Au Venezuela, le glacier tropical de Humboldt « meurt » et « laisse la vie » émerger

 

A plus de 4.000 mètres d’altitude, mousses, lichens et oiseaux colonisent peu à peu les vestiges du dernier glacier de la Cordillère des Andes vénézuélienne : la fonte des neiges, accélérée par le réchauffement climatique, suscite le désarroi, mais ouvre aussi des champs d’observation uniques pour les scientifiques.

Selon des données compilées par des scientifiques vénézuéliens qui cherchent à documenter les effets du changement climatique, le glacier de Humboldt, situé sur le pic du même nom au sein de la Sierra Nevada de Mérida, dans l’ouest du Venezuela, aurait perdu plus de 99 % de sa surface depuis 1910.

« Pour les habitants de Mérida, c’est très triste, très difficile », reconnaît auprès de l’AFP la scientifique Alejandra Melfo, membre du projet « Dernier glacier du Venezuela » lancé par l’Institut de sciences environnementales et écologiques de l’Université des Andes (ULA), en partenariat avec la chaîne National geographic.

Mais « c’est extrêmement intéressant pour un scientifique d’avoir la possibilité d’observer comment la vie apparaît progressivement sur la roche » mise à nu par la fonte de la glace, ajoute la physicienne qui a participé à plusieurs expéditions sur le terrain.Le glacier du pic Humboldt (4.940 mètres), du nom du naturaliste allemand Alexander von Humboldt (1769-1859) qui a traversé une partie du Venezuela et émis l’hypothèse que le climat peut être modifié par l’homme, est le dernier des cinq principaux glaciers tropicaux du pays sud-américain.

S’il disparaissait, le Venezuela pourrait être le premier pays du monde à voir s’effacer tous ses glaciers.

Source : Au Venezuela, le glacier tropical de Humboldt « meurt » et « laisse la vie » émerger – Le Point

La démocratie qui se construit au Venezuela

Le Venezuela possède peut-être le mécanisme de vote le plus efficace et le plus innovant au monde. Après avoir expérimenté leur système de vote, il m’est encore difficile de comprendre pourquoi il n’est pas mis en œuvre en Europe ou aux États-Unis – le système automatisé au Venezuela semble être tiré d’un film de Science Fiction.

Le 6 décembre, le Venezuela a tenu des élections législatives. Pendant une semaine, j’ai participé en tant qu’observateur international à l’invitation du «Conseil électoral national» (CNE) du Venezuela. J’ai reçu l’invitation en tant que membre fondateur et coordinateur de DiEM25 en Roumanie – le mouvement initié par Yanis Varoufakis, avec Noam Chomsky, Julian Assange et bien d’autres, à être une voix critique et à construire une nouvelle vision de la démocratie en Europe et dans le monde. Quatre autres militants roumains ont répondu à l’appel. L’invitation a également été envoyée aux institutions européennes et aux responsables roumains, qui ont préféré boycotter les élections, avant même qu’elles ne commencent. Comme les États-Unis et leurs alliés.

 

Source : La démocratie qui se construit au Venezuela, par Florin Platon | Venezuela Infos

Venezuela : Le Parlement prolonge d’un an le mandat de Guaidó comme président autoproclamé du pays

Les parlementaires de l’opposition vénézuélienne ont approuvé samedi la prolongation de leur mandat pour un an, alors que la Constitution prévoit qu’il prenne fin en janvier 2021, et celui du leader de l’opposition Juan Guaidó à la tête du pouvoir législatif et président intérimaire du pays, est reconnu par 50 chefs d’Etat et de gouvernement, incluant l’apprenti-dictateur haitien Jovenel Moise.

« La continuité constitutionnelle sera exercée (…) jusqu’à la tenue d’élections présidentielles et législatives libres en 2021, ou jusqu’à ce qu’un événement politique exceptionnel survienne en 2021, voire pour une législature annuelle supplémentaire à partir du 5 janvier 2021 », précise le texte promulgué par la Chambre.

