Repenser l’histoire du Venezuela contemporain (XIXe-XXe siècles)

Repenser l’histoire du Venezuela contemporain (XIXe-XXe siècles)

SÉMINAIRE DE RECHERCHE ACCUEILLI À L’INSTITUT DES AMÉRIQUES

Animé par Véronique Hébrard (Univ. Lille, ULR 4074 Cecille/UMR 8168 Mondes Américains)

En collaboration avec son équipe de doctorants en histoire du Venezuela

Carlos Garcia Macias (Univ. Lille, ULR 4074 Cecille)

Yessika González (Univ. Lille, ULR 4074 Cecille)

Victor Pineda (Univ. Paris Nanterre, UMR 8168 Mondes Américains)

Périodicité : séminaire mensuel, le lundi de 17h30 à 19h30. Lieu : Institut des Amériques, Campus Condorcet. 5, cours des Humanités, 6ème étage 93322 Aubervilliers cedex

En raison de la situation sanitaire, ce séminaire se réalisera par visioconférence, ou sous un format hybride

Source : Repenser l’histoire du Venezuela contemporain (XIXe-XXe siècles) | Institut des Amériques

Venezuela, mode d’emploi, par Maurice Lemoine (Mémoire des Luttes)

Le 6 décembre, comme l’exige leur Constitution, les citoyens de la République bolivarienne du Venezuela ont été appelés aux urnes pour élire 277 députés à l’Assemblée nationale. Dès l’annonce de la consultation, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a donné le ton : « La communauté internationale est de plus en plus consciente que les élections prévues par le régime de [Nicolás] Maduro ne seront ni libres ni justes. Trente-quatre pays nous ont rejoints en faveur d’un Gouvernement de transition. » Suivant à la lettre ces instructions, les secteurs extrémistes de l’opposition, emmenée par le « président autoproclamé » Juan Guaido, ont donc appelé au boycott d’un scrutin déclaré par avance « frauduleux ».

Nonobstant cette injonction, les élections ont pu avoir lieu à la date prévue et, malgré la pandémie, dans des conditions sanitaires satisfaisantes. Regroupé autour du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) au sein d’un Grand Pôle patriotique (GPP), le chavisme l’a très largement remporté avec 68,43 % des suffrages. L’Alliance démocratique (droite), au sein de laquelle figurent deux formations historiques de la vie vénézuélienne (le Copei et une scission d’Action démocratique) engrange 17,52 % des voix. Une deuxième coalition conservatrice, Venezuela Uni, recueille 4,15 % des votes. Sur le flanc gauche de l’arc politique, le Parti communiste vénézuélien (PCV) et quelques satellites rassemblés dans l’Alternative populaire révolutionnaire (APR) sont crédités de 2,7 %. En ordre dispersé, d’autres organisations politiques se partagent 6,48 % (voir l’encadré).

Au-delà de cette victoire incontestable du chavisme, deux faits, bien entendu, retiennent l’attention. D’une part, la faible participation (30,1 % du corps électoral). D’autre part, le fait que pour montrer ses muscles, l’opposition radicale organise en parallèle une « consultation populaire ». Débutant le 6, jour des législatives, celle-ci se terminera le 12 décembre par une « démonstration de force » préludant à la proclamation des résultats.

Décryptage d’un processus électoral atypique auquel ne peuvent s’appliquer les commentaires consciencieux et orthodoxes, les critères classiques et généralement admis d’analyse et d’explications.

Source : Venezuela, mode d’emploi, par Maurice Lemoine (Mémoire des Luttes) | Venezuela Infos