Le Venezuela double le salaire minimum

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a plus que doublé le salaire minimum, le portant à l’équivalent d’environ 8 dollars par mois, dans un contexte d’hyperinflation et de forte dévaluation du bolivar, selon un décret publié vendredi. Le salaire de base est passé de 18.000 bolivars (3,46 dollars au taux de change officiel) à 40.000 bolivars (7,69 dollars), selon le décret publié au journal officiel. Cette augmentation s’applique avec un effet rétroactif au 16 avril.

Nicolas Maduro a par ailleurs relancé le paiement d’un bon alimentaire fixé à 25.000 bolivars (4,80 dollars). Le président vénézuélien annonce habituellement les augmentations de salaires sur les chaînes nationales de radio et télévision. Cette fois-ci, son administration l’a fait par décret.

Ce nouveau revenu minimum couvre à peine un dixième du coût du panier alimentaire de base, selon l’ONG Cenda qui mesure le coût de la vie.

Source : Le Venezuela double le salaire minimum

Le président Maduro relance la construction du pouvoir communal

Beaucoup de ceux qui condamnent l’impérialisme états-unien ne savent pas, ou parfois ne s’intéressent pas, au fait que le Venezuela construit une démocratie participative avec ses conseils communaux, communes, et toute sorte de formes de pouvoir citoyen. Comme si on ne pouvait défendre ce pays que par défaut, au nom du principe de la souveraineté.

Or il y a une sacrée différence entre la patrie de Bolivar et d’autres victimes de la voracité états-unienne. Non seulement cette démocratie a mené plus d’élections que n’importe quel autre pays en vingt ans, mais elle persiste à vouloir aller plus loin que la forme représentative. Cette construction d’une démocratie participative est l’aspect le plus intéressant pour n’importe quel progressiste.

C’est aussi l’aspect où on lit le mieux les contradictions et la tension créatrice entre Etat ancien et souveraineté populaire. C’est lui aussi qui explique les actions en cours des Etats-Unis pour éliminer le Venezuela bolivarien en tant qu’exemple d’émancipation pour les peuples (au moins autant que la volonté de s’emparer de son pétrole).

Alors, pourquoi ne pas sortir de la position défensive et de la “respectabilité” face à la dictature médiatique ? Et oser dire que c’est parce que la liberté du Venezuela est notre liberté, que nous voulons, aussi, le défendre ?

Source : Le président Maduro relance la construction du pouvoir communal | Venezuela infos

Sanctions contre le Venezuela: Moscou exhorte Washington à «mettre fin au chantage»

La Russie a exhorté ce vendredi les Etats-Unis à «mettre fin à la politique de chantage», après l’imposition par Washington de sanctions financières contre le chef de la diplomatie du Venezuela, Jorge Arreaza.»

«Nous exhortons les Etats-Unis à revenir sur le terrain du droit international, à mettre fin à la politique de chantage et à cesser de provoquer des tensions au Venezuela depuis l’étranger», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, se disant «indigné» par la décision américaine. «Washington a démontré à plusieurs reprises un rejet catégorique des méthodes de négociation pour résoudre la situation», poursuivi le ministère, dénonçant «une tentative brutale de faire pression sur le gouvernement du pays et l’ensemble du peuple vénézuélien».

Source : Sanctions contre le Venezuela: Moscou exhorte Washington à «mettre fin au chantage»

Venezuela. Deux morts après le naufrage d’un bateau de pêche en surcharge

Une embarcation, transportant trente-trois migrants vénézuéliens, a fait naufrage dans la localité de Güiria, dans l’Etat de Sucre (nord-ouest). Au moins deux morts et une vingtaine de disparus sont à déplorer. Le bateau de pêche se rendait clandestinement vers l’archipel de Trinité-et-Tobago.

« Il y avait trop de passagers », a raconté vendredi une survivante du naufrage en mer de l’embarcation de migrants vénézuéliens qui a fait deux morts et une vingtaine de disparus. Yusbreilys Merchan, 22 ans, voyageait dans une embarcation qui se rendait clandestinement vers l’archipel de Trinité-et-Tobago, lorsque leur embarcation a sombré.

Source : Venezuela. Deux morts après le naufrage d’un bateau de pêche en surcharge