Racisme et violence d’Etat au Venezuela

Des amis nous ont transmis cet entretien réalisé par Elvira Blanco Santini & Alejandro Quryat : «La police de Maduro tue plus de Noirs et de jeunes prolétaires racisés que la police de Trump et celle de Bolsonaro, en proportion et en chiffres absolus. Plongé dans un climat d’insécurité urbaine qui lui vaut un des taux d’homicides les plus élevés de la région, le Venezuela a ceci de particulier qu’une bonne partie des décès par mort violente y sont dus à des opérations de lutte contre la délinquance menées par les forces de sécurité de l’État.

Cette violence d’État affecte tout particulièrement les secteurs juvéniles les plus pauvres et les moins « blancs » des quartiers populaires, dans un pays où le racisme repose sur des hiérarchies plus complexes et labiles qu’ailleurs et apparaît comme un phénomène latent et non problématisé par la société et les acteurs politiques. Nous avons interrogé à ce sujet Keymer Ávila, professeur de criminologie et chercheur à l’Institut des sciences criminologiques de l’Université centrale du Venezuela, et l’un des principaux spécialistes et critiques de la violence institutionnelle et du système pénal contemporains au Venezuela.»

Source : Racisme et violence d’Etat au Venezuela | A l’encontre