Le président Maduro relance la construction du pouvoir communal

Beaucoup de ceux qui condamnent l’impérialisme états-unien ne savent pas, ou parfois ne s’intéressent pas, au fait que le Venezuela construit une démocratie participative avec ses conseils communaux, communes, et toute sorte de formes de pouvoir citoyen. Comme si on ne pouvait défendre ce pays que par défaut, au nom du principe de la souveraineté.

Or il y a une sacrée différence entre la patrie de Bolivar et d’autres victimes de la voracité états-unienne. Non seulement cette démocratie a mené plus d’élections que n’importe quel autre pays en vingt ans, mais elle persiste à vouloir aller plus loin que la forme représentative. Cette construction d’une démocratie participative est l’aspect le plus intéressant pour n’importe quel progressiste.

C’est aussi l’aspect où on lit le mieux les contradictions et la tension créatrice entre Etat ancien et souveraineté populaire. C’est lui aussi qui explique les actions en cours des Etats-Unis pour éliminer le Venezuela bolivarien en tant qu’exemple d’émancipation pour les peuples (au moins autant que la volonté de s’emparer de son pétrole).

Alors, pourquoi ne pas sortir de la position défensive et de la “respectabilité” face à la dictature médiatique ? Et oser dire que c’est parce que la liberté du Venezuela est notre liberté, que nous voulons, aussi, le défendre ?

Source : Le président Maduro relance la construction du pouvoir communal | Venezuela infos