Au Venezuela, vendre des contenus suggestifs sur internet pour survivre

Je voulais absolument quitter (le pays), car je ne vivais pas bien ici (…) Maintenant je veux rester au Venezuela grâce à Onlyfans ! », raconte à l’AFP cette femme de 20 ans, qui affirme aimer dévoiler face caméra ses formes. Sur son profil, la jeune fille compte plus de 50 abonnés, pour la plupart des étrangers. Afin de recevoir des contenus exclusifs, chacun paie 10 dollars, soit six fois le salaire minimum au Venezuela.

Lancé en Grande-Bretagne en 2016, OnlyFans est une plateforme qui reverse 80% des abonnements perçus au créateur de contenu et garde les 20% restants. Le site se voulait à l’origine destiné aux célébrités et aux « influenceurs », mais s’est vite transformé en un centre de partage de contenus pour adultes.

Grâce à ses nouveaux revenus, Valery Lopez dit pourvoir se payer ses « soins dentaires et acheter des vêtements ». « Qui peut gagner entre 500 et 1.000 dollars par mois ici en ce moment ? Personne ! », lance-t-elle bravache.

Source : Au Venezuela, vendre des contenus suggestifs sur internet pour survivre – L’Express