Du Synco de Salvador Allende au Sinco d’Hugo Chavez : l’internet au service de la démocratie participative

Le système d’intégration communale, SINCO, est une plateforme électronique développée pour la communication directe du gouvernement avec les organisations populaires au Venezuela. Elle s’inspire de la création du Cybersyn au Chili, en 1972, lorsque la révolution socialiste de Salvador Allende définissait un nouveau type d’État et un nouveau type de gouvernement.

Le projet Cybersyn fut reconnu comme un ancêtre de l’Internet actuel, et son concepteur, Stafford Beer (photo), un expert britannique en gestion connu comme le père de la cybernétique, apporta au projet d’Allende une vision nouvelle de la gestion de l’information à des fins publiques et du libre accès pour les acteurs sociaux.

Les créateurs vénézuéliens du Sistema de Integración Comunal (SINCO) Guy Vernáez, Luisana Velásquez et César Carrero, évoquent l’inspiration fournie par l’expérience chilienne: « Cybersyn a abordé pour la première fois dans l’histoire le problème de la gestion de l’information au profit de l’État, en comprenant la nécessité de créer une société dans laquelle la cohésion sociale était obtenue par la transparence et la libre distribution de l’information et des connaissances ».

C’est en 2015, sur base de cette prémisse qu’ils ont conçu un système qui interconnecterait les organisations de base du pouvoir populaire pour enregistrer les projets élaborés au sein des conseils communaux et des communes, les demandes de financements publics correspondants, pour qu’elles puissent rendre compte des avancées et évaluer les résultats des projets.

Source : Du Synco de Salvador Allende au Sinco d’Hugo Chavez: l’internet au service de la démocratie participative | Venezuela Infos

Au Venezuela, la chasse aux mineurs de Bitcoin s’intensifie : tout le monde veut faire main basse sur l’or numérique

Les autorités vénézuéliennes ont saisi 76 ASICS destinés à miner des cryptomonnaies. Ceux-si ont été confisqués par les forces de l’ordre après avoir prétendument détecté des incohérences dans leurs documents de transport.

Malgré la crise économique actuelle au Venezuela, le secteur de l’exploitation minière de cryptomonnaies est en pleine croissance. Selon le Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index, le Venezuela constitue le plus au taux de « hachage » du bitcoin parmi toutes les nations d’Amérique latine. Cela signifie qu’une quantité importante de puissance de calcul est générée dans le pays.

Parallèlement, le Venezuela a introduit un nouveau texte de loi en septembre 2020 visant l’industrie minière du pays. Outre la création d’un registre obligatoire et l’instauration de nouvelles taxes, la nouvelle loi a introduit la controversée « Pool de Minería Digital Nacional » (Pool National d’Exploitation Minière Numérique). En vertu de cette nouvelle exigence, les mineurs seront obligés de contribuer à un nouveau pool minier soutenu par l’État.

Dans l’ensemble, il n’y a toujours pas de véritable clarté concernant les pools miniers, et on ne sait pas encore exactement comment les mineurs vénézuéliens devront participer. Néanmoins, ceux déjà implantés sont surveillés de prés.

Source : Au Venezuela, la chasse aux mineurs de Bitcoin s’intensifie : tout le monde veut faire main basse sur l’or numérique – Journal du Coin