’accélérer le déploiement de médecins et de travailleurs sociaux afin de répondre aux besoins des migrants, et de renforcer la présence du personnel policier afin d’accompagner les procédures d’immigration.

Source : Le Venezuela s’enfonce dans une crise humanitaire grave