Venezuela: l’opposition lance une consultation populaire pour contester les législatives

Au lendemain des résultats des législatives au Venezuela, une grande partie de l’opposition qui boycottait ce scrutin a lancé une consultation populaire concurrente. Depuis lundi et jusqu’à samedi, les Vénézuéliens sont appelés à se prononcer contre ces législatives.

Depuis lundi, il est possible de voter via une application à télécharger sur son téléphone. Il sera aussi possible de voter via un site internet, ou physiquement samedi dans des bureaux ouverts au Venezuela et à l’étranger, dans les pays où la diaspora est importante.

Source : Venezuela: l’opposition lance une consultation populaire pour contester les législatives

[Audio] Venezuela: quelles perspectives après les législatives ? – Décryptage

Deux chiffres retiennent l’attention au lendemain des élections législatives au Venezuela : 67,7% correspondant aux suffrages remportés par la coalition du président Nicolas Maduro, selon le Conseil national électoral. Mais, l’abstention est encore plus importante, à hauteur de 69%, dans un scrutin boycotté par une grande partie de l’opposition.

Jusque-là seule institution entre les mains de l’opposition, l’Assemblée nationale va donc être contrôlée par le clan Maduro. Qu’est-ce que cela va changer dans la gouvernance ? Et quelle va être la stratégie désormais du chef de l’opposition Juan Guaido, autoproclamé président par intérim et reconnu ainsi par une cinquantaine d’États ?

Avec notre invité Olivier Compagnon, professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Sorbonne Nouvelle (Institut des Hautes études de l’Amérique latine) et co-rédacteur en chef de la revue Cahiers des Amériques latines.

Source : Venezuela: quelles perspectives après les législatives ? – Décryptage

Législatives au Venezuela: rejet de l’Europe et des Etats-Unis, éloge de la Russie

Etats-Unis, Europe et de nombreux pays sud-américains ont rejeté lundi les résultats des élections législatives au Venezuela à l’issue desquelles le président Nicolas Maduro s’est emparé de l’unique institution aux mains de l’opposition qui avait appelé au boycott.

La Russie a elle en revanche fait l’éloge d’un « processus électoral (…) organisé de manière plus responsable et transparente que dans certains pays qui ont l’habitude de se présenter comme un « exemple de démocratie ».

« Nous partons du principe que la nouvelle Assemblée nationale sera le terrain (…) pour un dialogue constructif entre toutes les forces politiques », a dit le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a lui jugé que le scrutin de dimanche était « une farce politique » qui n’a respecté « aucune norme minimale de crédibilité » et n’a « heureusement dupé que peu » de Vénézuéliens.

Source : Législatives au Venezuela: rejet de l’Europe et des Etats-Unis, éloge de la Russie

Rafael Correa sur les élections au Venezuela

Rafael Correa est au Venezuela depuis jeudi dernier. Il a été le premier ex-président à arriver en tant qu’observateur pour les élections de mi-mandat de dimanche, à l’issue desquelles le Grand pôle patriotique de Nicolas Maduro a gagné avec 68 % des voix. Le leader équatorien est arrivé à Caracas via le Mexique, partageant un vol avec la délégation argentine, dont l’auteure de cet interview en tant qu’observatrice pour l’Internationale progressiste.

Source : Rafael Correa sur les élections au Venezuela | Venezuela Infos

Venezuela: l’organisation des législatives entachée de plusieurs irrégularités

Le Conseil national électoral veut jouer la transparence. Mais Roberto Abdul s’inquiète des conséquences de l’incendie qui a touché le bâtiment de ce CNE au mois de mars. Il préside l’organisation vénézuélienne Sùmate qui scrute les processus électoraux depuis 19 ans. « Presque tous les équipements du système de vote automatisé ont été perdus dans cet incendie », déplore-t-il.

Les machines à voter, les systèmes d’identification biométrique, tout a dû être racheté et confié à des fournisseurs dans la plus grande opacité, soutient Roberto Abdul. Il souligne aussi le manque d’actualisation des listes électorales : « Quelque 2,7 millions de personnes sont toujours enregistrées comme résidentes alors qu’elles vivent à l’étranger, selon nos estimations. Si cette diaspora et les migrations internes étaient prises en compte, cela affecterait un peu la taille des circonscriptions. »

Roberto Abdul souligne au passage que le nombre de sièges à l’Assemblée a été augmenté de 66% de façon unilatérale, ce que l’organisation qualifie de violation de la Constitution. Si Sumate ne donne pas de consigne de vote, ne prône pas l’abstention, elle estime que le processus transgresse tous les principes de transparence et d’équité.

Une opinion que ne partage pas Enrique Ochoa Antich. Cet ancien député et fondateur du MAS, un parti de centre gauche qui participe au scrutin, estime que ces accusations de fraude sont infondées. « Le système électoral vénézuélien ne permet pas la fraude, assure-t-il. S’il était possible de truquer les élections, nous n’aurions jamais remporté les principaux sièges de gouverneur du pays en 2008. S’il était possible de frauder, nous n’aurions jamais remporté en 2009 la mairie de Barinas, dans l’État où l’ancien président Hugo Chavez est né et où la famille Chavez contrôle tout. Depuis, le système électoral est resté exactement le même. »

Enrique Ochoa Antich affirme aussi que les logiciels, les machines à voter, « tout a été contrôlé par l’opposition qui se présente aux élections » : « Oui le gouvernement abuse de son pouvoir, mais dans ces élections, je crois qu’on peut dire qu’il en abuse moins qu’avant. Cette invention d’une fraude électorale a seulement servi à détruire l’opposition et renforcé le gouvernement. Elle a détruit la confiance dans le principal instrument de lutte que nous avons, à savoir le vote. Face à un régime autoritaire, le vote est le principal instrument de lutte. »

Source : Venezuela: l’organisation des législatives entachée de plusieurs irrégularités

Venezuela : l’UE ne reconnaît pas les résultats des législatives

L’Union européenne ne reconnaît pas les résultats des élections législatives organisées dimanche au Venezuela car elle ne juge pas crédible le processus électoral, a annoncé lundi 7 décembre le chef de la diplomatie européenne.

«Le manque de respect du pluralisme politique, la disqualification et la poursuite des dirigeants de l’opposition ne permettent pas à l’UE de reconnaître ce processus électoral comme crédible, inclusif ou transparent, et ses résultats comme représentatifs de la volonté du peuple vénézuélien», a déclaré Josep Borrell à l’issue d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles.

La position de l’UE a été approuvée «à l’unanimité» par les ministres, a-t-il précisé.

Source : Venezuela : l’UE ne reconnaît pas les résultats des législatives