Tareck El Aissami, un fidèle du chavisme dans le collimateur de la justice américaine

L’étau se resserre autour de Tareck El Aissami. Compagnon de la première heure d’Hugo Chavez qui a gravi tous les échelons du pouvoir pour se hisser à la vice-présidence (2017-2018) du Venezuela sous Nicolas Maduro, Tareck El Aissami, 44 ans, est accusé dans un article du New York Times daté du 2 mai de liens présumés avec le narcotrafic, mais aussi avec le Hezbollah.

« Monsieur El Aissami et sa famille ont aidé des militants du Hezbollah à entrer dans le pays », écrit Nicholas Casey, responsable du bureau Amérique latine pour le quotidien américain et auteur de l’article. Son enquête, qui s’appuie sur des documents fournis par des anciens agents des services secrets vénézuéliens, précise que l’actuel ministre de l’Industrie et son père recrutent au sein de la milice libanaise – considérée comme une organisation terroriste par les États-Unis – « afin de développer des réseaux de renseignement et de trafic de drogue au Venezuela ».

Source : Tareck El Aissami, un fidèle du chavisme dans le collimateur de la justice américaine