Source : Venezuela : Le Parlement prolonge d’un an le mandat de Guaidó comme président autoproclamé du pays | Rezo Nòdwès

Venezuela. La hallaca, un lingot de maïs dans un écrin de verdure

Ce chausson de pâte de maïs fourré de viande, de légumes, de fruits secs ou de condiments est le plat de Noël par excellence. Ce mets, délicatement enveloppé dans une feuille de plantain puis cuit à l’eau se déguste des Andes jusqu’aux grandes plaines du sud.

Dans une nation divisée, ultrapolarisée sur le plan politique, la hallaca réussit le tour de force de transcender les classes sociales. Elle occupe une place centrale dans les menus de décembre et se dévore aussi bien sur les hauteurs des barrios populaires de Caracas que dans les édifices aseptisés de l’Est riche et huppé.

Dès les premiers jours de décembre, amis et familles se retrouvent pour préparer des cargaisons entières de ce pavé doré et plein de saveurs érigé au rang d’orgueil national. Car, on ne le répétera jamais assez, on ne rigole pas avec la hallaca.

Source : Autour d’une table du monde #6. Venezuela. La hallaca, un lingot de maïs dans un écrin de verdure | L’Humanité

Venezuela : le désespoir conduit à la tragédie

Au Venezuela, le diocèse de Carupano pleure la mort de 27 personnes décédées lors d’un naufrage au large des côtes de Güiria (nord-ouest du pays).

Des bateaux partent pratiquement toutes les semaines de Güiria. Les mafias font payer 500 dollars. L’itinéraire emprunte des routes dangereuses que les contrebandiers utilisent depuis longtemps pour le trafic d’essence et de drogue, et maintenant pour ce trafic d’êtres humains. « Nous avons une équipe de travailleurs sur place, et nous avons une maison pour abriter les migrants de passage. Nous y faisons beaucoup pour que les jeunes et les autres n’aient pas à partir, au risque de leur vie, et pour que ces tragédies n’aient pas à se produire. Malheureusement, on ne peut pas freiner le mouvement, et le deuil continue pour les familles d’ici, de ce diocèse, ainsi que du Venezuela en général », déclare avec affliction l’évêque, originaire de l’Île Margarita, située au nord de Güiria.

Source : Venezuela : le désespoir conduit à la tragédie

Le Venezuela atteint 1010 décès dus au Covid-19

Le Venezuela a ajouté quatre décès dus au covid-19 ce vendredi, portant le nombre total de décès dus à cette pandémie dans le pays à 1010, a rapporté le ministre de la Communication Freddy Ñáñez. « Malheureusement, 4 nouveaux décès sont signalés à cause de ce virus : 2 femmes âgées de 47 et 70 ans de l’état de Táchira (frontière avec la Colombie), 1 homme de 75 ans de Lara (ouest) et 1 homme de 68 ans de Mérida (ouest ) », a déclaré le responsable via son compte sur le réseau social Twitter.

Il a expliqué qu’au cours des dernières 24 heures, 358 nouvelles infections à coronavirus ont été enregistrées, dont 352 ont été produites par transmission communautaire dans les régions du Venezuela, principalement à Zulia (également frontalière de la Colombie), ce qui a ajouté 151 nouveaux cas.

En outre, six nouveaux cas “importés” ont été enregistrés, selon la définition du gouvernement des Vénézuéliens qui retournent infectés dans leur pays, en l’occurrence du Mexique et de Turquie.

Tous ces patients «internationaux» sont entrés au Venezuela par l’aéroport international Simón Bolívar, qui dessert Caracas, sur l’un des rares vols commerciaux autorisés par l’exécutif de Nicolás Maduro.

«Jusqu’à aujourd’hui, 111 603 cas ont été confirmés, 105 804 personnes ont été récupérées, ce qui représente 95% des infections», a déclaré le ministre après avoir rappelé que 285 jours se sont écoulés depuis que les premiers cas ont été détectés dans le pays et que le gouvernement a décrété un état d’alarme qui reste en vigueur.

Le Venezuela maintient l’un des soldes les plus bas au monde en termes de personnes infectées et décédées par cette pandémie qui a infecté près de 80 millions de personnes, dont près de 1,8 sont mortes.

Source : Le Venezuela atteint 1010 décès dus au Covid-19 | Marseille News .net